Vénézuéla / Nicolas Maduro redoute un «interventionnisme gringo» dans les négociations avec l’opposition

Follow by Email
Facebook
Twitter

Nicolas Maduro et son ministre des Affaires étrangères ont accusé les Etats-Unis de vouloir saper les négociations entamées entre le gouvernement et l’opposition à la Barbade. Le président vénézuélien lance un appel pour «parvenir à la paix».

Alors que les négociations ont repris entre le gouvernement vénézuélien et l’opposition, menée par Juan Guaido, président par intérim autoproclamé reconnu par plusieurs pays parmi lesquels la France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou encore les pays latino-américains du groupe de Lima, le ministre des Affaires étrangères vénézuélien, Jorge Arreaza, a accusé sur Twitter, le 9 juillet, l’administration Trump de vouloir «détruire le processus de dialogue politique entre le gouvernement et l’opposition». Celui-ci a ajouté que le gouvernement américain voulait «imposer son agenda de guerre».

Jorge Arreaza fait partie de la délégation envoyée par Nicolas Maduro sur l’île de la Barbade, dans les Caraïbes, pour négocier avec les représentants de l’opposition vénézuélienne. Cette rencontre, chaperonnée par la Norvège, fait suite aux dialogues entamés à Oslo dans le courant du mois de mai. Elle sera donc le troisième round des négociations en vue de trouver un accord pour sortir le pays de la crise dans laquelle il se trouve.

Assez de ce conflit inutile ! Assez du putschisme, des conspirations, des complots, assez des appels à une intervention militaire ! de trouver un accord pour sortir le pays de la crise dans laquelle il se trouve

Lire aussi : Des terroristes israéliens, américains et colombiens pour tuer Maduro ? Caracas révèle ses preuves

Toujours le 9 juillet, dans une déclaration diffusée par la télévision nationale VTV, Nicolas Maduro s’est dit favorable à un rapprochement entre le gouvernement et l’opposition afin de «parvenir à la paix». «Assez de ce conflit inutile ! Assez du putschisme, des conspirations, des complots, assez des appels à une intervention militaire ! […] Je veux que nous nous unissions au-delà des divergences politiques», a-t-il lancé lors de son allocution.

La veille, le président en exercice s’était dit «très optimiste» quant à la potentialité de parvenir à un consensus. «Il me semble que pas à pas, avec une patience stratégique, nous ouvrons la voie de la paix», avait-il précisé, redoutant néanmoins «l’interventionnisme gringo[américain]» qui pourrait saboter les négociations. Nicolas Maduro tient les Etats-Unis pour responsables des échecs des précédents pourparlers entre le gouvernement et l’opposition qui s’étaient tenus fin 2017 et début 2018 en République dominicaine.

Lire aussi : «Parvenir à un accord» ou «ne pas se rendre» : Maduro et Guaido s’adressent aux Vénézuéliens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *