LIVRES / Vie de villes

Belkacem Ahcène-Djaballah 

                                                               Livres

Béjaïa, passé , présent. Essai de Karim Younès. Editions Dalimen, Alger 2022. 359 pages, 2400 dinars

Saldae pour les Romains, Bejaia pour les Arabes, Bougie pour les Français, Bgayet pour les berbères……la même ville, mais une histoire très riche en lieux, en hommes et en événements.
Ce qui fait qu’écrire l’histoire d’une ville millénaire comme Béjaia n’est p une mince affaire surtout lorsqu’il faut sortir des sentiers classiques (selon lesquelles bien des ouvrages ont déjà été publiés).
Ici, l’auteur va se transformer en historien de terrain certes remontant le temps évoquant , avec concision et précision…. les événements , les lieux et les figures historiques du passé mais aussi et surtout tous ceux et toutes celles du présent, ce qui augmente l’émotion à la lecture des textes et à la vision des photos.
Les événements ? Les dominations étrangères comme celle des Espagnols, des Turcs, des Français…..Les résistances , les insurrections et les drames….La Révolution armée…..
Les lieux ?La Kasbah, Yemma Gouraya, les zaouias, les fontaines, les quartiers mythiques….
Les figures historiques ?Abou Mediene Chouaîb el Ichbilli el Ansari, Sidi Abderahmane El Waghlissi, Sidi m’hamed Amokrane, Sidi Mohand Amokrane, Cheikh Mhand Ameziane Aheddad, Hanouz,
Les martyrs de la Révolution et les grands chefs militaires ? Les treize martyres de la ville, les commandants Kaci et Hmimi, Abderahmane Ou Mira, Hocine Salhi, Allaoua Ihaddaden,Abderrahmane Farès…….
Les grandes figures politiques, culturelles, sociales et sportives de la ville et de la région ?Hadj Yala, Mohand Chérif Sahli, Reda Malek, Keramane, Haroun, Boumaza, Mouloud Kassim, Bouzouzou, les frères Ihaddaden,Boucheffa, El Hachemi Chérif, Yahia Henine, Mabrouk Belhocine, Chérif Kheddam, Bouguermouh Sadek El Bejaoui, Djamel Allem, Mohand Amokrane Maouche……
Bejaia, une histoire tout simplement lumineuse….une histoire racontée certes avec passion par l’auteur, mais aussi et surtout avec amour et respect

L’Auteur :Licencié de français de l’Université d’Alger (1978) , ancien ministre , ancien président de l‘Apn, ancien Médiateur de la République. Auteur de plusieurs essais

Sommaire :Avant-propos/ Chapitre I :Bejaia dans l’histoire…../ Chapitre II : De Sidi Boumediene à Ibn Badis…. /Chapitre III : De l’insurrection de 1871 aux massacres de Kherrata…../ Chapitre IV : La Révolution armée de 1954…./ Chapitre V : Bejaia après l’indépendance nationale/ Chapitre VI : De grandes figures politiques…./ Chapitre VII : Des hommes et des femmes…../ Chapitre VIII : La vie artistique/ Chapitre IX : Le sport/ Conclusion/ Bibliographie.

Extraits : « L’identité d’une chose ou d’une culture , c’est ce qui fait qu’elle demeure la même à travers le temps malgré les changements , liés aux circonstances, aux contextes , voire la façon dont sont portés les regards » (p7), « Il est toujours difficile de faire abstraction de la dimension passionnelle qu’implique la visite guidée de sa ville tant les récits de vie, des uns et des autres, sont riches d’émotion partagée » (p 345)

Avis :Un livre d’histoire sur Bejaia assez riche avec , peut-être, trop de détails alourdissant le texte. Par ailleurs, un prix trop élevé hors de portée du lecteur moyen, en raison, peut-être du nombre important de photos couleurs publiées

Citations : « L’Histoire n’est pas un fleuve tranquille. Tantôt calme, elle suit son cours à travers son destin, tantôt remontée comme un torrent qui dévaste tout sur son passage » (p18), « Les anecdotes ne font pas l’Histoire » (p53)


Les jumeaux de la rue de Constantine et autres récits. Récits (souvenirs) de Rabah Toubal. RT Editions, Alger 2022. 133 pages, ???? dinars d’une ville

Je ne pense pas me tromper, mais je crois bien que c’est le premier livre rencontré racontant la vie d’une ville du pays non à travers son histoire mais à travers son vécu. Mais un vécu , toujours intense, durant la colonisation et après , dans ses quartiers populaires. Mais un vécu concernant surtout les jeunes, durant leur enfance, leur jeunesse puis devenus adultes. Avec leurs joies et peines, leurs réussites et leurs misères, leurs amitiés et leurs affrontements, leurs actes héroïques et leurs faiblesses……
On découvre donc Skikda de l’intérieur .Certes pas totalement, mais suffisamment pour apprécier, avec cette plongée à l’intérieur de la société , même superficiellement, le caractère de ses habitants et l’atmosphère de la ville. Une ville, largement ouverte sur la Méditerranée et dont les habitudes de vie et l’ arrière pays assez rural ont été largement perturbées par une stratégie industrielle assez polluante.
Le récit commence assez fort avec la présentation de « la bande des 13 » qui a marqué l’histoire des quartiers populaires de la cité (il y en avait une cinquantaine dans les années 50, entre quartiers arabes et quartiers européens : français, italiens, maltais, espagnols, suisses , allemands…) Une bande légendaire, dont on parle encore aujourd’hui. Non pour ses activités « habituelles », mais pour ses activités tendant à rétablir la justice sociale largement bafouée par les occupants et leurs « soutiens » mais aussi et surtout parce que ses membres , en tout cas , la plupart d’entre-eux, étaient devenus, durant la guerre de libération nationale , de redoutables héros.
L’ouvrage se termine avec Aissa Draoui, le footballeur génial de la Jsms, du Mca et de l’éauipe nationale des années 70……décédé en juillet 2006 à l’âge de 56 ans. Un joueur surdoué , exceptionnel, généreux , populaire et très aimé pour sa modestie.

L’Auteur : Né en 1953 à Jijel ayant vécu à Skikda (études primaires et secondaires),
diplomate (1979-2013).Auteur de plusieurs ouvrages.

Sommaire : Avant-propos / 35 textes / Conclusion/Nouveaux noms de rues ,places, quartiers, localités…./Noms patronymiques cités…..
Extraits : « Skikda entretient une relation charnelle avec la mer Méditerranée » (p93), « Le verbe aller est peu usité par les skikdis et les skikdies, ployés non pas sous le poids des ans mais par l’ascension quotidiennement de leurs quartiers perchés sur les sommets des collines » (p105)

Avis : Un petit ouvrage assez original qui nous plonge dans la vie quotidienne de la cité. Ceux qui connaissent la ville, tout particulièrement lorsqu’ils en sont originaires, ne peuvent contenir une émotion certaine à l’évocation de faits, de lieux ou de personnages. Un ruisseau de souvenirs !

Citation : « Sacré être humain, unique et multiple, à la fois ! Il y a autant d’humanités que d’être humains » (p 9)


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.