Algérie / Ex-ambassadeur : «Le Maroc n’a aucun droit sur le gisement de Gara-Djebilet»

 

è

Vue panoramique sur la mine de Gara-Djebilet. D. R.

 

      Par Houari A. – «La convention de coopération pour la mise en valeur de la mine de Gara-Djebilet est bel et bien tombée en caducité pour des raisons à la fois juridiques et politiques», a confirmé un ancien ambassadeur algérien. «Signée le 15 juin 1972 à Rabat, cette convention qui est annexée à l’accord relatif au tracé de la frontière d’Etat entre l’Algérie et le Maroc a été ratifiée le 17 mai 1973 par l’Algérie, il a fallu attendre vingt longues années pour que le Maroc promulgue, à son tour, sa ratification par le Dahir daté du 22 juin 1992», explique notre source.

«Il convient de souligner qu’à ce jour, et contrairement à l’Algérie, le Maroc n’a toujours pas déposé les instruments de ratification de l’accord sur la délimitation de la frontière terrestre auprès du secrétariat général des Nations unies, ce qui, évidemment, interroge sur la sincérité et la crédibilité des engagements souscrits par ce pays», note encore notre source.

«Il convient également de rappeler que la déclaration politique algéro-marocaine signée à la même date, soit le 15 juin 1972, visait essentiellement, au même titre que l’accord sur les frontières, à établir la base d’une paix permanente et d’une ère de concorde entre les deux pays», poursuit notre source, qui rappelle qu’en 1976 le Maroc avait décidé unilatéralement de rompre ses relations diplomatiques avec l’Algérie. «La suite est un long parcours fait de reniements, de provocations et d’actions hostiles à l’égard de notre pays», déplore l’ancien ambassadeur.

«Enfin, indique-t-il, il n’est pas inutile de souligner que l’alinéa 4 du préambule de la convention de coopération pour la mise en œuvre de la mine de Gara-Djebilet énonce clairement que l’Algérie est propriétaire de ce gisement minier, situé sur son territoire et relevant de sa pleine et entière souveraineté».

H. A.


                 Du minerai de fer de Gara Djebilet exporté prochainement vers la Chine et la Russie

Gara minerai de fer
La mine de Gara Djebilet commence à être exploitée. D. R.

Une première quantité de minerai de fer, estimée à 1 000 tonnes, a été extraite mardi de la mine de Gara Djebilet ouest (wilaya de Tindouf), mise en exploitation fin juillet, a annoncé mercredi à l’APS le directeur général adjoint de l’Entreprise nationale de fer et de l’acier (Feraal), Redha Belhadj.

«Nous avions réalisé deux tirs à explosifs qui nous ont permis d’avoir la tranchée pour accéder à un front de taille. Grâce à un troisième tir, nous avons réussi hier mardi à extraire 1 000 tonnes de minerai de fer», a déclaré Belhadj, précisant que les prochaines opérations d’extraction, assurées par Feraal, porteront sur des quantités bien supérieures.

«Nous pouvons atteindre 20 000 à 25 000 tonnes le mois prochain pour arriver à environ 100 000 tonnes/mois d’ici la fin de l’année», a-t-il soutenu. Durant cette phase expérimentale, «la moitié des quantités de minerai de fer extraites sera transportée vers la wilaya d’Oran pour être exportée vers la Chine et la Russie», a-t-il avancé. L’autre moitié sera destinée à alimenter des usines de fer et d’acier activant en Algérie, selon le même responsable.

Le projet permettra ainsi de garantir et à sécuriser l’approvisionnement des usines nationales de métallurgie et de sidérurgie (El Hadjar, Tosyali, AQS…) en matières brutes, d’augmenter, par la même, les recettes hors hydrocarbures et de créer quelque 3 000 emplois.

Le minerai de fer sera prochainement acheminé par camions à Béchar par le Groupe de transport des marchandises et de logistique (Logitrans), où il sera transformé et valorisé par des opérateurs désirant investir dans ce domaine, en attendant la réalisation de la voie ferrée Béchar-Gara Djebilet.

Transformation du minerai de fer : un appel d’offres sera lancé fin août

Afin d’assurer la transformation du minerai, un appel à manifestation d’intérêt national et international sera lancé fin août pour chercher des partenaires. Le cahier des charges y afférent doit être prêt fin septembre, selon le même responsable.

Il a rappelé que le minerai de fer, comme il peut être commercialisé brut, peut être également consommé sous forme de concentré de minerai de fer (un minerai moyennement déphosphoré), de boulette (un conditionnement du minerai) ou de poudre de fer pré-réduit (PDR), qui est un complément à la ferraille.

Ce projet intégré de grande envergure prévoit la création, avant fin 2022, d’une entreprise algéro-chinoise chargée de l’extraction du minerai et d’une usine à Béchar qui permettra à la partie chinoise d’utiliser le minerai pour produire de la billette (un demi-produit de l’industrie métallurgique utilisée dans la production du rond à béton et du fil machine). Il prévoit aussi la création d’une usine de production du rail, également à Béchar, qui utilisera la billette locale pour la fabrication des rails.

Quant au problème de la haute teneur en phosphore, Belhadj a assuré que des solutions existent pour la déphosphoration du minerai de fer, notamment grâce à la technologie russe.

«Nous allons recourir à ces solutions qui ont montré leur efficacité ailleurs», a-t-il assuré.

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, avait donné, fin juillet, le coup d’envoi des travaux d’exploitation de la mine Gara Djebilet-ouest qui doit produire 2 à 3 millions de tonnes de minerai de fer/an dans une première phase (2022-2025) pour arriver à 40-50 millions tonnes/an à partir de 2026.

Le Conseil des ministres, tenu le 8 mai dernier, sous la présidence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait approuvé le lancement de la première phase du projet d’exploitation de cette mine.

Le président de la République avait alors ordonné de mettre en œuvre ce projet «stratégique» selon une approche intégrée et de manière complémentaire avec les différents projets industriels et infrastructures y afférents, et ce dans le cadre d’un calendrier bien défini.

Considérée comme l’une des plus grandes mines de fer dans le monde, Gara Djebilet recèle plus de 3 milliards de tonnes de réserves dont 1,7 milliard de tonnes exploitables.

R. E.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.