Une intervention militaire au Venezuela? 86% des Vénézuéliens s’y opposeraient

Follow by Email
Facebook
Twitter

© REUTERS / Carlos Eduardo Ramirez/File Photo

Dossier :Tentative de coup d’État au Venezuela (39)

La grande majorité des Vénézuéliens s’oppose à une intervention étrangère dans le pays, tant militaire que civile, ainsi qu’aux sanctions imposées par les États-Unis, révèle un sondage de l’institut d’enquête privé vénézuélien Hinterlaces.

Selon une étude réalisée par la société de sondage vénézuélienne Hinterlaces, la grande majorité des Vénézuéliens s’opposent à une intervention des pays étrangers, lit-on sur la plateforme informatique The Grayzone.

«Les médias en anglais ignorent souvent les sondages effectués au Venezuela et s’ils en parlent, ils ont tendance à publier les résultats des bureaux de sondage dirigés par des personnalités favorables à l’opposition», lit-on dans l’article.

Ainsi, 86% des Vénézuéliens sondés sont contre «une intervention militaire internationale au Venezuela pour destituer le Président Maduro du pouvoir», 12% y donnent leur aval et 2% restent incertains.

Dans le même temps, 78% des interviewés ont dit qu’ils ne voulaient aucune «intervention internationale au Venezuela» même si elle ne revêtait pas un caractère militaire.

En outre, 81% d’entre eux s’opposent aux «sanctions économiques et financières imposées par les États-Unis à l’encontre du Venezuela pour destituer le Président Maduro du pouvoir». 17% sont pour et 2% préfèrent ne pas s’exprimer.

En général, 84% des personnes ayant pris part à l’étude sont «d’accord avec un dialogue entre le gouvernement national et l’opposition pour résoudre les problèmes économiques actuels du pays», 15% «en désaccord» et 1% sans avis concret à ce sujet.

© SPUTNIK . SERGUEÏ GOUNEEV

EXCLUSIF Maduro: Trump a donné l’ordre au gouvernement colombien et aux mafias de me tuer

Le sondage en question a été réalisé du 7 au 20 janvier 2019 par le biais d’entretiens directs avec 1.580 Vénézuéliens de différentes régions du pays.

Le Trésor américain a annoncé lundi de nouvelles sanctions qui interdisent à PDVSA de faire du commerce avec des entités américaines et gèlent ses avoirs à l’étranger. Ce geste est censé, selon Washington, faire pression sur Nicolas Maduro. Sur son compte Twitter, Juan Guaido, qui s’est autoproclamé «Président» vénézuélien par intérim, a ordonné de commencer la réaffectation des conseils d’administration de la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA et de sa filiale américaine Citgo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *