Hong Kong : des experts de l’ONU exhortent la Chine à respecter les droits des manifestants

Follow by Email
Facebook
Twitter

Quatre experts des droits de l’homme des Nations Unies ont réagi avec inquiétude face aux informations faisant état d’agressions contre des manifestants, d’arrestations de militants et de défenseurs des droits humains, alors que les manifestations à Hong Kong sont entrées dans leur troisième mois.

David Kaye, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression ; Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme ; Clément Nyaletsossi Voulé, Rapporteur spécial sur le droit de réunion et d’association pacifiques ; et Nils Melzer, Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ont salué la réponse détaillée apportée à leurs préoccupations et se sont réjouis de poursuivre le dialogue avec les autorités.

Ils ont exhorté les autorités de Hong Kong et de la Chine à assurer la protection totale des personnes exerçant leur droit de réunion pacifique et à veiller à ce que toute restriction soit autorisée par la loi, nécessaire et proportionnée.

« Nous sommes sérieusement préoccupés par les informations crédibles faisant état de cas répétés où les autorités n’ont pas réussi à créer un environnement sûr permettant aux individus de participer à des manifestations publiques sans violence ni ingérence », ont déclaré les experts.

Nous exhortons les autorités à engager un véritable dialogue afin de répondre aux préoccupations d’un nombre considérable de manifestants inquiets pour l’avenir de Hong Kong 

« La voie à suivre ne passe pas par la répression des voix dissidentes et l’usage excessif de la force. Nous exhortons les autorités à engager un véritable dialogue afin de répondre aux préoccupations d’un nombre considérable de manifestants inquiets pour l’avenir de Hong Kong », ont-ils dit.

« Nous notons que les responsables de Hong Kong ont annoncé le retrait du projet de loi sur l’extradition, ce qui indique la volonté des autorités locales de donner suite à certaines des revendications formulées par les manifestants », ont déclaré les experts.

Ils ont souligné les obligations qui incombaient aux autorités en vertu des principes fondamentaux du droit international de respecter, protéger et promouvoir les droits à la liberté d’expression et à la liberté de réunion pacifique. « Nous condamnons toute forme de violence de quiconque, en particulier le recours excessif à la force par les forces de l’ordre », ont-ils déclaré les experts.

« Nous rappelons qu’en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, applicable à Hong Kong, les autorités doivent protéger la sécurité et les droits de ceux qui participent aux réunions et créer un environnement propice à une expression diverse et pluraliste des idées et au désaccord avec la politique du gouvernement », ont-ils ajouté.

L’objectif d’ordre public ne peut pas remplacer le droit de manifester

Les experts comprennent que les autorités ont la responsabilité de garantir l’ordre public, mais soulignent que les normes internationales exigent qu’un tel objectif ne peut pas remplacer les droits des individus à la liberté d’expression et le droit de manifester.

Ils se sont également dit préoccupés par les informations faisant état de violences sporadiques de la part d’un petit groupe de manifestants. « Nous nous félicitons donc du fait que les leaders des manifestations ont appelé les manifestants à maintenir le caractère pacifique des manifestations et à s’abstenir de toute violence et de toute hostilité. Nous demandons instamment à tous de répondre aux appels en faveur d’une manifestation pacifique et que les autorités observent strictement les principes de nécessité et de proportionnalité dans le traitement de la violence », ont-ils dit.

Les experts ont également déclaré que toutes les personnes à Hong Kong, « qu’elles manifestent ou non », jouissent du droit de rechercher, de recevoir et de communiquer des informations et des idées de toutes sortes, sans considération de frontières.

Les experts ont réitéré leur condamnation de la violence « de toutes parts » et ont exhorté les forces de police à distinguer les éléments violents des manifestants pacifiques, qui doivent être libres de faire entendre leur point de vue.

Les experts de l’ONU ont partagé leurs préoccupations avec les autorités. « Nous prenons note des défis auxquels les autorités locales ont été confrontées, tels qu’exprimés le 3 septembre, et nous sommes favorables à un moyen pacifique de remédier aux tensions actuelles », ont-ils dit.

« Nous nous félicitons de l’engagement des autorités chinoises qui ont fait le point sur la situation au cours des dernières semaines et nous nous engageons à poursuivre notre dialogue constructif et franc avec les autorités de l’État et toutes les parties prenantes. Nous restons prêts à soutenir tous les efforts visant à faciliter un dialogue participatif, inclusif et authentique entre les autorités gouvernementales et les manifestants pacifiques », ont ajouté les experts.

Les Rapporteurs spéciaux font partie de ce que l’on nomme les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme procédures spéciales, qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et siègent à titre personnel.

Photo mise en avant : Photo ONU Info La ville de Hong Kong


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *