Algérie / Une leçon fondamentale de combat pacifique

23.09.2019

-Point de vue-

Par Kaddour NAÏMIUne scène du film « Gandhi » réalisé par Richard Attenborough (disponible sur Youtube) vient à la mémoire, au regard des  combats pacifiques des peuples pour leur émancipation, comme c’est l’exemple actuellement en Algérie.

Voici Gandhi à la tête d’un groupe de citoyens qui avancent pour affirmer un droit fondamental et légitime des citoyens. Leur chemin est barré par des policiers, tenant des gros bâtons en main.  La tête du cortège de manifestants s’arrête, hésite, a peur, mais réfléchit. Puis Gandhi et ceux qui sont avec lui avancent lentement mais résolus. Ils sont violemment bastonnés au point de tomber par terre où ils gisent. Un second groupe de manifestants avance. Encore bastonnés de la même manière et tombés à terre. Un troisième groupe avance. Même traitement. Etc. Mais, à la fin, les manifestants triomphent : ils ont montré leur capacité d’affronter la violence de manière pacifique, organisée, unie, résolue, et d’y aller jusqu’au dernier s’il le faut.

Cependant, et c’est fondamental : des journalistes étaient présents, et ont relaté l’événement dans les principaux journaux du pays et du monde. Ainsi, la conscience de l’opinion locale et mondiale, sensible aux injustices, fut secouée. Comment peut-elle ne pas l’être devant un combat pacifique, pour des droits légitimes, alors que l’adversaire étatique réagit avec une violence absolument inadmissible ?… Ainsi le combat pacifique de Gandhi et de ses partisans en est sorti renforcé. On connaît la suite.

Pourquoi cette scène revient en mémoire et pourquoi en faire une publication ?… Parce que, lors d’une marche hebdomadaire récente en Algérie, des manifestants, réagissant à des arrestations par  la police, ont crié : « Nous sommes tous prêts à aller en prison ! » En effet, quel pouvoir étatique tiendrait si des milliers, pour ne pas dire des millions de citoyens sont réellement résolus à aller en prison pour défendre des droits légitimes ?

Quant au peuple algérien, n’a-t-il pas consenti plus d’un millions de morts, sans compter les emprisonnés, pour conquérir son indépendance nationale ? Serait-il exagérer d’affirmer : voici le peuple algérien renouer avec la dignité qui lui a permis de conquérir son indépendance nationale ; cette dignité retrouvée sera-t-elle assez forte pour lui permettre de conquérir la phase complémentaire, celle de son émancipation sociale ?… Au vu des actions dont le mouvement populaire est victime en ce moment, d’une part, et, d’autre part, de son manque d’auto-organisation et de mandataires représentatifs, certains, déjà, estiment que le mouvement a perdu, qu’il s’agit encore d’un « ratage ». Rappelons leur l’histoire sociale : les mouvements populaires sont capables de produire des surprises que nul expert, pas même un Marx ou un Lénine, ni un chef de C.I.A. ou de K.G.B., sont capables de prévoir. Et même si un mouvement populaire est destiné au ratage, ceux qui lui veulent du bien ne doivent-ils pas rester avec lui afin que le ratage ne soit pas un échec mais une leçon pour mieux faire ?

Kaddour Naïmi

[email protected]


Voir : >> Gandhi 1982 Film Complet en Français


NDLR : Les textes publiés engagent la seule responsabilité de leurs auteurs; ils contribuent  librement à la réflexion, sans représenter automatiquement l’orientation de La Tribune Diplomatique Internationale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.