Coronavirus : États-Unis, Europe, Chine, Russie, Inde… qui s’en tire le mieux ?

Il est difficile de comparer des situations face au Covid-19 telles que celles de l’Italie ou de l’Espagne par rapport à des géants en termes de population comme les États-Unis ou la Chine. La comparaison entre ces deux derniers pays et l’Union européenne est ainsi beaucoup plus pertinente.

Hôpital de Mulhouse (pour illustration) Sebastien Bozon / AFP

La pandémie de coronavirus a fait au moins 174 000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi 21 avril 2020. Plus de 2 525 240 cas ont été diagnostiqués dans 193 pays et territoires.

Les différentes courbes présentées à partir des décès enregistrés officiellement montrent que les États-Unis sont le pays le plus touché, avec 44 845 décès pour plus de 820 000 cas. Suivent l’Italie (24 648 morts), l’Espagne (21 282), la France (20 796) et le Royaume-Uni (17 337).

Un biais démographique dans les statistiques présentées chaque jour

Mais il y a là un biais à présenter des ensembles qui ne sont pas comparables du point de vue démographique. Quand la Chine compte 1,4 milliard d’habitants, talonnée par l’Inde (1,368), les États-Unis comptent une population de 329 millions d’habitants seulement.

D’autant plus avec des pays européens ayant une population très faible par rapport à ces ensembles continentaux. La France avec 67 millions d’habitants, le Royaume-Uni (66) ou l’Italie (60) sont des nains en termes de population.

Alors que donnent ces chiffres officiels de décès si on les compare avec des ensembles plus proches, comme l’Union européenne et ses 446 millions d’habitants ?

C’est en Europe qu’il y a (largement) le plus de décès du Covid-19

Premier constat, l’Union européenne comptait 83 000 décès au 20 avril. Ce chiffre très important est le double de celui des États-Unis où les foyers épidémiques sont apparus plus tard.

On peut donc craindre qu’il y ait un bilan beaucoup plus lourd au États-Unis dans les prochaines semaines.

Ces chiffres interpellent quand on voit que la Chine, premier grand foyer de l’épidémie, ne compte que 4 636 décès depuis que l’épidémie du Covid-19 a été connue. La Russie et l’Inde ont également un nombre de décès extrêmement bas avec respectivement 361 et 559 morts.

Proportionnellement à la population, l’Union européenne a un taux de mortalité le plus élevé avec 18,7 décès par millions d’habitants, quand les États-Unis en comptent un de 12,5.

Pour des pays comme la Russie (0,25 décès par million d’habitants) ou l’Inde (0,04), on constate des taux extrêmement bas également. Cela pourrait être en partie lié à l’absence de foyer épidémique qui aurait diffusé largement le virus. Il faut ajouter le fait que ces pays ont été touchés tardivement par la pandémie et que les flux de circulation ont pu être stoppés, le virus avec.

Le problème des bilans officiels du nombre de victimes du Covid-19

Mais le cas de la Chine montre qu’il peut y avoir des doutes sur les chiffres officiels. Comment expliquer en effet qu’avec le même virus, on ait un taux si différent avec le pays qui a été le premier grand foyer épidémique ? Il y aurait officiellement plus de morts du virus dans les régions européennes de Catalogne ou de Lombardie, que dans toute la Chine. Début avril, à l’occasion de la fête des morts dans ce pays, le nombre d’urnes présentes dans les crématoriums de la seule ville de Wuhan laissait penser qu’il y avait eu au moins 60 000 morts

On retrouve ces mêmes doutes sur les chiffres dans tous les pays dirigés par des pouvoirs autoritaires comme la Russie ou l’Iran.

Cependant, la différence de méthodologie concerne aussi les pays européens. Compte-t-on vraiment les morts de la même façon en France et en Allemagne par exemple ? Seul juge de paix dans les pays où le pouvoir a peu de prise sur les statistiques : le taux de surmortalité. Mais celui-ci ne pourra être réellement étudié que dans de nombreux mois. Pour le moment, on peut seulement dire que le Covid-19 est plus dangereux que la grippe saisonnière.

Un député européen, Pascal Canfin (Renew Europe, où siège LREM au Parlement européen), demande ainsi une méthodologie harmonisée de comptabilisation des statistiques sanitaires sur les cas de Covid-19 dans l’Union européenne.

Une mortalité du Covid-19 au sein de l’Union européenne très différente suivant les pays

Une fois la comparaison faite au sein des grands ensembles, il est également intéressant de regarder s’il y a de grandes différences entre pays de l’Union européenne. La réponse est oui, même si de nombreux pays ne comptent pas leurs morts en lien avec le Covid-19 de la même façon.

La Belgique est malheureusement la championne d’Europe du taux de mortalité par rapport à sa population. Alors qu’elle ne comptait que 5 683 décès au 20 avril, ce chiffre rapporté à sa population la place en tête avec un taux de mortalité de 49,6 décès pour 100 000 habitants. Elle est suivie de l’Espagne (43,6) et de l’Italie (39,2). La France n’arrive qu’en quatrième position avec un taux de 29,5 décès pour 100 000 habitants.

Il est intéressant de regarder le cas des Pays-Bas et de la Suède. Ces deux pays européens ont choisi une stratégie avec moins de restrictions de circulation au début de l’épidémie. Le nombre de décès est bas chez eux avec respectivement 3 697 et 1 540 morts à déplorer. Mais le taux de mortalité est en revanche beaucoup plus élevé avec 21,4 et 15,1 décès pour 100 000 habitants.


L’Allemagne s’en sort beaucoup mieux avec un taux de mortalité de 5,5 (pour 4 586 morts), mais il a été démontré que les tests y sont beaucoup moins nombreux sur les personnes décédées pour relier leur mort au Covid-19.

Les taux de mortalité très bas dans les pays de l’Europe centrale et orientale montrent que l’épidémie ne s’est pas encore répandue dans cette partie du continent, même si ces chiffres officiels, encore une fois, sont à prendre avec précaution, surtout avec des pratiques très différentes dans les tests pour savoir si un décès est lié au coronavirus ou non./ Fabien CAZENAVE et Erwan ALIX.


Lire aussi :

>> Les effets positifs et les risques d’abus de pouvoir dans la gestion de la pandémie du Coronavirus


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.