Algérie / Aux universitaires intègres et patriotes

Comment sauver l’université algérienne ? New Press

Par Pr Nadji Sassi – Aux universitaires intègres et patriotes, à ceux qui se considèrent à juste titre plus que des «salariés de l’université», bonne et heureuse année 2019.

Aux universitaires qui ne prêtent jamais allégeance, à ceux qui ne se soumettent jamais aux dirigeants administratifs d’un système universitaire gangrené de l’intérieur par certains de ses responsables incultes, incompétents et rentiers, à ceux qui rejettent l’accaparement des responsabilités à la tête de toute une discipline, depuis 1980, presque 40 années aujourd’hui, sans aucune compétence ni publication académique, à toutes celles et ceux, universitaires respectant l’éthique et considérant leur métier d’enseignant et chercheur plus qu’un devoir, un sacerdoce, car elles et ils sont profondément patriotes, bonne année 2019, toute d’approfondissement des luttes pour une université moderne et une gouvernance universitaire digne.

Aux universitaires non complices des pouvoirs administratifs de certaines facultés, à ceux qui s’insurgent contre les dénis, les blocages, le détournement des réglementations pour des intérêts privés, à ceux qui affrontent la médiocrité de certains des dirigeants malhonnêtes et rentiers dans certaines facultés, bonne et heureuse année 2019.

A ceux qui conjuguent leurs efforts pour un enseignement crédible, basé sur la science et non sur la médiocrité, à celles et ceux qui pratiquent leur métier au concret, malgré les obstacles que leur opposent certains responsables de facultés envieux et accapareurs des ressources collectives, bonne année 2019.

A ceux qui, malgré les oppositions qu’ils affrontent dans leur faculté, écrivent, critiquent, publient, à ceux-là, bonne et heureuse année 2019, toute de joie de voir leurs efforts soutenus exclusivement par leurs moyens personnels limités, couronnés de succès par des publications académiques internationales.

A celles et ceux des universitaires intègres et dignes, qui militent et luttent pour que les autorités politiques se décident un jour à considérer qu’une gouvernance intègre de l’université et de ses facultés est une des conditions pour la transmission du savoir scientifique, sa reproduction et son émergence, bonne année 2019.

A ceux universitaires intègres qui luttent pour que la responsabilité administrative des facultés ne soit pas illimitée et sans contrôle crédible et doive être accordée selon un CV académique compétitif, un mandat clair et délimité, à toutes et tous ces collègues, bonne et heureuse année 2019.

N. S.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.