La panne de télévision sur le football africain pourrait durer un certain temps

Follow by Email
Facebook
Twitter

L’instance dirigeante du football en Afrique, la Confédération africaine de football (CAF), a annulé son accord de droits médias et marketing avec la société française Lagardère Sports and Entertainment . L’impact a été ressenti dans le monde entier, mais nulle part ailleurs plus qu’en Afrique.

Alors que le premier tour des matches de qualification pour la Coupe d’Afrique des Nations 2021 de la CAF a commencé, des millions de fans ont été consternés d’apprendre que les matches avaient été occultés sur les écrans de télévision et les stations de radio. Il en a été de même pour le tournoi africain des moins de 23 ans organisé par la CAF en Égypte.

La Coupe d’Afrique des Nations est largement regardée sur le continent et dans le monde. 6,6 milliards de téléspectateurs auraient regardé la version de 2012 co-organisée par la Guinée équatoriale et le Gabon . La coupe est si populaire que la BBC a couvert la finale de 2019 en 13 langues .

Le contrat média et marketing de 12 ans conclu entre Lagardère et la CAF a été salué par beaucoup comme significatif lorsqu’il a été signé en 2015. Il a permis d’accroître la valeur commerciale du jeu africain, les droits s’étant montés à environ 1 milliard de dollars pour une période allant jusqu’en 2028. il a presque immédiatement rencontré des problèmes.

En 2017, l’autorité égyptienne de la concurrence a estimé que le contrat était anticoncurrentiel, car il ne reposait pas sur un processus d’appel d’offres ouvert. Et puis le tribunal économique du Caire s’est saisi de l’affaire. Les tribunaux économiques égyptiens, souvent composés de groupes de trois juges considérés comme des spécialistes du dossier, sont conçus pour statuer rapidement sur les affaires commerciales. Le tribunal a confirmé, en novembre 2018, que CAF n’avait pas ouvert l’acquisition des droits à des enchères concurrentielles. L’accord avec Lagardère a été jugé illégal et les responsables de la CAF ont été condamnés à une amende.

Au moment où le tournoi reprendrait sa place en novembre 2019, il aurait été illégal de poursuivre la relation avec Lagardère, a déclaré la confédération. Il a dit qu’il n’avait pas d’autre choix que d’ annuler l’accord .

Et avec cela, les principaux diffuseurs africains de matches de la CAF, tels que SuperSport , le groupe de télévision panafricain basé en Afrique du Sud, ont perdu leurs droits de retransmission des matches, car ils les avaient achetés à Lagardère. Seul beIN Sports , un réseau mondial de chaînes sportives dotées de sous-droits de retransmission des jeux en Amérique et au Moyen-Orient, a pu continuer à diffuser des jeux.

Pour comprendre les problèmes qui ont conduit à ce dernier coup porté au développement des audiences du football africain, il est préférable de les examiner du point de vue des principaux partis.

Les acteurs clés

CAF : L’organisation a été fondée en 1957. Elle organise le football à l’échelle du continent depuis son siège au Caire. La confédération n’est pas étrangère à la controverse. Il a récemment fait les gros titres pour avoir licencié un haut responsable et la gestion de ses opérations a été reprise par la Fédération internationale des associations de football.

En 2017, alors que la CAF était sous la présidence d’ Issa Hayatou , elle a affirmé avec force que le contrat avec Lagardère n’était pas en violation des lois égyptiennes.

Alors, pourquoi la CAF chante-t-elle un air différent?

Premièrement, la fédération a un nouveau dirigeant controversé, Ahmad Ahmad . Ahmad est devenu président des FAC en 2017 après avoir battu Hayatou lors d’une élection. Ahmad a immédiatement indiqué qu’il était contre le marché.

Le président de la CAF, controversé, Ahmad Ahmad, lors d’une conférence de presse en Tunisie. Mohamed Messara / EPA

La critique de l’accord portait sur le fait qu’il s’agissait d’un engagement à long terme – 12 ans, c’est long pour des contrats de ce type, qui durent généralement trois ans. Les contrats à long terme peuvent limiter la croissance des revenus. Invariablement, les nouvelles technologies permettent de développer plusieurs plates-formes générant des revenus. Le football africain, en particulier, se développe et suscite de plus en plus l’intérêt des médias mondiaux.

Selon les critiques, il est possible que CAF obtienne plus d’argent de Lagardère et que plusieurs autres sociétés aient soumissionné pour le contrat.

Lagardère : La société française peut difficilement se permettre de perdre cet accord. Plus tôt cette année, il a perdu un contrat lucratif avec la Confédération asiatique de football. L’ annonce de la CAF a déjà eu une incidence sur le cours de son action à la bourse de Paris.

Autorité égyptienne de la concurrence: son rôle est contesté. Lagardère peut faire valoir que l’autorité n’a pas compétence en la matière. Sous son ancien chef, la CAF était du même avis. Ça a changé.

Le contrat spécifie le droit suisse comme instrument juridique. Mais l’autorité égyptienne insiste sur le fait que sa décision a préséance, car la fédération relève de sa compétence en Égypte.

Si CAF veut continuer à opérer en Égypte, elle doit trouver un moyen de répondre aux préoccupations de l’autorité de la concurrence.

Les supporters de football sénégalais regardent la finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 à la télévision dans une rue de Dakar. Aliou Mbaye / EPA

Qu’est-ce qui se passe ensuite?

CAF et Lagardère se positionnent pour minimiser les dommages résultant de la résiliation du contrat. Lagardère a affirmé qu’il s’agissait d’une décision unilatérale, ce qui l’a poussé à demander une indemnisation énorme à la CAF pour avoir rompu le contrat.

La CAF a nié que la décision soit unilatérale, citant les décisions des tribunaux égyptiens et espérant que cette argumentation lui permettrait de régler ses problèmes avec Lagardère à moindre coût.

En fin de compte, cette question sera probablement résolue de deux manières.

Cela pourrait être décidé par les tribunaux suisses. L’Égypte continuera néanmoins très certainement d’affirmer sa compétence, quelles que soient les décisions des tribunaux suisses. Cela signifierait que la seule ligne de conduite de Lagardère serait de demander réparation. L’autorité égyptienne chargée de la concurrence souhaiterait un tel résultat, car elle obligerait la CAF à rouvrir ses offres.

Par ailleurs, Lagardère et la CAF pourraient négocier une compensation raisonnable leur permettant de rouvrir leurs offres.

De toute évidence, le tumulte met en évidence la nécessité de changements à long terme. La CAF pourrait revoir ses relations avec son hôte égyptien ainsi que ses approches en matière de concession de licences pour ses droits. La crise pourrait accélérer la sortie de Lagardère des médias et du marketing sportifs.

Aucun de ces processus ne sera rapide et il faudra du temps avant que les nouveaux détenteurs de droits soient en mesure de diffuser ce jeu magnifique. Dans l’intervalle, la situation des droits empêchera les supporters de regarder les matchs et les revenus indispensables de la CAF.


Lire aussi :

>> Football : la bataille des droits TV en Afrique


            Football : la bataille des droits TV en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *