Preuves, persuasion et pouvoir : les diplomates dans les organisations internationales

Follow by Email
Facebook
Twitter

© OCDE / Michael Dean

Aleksander Surdej, ambassadeur de Pologne auprès de l’OCD

Saviez-vous que chacun des 35 pays membres de l’OCDE est représenté par une mission jouissant d’un statut diplomatique complet? La taille de ces délégations de l’OCDE varie en fonction de la taille des pays, mais chacune d’elles a un représentant permanent au niveau des ambassadeurs, y compris cet auteur. Ensemble, nous formons le Conseil de l’OCDE qui supervise le programme de travail établi par les pays membres pour l’organisation. Mais notre rôle dépasse la simple représentation.  

Les experts de l’OCDE – ces fonctionnaires internationaux discrets qui produisent des données, des analyses et des analyses en grande quantité, sans parler des lignes directrices et des recommandations sur un large éventail de préoccupations des gouvernements – ont une influence importante sur la conception, la mise en œuvre et le suivi des politiques publiques du monde entier. l’économie, l’emploi et les impôts à l’éducation, à l’environnement et à la gouvernance publique. Nos contributions affectent les États, les entreprises et d’autres acteurs nationaux, régionaux et transnationaux.

Il ne faut donc pas s’étonner que les pays membres souhaitent influer le plus possible sur la conception et les résultats probables des politiques proposées, et qu’ils s’efforcent d’atteindre cet objectif par le biais de leurs missions d’ambassadeurs. En tant que représentants des pays membres, contrairement aux parties prenantes du monde du travail et du monde du travail, nous, les diplomates, avons le privilège d’exercer notre influence de l’intérieur. Néanmoins, nous devons faire concurrence pour obtenir une influence, par exemple, afin de maximiser les avantages d’une réforme proposée et de minimiser les coûts, tout en coopérant de manière à préserver l’indépendance et la qualité de l’organisation, condition préalable à la résolution efficace des problèmes communs.

C’est un exercice d’équilibre délicat: les nouvelles règles et approches développées par l’OCDE affectent différemment les pays et les régions, mais notre interdépendance internationale croissante rend plus inévitables les règles communes et les politiques publiques internationales (voir Scott Barrett, 2007, dans les références). Cela peut parfois signifier un effort pour empêcher que les politiques nationales dans un pays ne portent atteinte aux intérêts d’un autre, par exemple en imposant de nouvelles restrictions au commerce. Cela pourrait également signifier travailler ensemble pour aider à lutter contre l’évasion fiscale transfrontalière et d’autres initiatives dont de nombreux États peuvent bénéficier, mais qu’aucun pays n’est réellement en mesure de fournir par lui-même.

La coopération internationale dépend de la capacité des pays membres à «cogérer» cet effort, grâce au travail quotidien de leurs diplomates. Loin de l’intrigue des romans classiques de James Bond, les diplomates actuels sont en fait des analystes internationaux des politiques publiques, qui évaluent et vérifient les informations, expriment des opinions fondées sur des faits, cherchent à obtenir le soutien de réformes politiques particulières et combattent les initiatives qu’ils considèrent trop coûteux ou inefficace. Comme l’indique un rapport de 2016 sur la coopération internationale en matière de réglementation, des organisations internationales telles que l’OCDE aident les pays à harmoniser leurs normes techniques afin de prévenir la confusion et les coûts de transaction découlant de l’initiative nationale de chaque pays.

Les diplomates modernes ne peuvent réussir que si leurs arguments sont fondés sur des preuves et suffisamment solides pour être pris au sérieux par les experts et les autres pays membres. Ce n’est qu’alors que leurs efforts contribueront à améliorer la conception des politiques publiques internationales. Leur travail les implique dans un processus qui exige de la détermination, de la patience et une capacité de persuasion.

Un diplomate dans des organisations internationales s’engage dans un processus public de persuasion ouvert et de plus en plus transparent, dans lequel les protagonistes doivent être convaincus par des preuves. La capacité de former une coalition de soutien est essentielle pour progresser, en particulier sur des questions sensibles telles que la fiscalité ou la transparence des banques, par exemple.

Bien que le travail de l’OCDE consiste à influencer l’élaboration des politiques et à établir les cadres généraux qui sous-tendent l’économie mondiale – avec des règles telles que les mouvements de capitaux, des directives sur les entreprises multinationales ou l’intégrité du secteur public et bien plus encore – elle ne génère pas d’avantages financiers directs ni d’avantages commerciaux. n’importe qui. La nécessité de parvenir à un consensus et à la transparence ne laisse aucune marge aux lobbyistes qui tentent d’obtenir des avantages pour quelques-uns au détriment du plus grand nombre, de conclure des accords détournés ou de prendre des arrangements opaques. Les diplomates de cette organisation se retrouvent rarement, voire jamais, exposés à la corruption.

« Le diplomate entreprenant peut générer une réelle valeur ajoutée pour la politique internationale »

L’auteur en discussion avec le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría © OCDE / Michael Dean

L’efficacité d’un diplomate moderne dépend de sa capacité, en tant qu’analyste des politiques, à participer à toutes les étapes du cycle de décision. Cela signifie non seulement collecter, élaborer et présenter des preuves et des arguments factuels, mais aussi utiliser l’espace fourni par les organisations internationales de manière créative et entreprenante, en identifiant de nouvelles opportunités, en mettant en jeu de nouvelles idées et de nouveaux produits, en mobilisant des ressources et en établissant des partenariats. . Comme tous les entrepreneurs, nous sommes confrontés à un environnement incertain. Mais si cela est bien fait, le diplomate entreprenant peut générer une réelle valeur ajoutée pour la politique internationale et donner l’exemple à la communauté internationale au sens large.

Les chances pour une proposition de politique de survivre à un examen minutieux au niveau international dépendent d’une bonne compréhension du contexte structurel dans lequel la politique est élaborée et d’une cartographie précise et régulièrement mise à jour des gagnants et des perdants potentiels.

« La création d’un consensus signifie que le temps ne soit pas perdu sur des propositions irréalistes dont tout le monde sait qu’elles ne mèneront nulle part »

L’établissement d’un consensus conduit aux compromis nécessaires dès le départ. Cela signifie également que nous ne perdons pas de temps sur des propositions irréalistes dont tout le monde sait qu’elles ne mèneront nulle part. Les diplomates deviennent des facilitateurs d’accord axés sur la recherche de solutions plutôt que des vecteurs de conflits ou des défenseurs obstinés des programmes politiques nationaux.

Mais les diplomates doivent également être des communicateurs essentiels pour leurs compatriotes, car ils cherchent constamment à traduire les décisions politiques chargées de jargon dans une langue que leurs citoyens comprendront. Savoir clairement quoi, pourquoi, qui, où et quand compte beaucoup pour notre travail, en partie pour que les diplomates et leurs gouvernements soient sur la même longueur d’onde en ce qui concerne une réforme ou un programme particulier et pour expliquer de manière convaincante l’importance de la coopération multilatérale. coopération pour faire fonctionner le programme. Cette communication aide à créer et à maintenir la confiance du public à un moment où «les élites» et les «experts» sont sous le feu des critiques pour leur manque de contact. Les diplomates peuvent montrer les avantages substantiels que les travaux menés dans l’OCDE apportent à la majorité. Cela signifie utiliser des messages cohérents pour tous nos pays, sur le rôle et la valeur de l’organisation, et la qualité de sa gestion. À l’ère de la transparence, un diplomate dans une organisation internationale doit assumer à la fois le rôle de porte-parole de son pays et de plaider en faveur du principe du multilatéralisme consacré par l’OCDE.

Références et lectures complémentaires

  • Le titre de cette intervention se rapporte délibérément au titre du livre classique de prof. Giandomenico Majone, Éléments de preuve, arguments et persuasion dans le processus politique, Yale UP, 1989.
  • Barrett, Scott (2007) Pourquoi coopérer?: L’incitation à fournir des biens publics mondiaux, Oxford UP.
  • OCDE (2016) Coopération réglementaire internationale. Le rôle des organisations internationales dans la mise en place de meilleures règles de la mondialisation, Paris.
  • Stone, Diane (2013) Acteurs du savoir et gouvernance transnationale: le lien de la politique privé-public dans l’agora mondiale, Palgrave MacMillan.
  • L’Ambassadeur Aleksander Surdej, Représentant permanent de la Pologne auprès de l’OCDE, était l’invité de l’émission anglophone «The Debate» de France 24, où il a discuté du discours du président français Emmanuel Macron au Forum économique mondial de Davos:  http: //www.france24 .com / fr / 20180124-débat-macron-davos-forum-économie-mondiale

© Observateur OCDE No 311 T3 (novembre) 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *