France / Gilets jaunes : faible mobilisation pour l’acte 27 qui marque les six mois de contestation

Follow by Email
Facebook
Twitter

PARIS – L’acte 27 qui marque les six mois de contestation des « gilets jaunes » a enregistré ce samedi le plus faible taux de mobilisation en France, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

Seulement 15 500 personnes ont manifesté à travers le pays, dont 1600 à Paris (contre 18 600 manifestants, dont 1200 à Paris la semaine dernière), a indiqué samedi soir le ministère français de l’Intérieur.

Malgré cette baisse constante de la mobilisation au fil des semaines – acte 24 (23 600 manifestants) et acte 23 (26 000 manifestants), les « gilets jaunes » persistent, avec les mêmes revendications fiscales et sociales.

A Paris, le cortège principal des « gilets jaunes » qui a manifesté contre la « hausse des prix des carburants » à l’origine du mouvement est symboliquement parti du pied de la Tour Total à la Défense pour finir dans le calme sur le parvis du Sacré-Cœur.

Outre ces revendications sociales et fiscales, les manifestants ont délivré des messages politiques en vue des élections européennes. « Il ne nous aura pas deux fois : le 26 mai référendum anti-Macron », ont écrit en gros caractères des « gilets jaunes » du cortège parisien sur plusieurs banderoles.

« J’appelle à un vote anti-Macron. A ne pas s’abstenir mais à aller voter contre Macron », a déclaré en marge de la manifestation parisienne, Jerôme Rodrigues, une des figures des « gilets jaunes ». Plusieurs « gilets jaunes » ont également pris part à la manifestation contre les géants de l’agro-chimie à la place de République dans la capitale française.

Comme lors des manifestations précédentes, les interdictions de manifester dans le périmètre de l’avenue des Champs-Elysées, de l’Assemblée nationale, du Palais de l’Elysée et de la cathédrale Notre-Dame ont été reconduites à Paris.

L’acte 27 a également rassemblé de milliers de personnes en province, notamment à Reims où des « appels nationaux » à manifester ont été lancés par le mouvement. De vives tensions ont eu lieu en marge du défilé à Reims suite à une infiltration du cortège par des individus encagoulés, selon les médias locaux.

A Reims, plusieurs dizaine de vitrines, d’agences bancaires et immobilières, d’assurances, ont été brisées à coup de marteaux. Les locaux de la Radio France bleu Champagne-Ardenne ainsi qu’ne maison de retraite ont été prise pour cible par les manifestants qui ont brûlé des poubelles et incendiés une cabane en chantier, ont rapporté les médias.

Le ministre français de la Culture, Franck Riester, a condamné sur son compte tweet l’attaque contre France Bleu : « Insupportable attaque contre les locaux de France Bleu Champagne. Ceux qui se livrent à ces actes sont des ennemis de la démocratie. Une seule réponse : la fermeté ! « , a-t-il indiqué.

Le maire de Reims Arnaud Robinet a exprimé le même sentiment d’indignation sur LCI a propos des dégradations ainsi que l’attaque de France Bleu. « S’attaquer à la presse, c’est attaquer la démocratie », a dit M. Robinet.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré vendredi, veille des six mois du premier samedi de mobilisation des « gilets jaunes », avoir répondu aux attentes des mécontents.

« Je considère que j’ai apporté les réponses aux Françaises et aux Français sur ce qui avait conduit à ce mouvement, le 10 décembre et dans la conférence de presse que j’ai donnée. Je crois que celles et ceux qui continuent aujourd’hui à faire cela, il n’y a plus de débouché politique », a déclaré le président français à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques, sud-ouest de la France).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *