Les révélations de Wikileaks contredisent les récits officiels repris par les médias institutionnels

     Julian ASSANGE

Cet article de Julian Assange date de novembre 2012. Publié ici en guise de rappel de celui qui a été trahi et abandonné par les médias institutionnels, qui l’ont traité de tous les noms pour son travail altruiste en faveur de notre droit de savoir. A vous de juger (NdT)

Jeudi 29 novembre, Bradley Manning a témoigné pour la première fois depuis son arrestation il y a deux ans et demi à Bagdad. Aujourd’hui marque également le deuxième anniversaire des premières unes dans le monde entier du Cablegate, une archive de 251287 câbles diplomatiques du département d’État américain – des messages envoyés entre le département d’État et ses ambassades, consulats et missions diplomatiques dans le monde. En collaboration avec un réseau de plus de 100 organes de presse, nous avons révélé l’éventail complet des techniques utilisées par les États-Unis pour s’imposer dans le monde. Le jeune analyste du renseignement Bradley Manning est détenu en tant que source présumée.

WikiLeaks a fait l’objet d’attaques, des politiciens américains et des experts de droite demandant que nous soyons tous désignés comme des terroristes, certains appelant même à mon assassinat et à l’enlèvement de notre personnel. Lors de l’émission Meet The Press, le vice-président Joe Biden m’a qualifié de « terroriste high-tech« , tandis que le sénateur Joe Lieberman a demandé que nous soyons poursuivis en vertu de la loi américaine sur l’espionnage. Le porte-parole du ministère de la Justice, Dean Boyd, a admis, pas plus tard qu’en juillet 2012, que l’enquête du ministère de la Justice sur WikiLeaks était en cours, et le Pentagone a renouvelé ses menaces à notre encontre le 28 septembre, déclarant que notre travail était un « crime en cours ». En conséquence, j’ai obtenu l’asile politique et je vis maintenant à l’ambassade d’Équateur à Londres, entouré de policiers armés, tandis que la contribution du FBI dans l’enquête « de l’ensemble du gouvernement » contre nous, selon le témoignage du tribunal, avait atteint 42135 pages en décembre de l’année dernière.

En début de semaine, WikiLeaks a publié des documents de la Commission européenne montrant que le sénateur Lieberman et le membre du Congrès Peter T. King ont directement influencé les décisions de PayPal, Visa et MasterCard de bloquer les dons à WikiLeaks, qui a bloqué 95 % de nos donateurs depuis décembre 2010. La semaine dernière, le Parlement européen a exprimé sa volonté que la Commission empêche le blocage arbitraire de WikiLeaks.

Bradley Manning, qui est présumé être une source des câbles, a commencé à témoigner jeudi sur son traitement préalable au procès, qui, selon le rapporteur spécial des Nations unies Juan Mendez, était « au minimum un traitement cruel, inhumain et dégradant en violation de l’article 16 de la Convention contre la torture. » Le capitaine William Hoctor, le psychiatre du gouvernement ayant 24 ans d’expérience qui a évalué Manning à la base de Quantico, en Virginie, a témoigné que les commandants de brigade avaient ignoré ses recommandations concernant la détention de Manning, ce qu’il n’avait même pas connu dans le cadre de son travail à la prison de Guantánamo Bay.

Bradley Manning est détenu sans procès depuis 921 jours. Il s’agit de la plus longue détention avant procès d’un soldat de l’armée américaine depuis au moins la guerre du Vietnam. Selon le droit militaire américain, le maximum est de 120 jours.

Les documents que Bradley Manning aurait divulgués ont mis en lumière des exemples étonnants de subversion du processus démocratique par les États-Unis dans le monde entier, d’évitement systématique de l’obligation de rendre des comptes pour des atrocités et des meurtres, et de nombreux autres abus. Nos archives de câbles du département d’État sont apparues dans des dizaines de milliers d’articles, de livres et d’ouvrages savants, illustrant la nature de la politique étrangère des États-Unis et les instruments de leur pouvoir national. À l’occasion du deuxième anniversaire du lancement du Cablegate, je souhaite mettre en lumière certaines des histoires qui en sont ressorties.

Une guerre de terreur

La guerre contre la terreur menée par les États-Unis a coûté la vie à des centaines de milliers de personnes, attisé la violence sectaire et tourné en dérision le droit international. Les victimes et leurs familles luttent pour que leur histoire soit reconnue, et le fait que les États-Unis évitent systématiquement de rendre des comptes pour les crimes de guerre revient à nier leur droit d’être considérés comme des êtres humains. De plus, comme les États-Unis s’appuient de plus en plus sur des opérations militaires clandestines menées hors de tout contrôle gouvernemental, l’exécution de cette guerre contre la terreur en pleine expansion est de plus en plus découplée du processus démocratique. Alors que le président Obama avait promis au peuple américain en 2008 de mettre fin à la guerre en Irak, les troupes américaines n’ont été retirées que lorsque des informations provenant d’un câble ont relancé l’examen international des abus commis en Irak, ce qui a entraîné le refus d’accorder une immunité permanente aux troupes américaines en 2012 ou au-delà.

En 2007, l’ambassade des États-Unis à Bagdad a obtenu une copie du rapport d’enquête final du gouvernement irakien sur le massacre de 17 civils le 16 septembre 2007 sur la place Nisour. Le rapport concluait que l’incident était une attaque non provoquée contre des civils non armés, demandait une indemnisation de 8 millions de dollars pour chaque décès et de 4 millions de dollars pour chaque blessé, et exigeait que la société de sécurité privée Blackwater soit remplacée dans les six mois. Blackwater a continué à opérer en Irak pendant deux ans par la suite, et l’ambassade des États-Unis a indemnisé les victimes à hauteur de 10 000 dollars pour chaque décès et de 5 000 dollars pour chaque blessé. Cinq ans plus tard, les mercenaires de Blackwater incriminés ont échappé à l’obligation de rendre des comptes en Irak, et les tentatives de les traduire en justice aux États-Unis se sont soldées par une longue série d’affaires classées sans suite et un compromis non divulgué. La publication par WikiLeaks de 391832 rapports de terrain de l’armée américaine (Iraq War Logs) a permis de découvrir 14 autres cas où Blackwater a ouvert le feu sur des civils, ainsi que de nombreux autres cas d’abus. Les carnets de bord de la guerre d’Irak ont également montré comment les États-Unis ont livré des prisonniers à la torture avec des détails sordides – des histoires d’électrocution, de mutilation et de victimes torturées avec des perceuses.

Le fait que, cinq ans plus tard, les victimes du massacre de la place Nisour n’aient vu aucune responsabilité significative est une atrocité. Mais il n’est malheureusement pas surprenant que les États-Unis réclament l’immunité pour leurs forces dans d’autres pays, pour ensuite ne pas administrer la justice chez eux.

Ces événements – et en particulier un câble détaillant lexécution sommaire de 10 civils irakiens, dont quatre femmes et cinq enfants – par des soldats américains et une frappe aérienne ultérieure pour dissimuler les preuves, ont forcé le retrait des États-Unis d’Irak en 2011. L’histoire de l’exécution menottée et de la dissimulation a suscité l’indignation du monde entier au milieu des négociations visant à prolonger la présence des troupes américaines en 2012 et, en réponse à la couverture internationale, l’Irak a relancé son enquête sur l’incident. L’Irak a finalement refusé d’accorder l’immunité aux troupes américaines en 2012, ce qui a contraint les États-Unis à se retirer en décembre 2011.

Cette violence systémique et cette dissimulation s’étendent à la guerre en Afghanistan. Lorsque l’on a appris qu’une campagne de bombardement à minuit sur le village afghan de Granai en 2009 avait peut-être causé la mort d’une centaine de civils, les responsables américains ont publiquement affirmé que la plupart des morts étaient des combattants talibans. Un câble du département d’État rédigé peu après l’événement résume une réunion entre le chef de la Croix-Rouge en Afghanistan, Reto Stocker, et l’ambassadeur américain Carl Eikenberry, au cours de laquelle ils ont discuté des conclusions d’une enquête sur l’événement. Dans le câble, Stocker est présenté comme « l’une des sources les plus crédibles d’informations impartiales et objectives en Afghanistan ». Le rapport de la Croix-Rouge estime que 89 des morts et 13 des blessés étaient en fait des civils. Ni le gouvernement américain ni la Croix-Rouge n’ont révélé publiquement ces chiffres.

WikiLeaks et le printemps arabe

Les câbles tunisiens décrivent l’extrême corruption et le manque de transparence du régime Ben Ali. La famille élargie de Ben Ali est décrite comme la pire des délinquantes, sa vie somptueuse s’accompagnant « d’un large éventail de manœuvres de corruption« , notamment « l’expropriation de biens et l’extorsion de pots-de-vin ». Nous avons également appris que les biens de la famille Ben Ali comprenaient une compagnie aérienne, plusieurs hôtels et une station de radio. Un câble décrit la censure par l’État de la seule station de télévision par satellite privée de Tunisie, ainsi qu’un jugement fiscal surprise de près de 1,5 million de dollars contre la station.

Dans son rapport annuel 2011, Amnesty International a félicité WikiLeaks et ses partenaires médiatiques pour avoir catalysé la révolution en Tunisie :

 » Alors que la  » révolution de jasmin  » en Tunisie n’aurait pas eu lieu sans le long combat de courageux défenseurs des droits humains au cours des deux dernières décennies, le soutien aux militants de l’extérieur du pays a peut-être été renforcé lorsque les gens ont examiné de près les documents de WikiLeaks sur la Tunisie et compris les racines de la colère. En particulier, certains des documents indiquaient clairement que les pays du monde entier étaient conscients de la répression politique et du manque d’opportunités économiques, mais que, pour la plupart, ils ne prenaient aucune mesure pour inciter au changement. »

Lorsque le président tunisien Moncef Marzouki s’est entretenu avec moi dans le cadre de l’émission The World Tomorrow, il a remercié WikiLeaks pour son travail, déclarant : « Je vous suis très reconnaissant pour tout ce que vous avez fait pour promouvoir les droits de l’homme, la vérité, et j’admire et soutiens vos efforts. »

Peu après la révolution tunisienne, des manifestations ont éclaté en Libye, et un nouveau lot de câbles a révélé les calculs stratégiques qui sous-tendent le soutien des États-Unis au régime de Kadhafi. En Égypte, des câbles ont révélé que Moubarak préférait mourir au pouvoir plutôt que de se retirer et que son fils lui succéderait probablement. Puis, alors qu’il est apparu que le vice-président Suleiman était pressenti pour remplacer Moubarak, des câbles ont été publiés, détaillant son ancien rôle de chef des services de renseignement, ainsi que ses liens étroits avec Israël. Ces éléments sont devenus un élément crucial du soulèvement égyptien en cours.

Un cabinet de conseil mondial pour les escadrons de la mort ?

Pendant des années, WikiLeaks a été accusée par des responsables américains et des experts de droite de rendre le monde moins sûr et d’avoir potentiellement causé du tort en publiant des secrets embarrassants. En réalité, les câbles montrent que la torture et les meurtres ne sont pas des événements isolés, mais les manifestations violentes d’une politique agressive de coercition utilisée par les États-Unis dans la poursuite de leurs objectifs stratégiques commerciaux et politiques dans le monde.

Bien que la loi américaine interdise la formation d’unités militaires ayant des antécédents de violations des droits de l’homme, dans la pratique, cette loi est facilement et souvent contournée. L’unité d’élite des forces spéciales KOPASSUS de l’armée indonésienne a brutalement réprimé le mouvement de libération des Papous occidentaux (la Papouasie occidentale est occupée par l’Indonésie depuis 1963), comme l’a largement documenté Human Rights Watch. Malgré cela, les diplomates américains à Jakarta ont jugé en 2007 que le moment était venu de reprendre la collaboration avec KOPASSUS, au nom de « l’intérêt commercial » et de « la protection des fonctionnaires américains. »

Un câble diplomatique de novembre 2009 mentionne en passant que les paramilitaires de droite en Colombie sont responsables de la mort de 257089 victimes, un chiffre bien supérieur aux estimations des militants locaux des droits de l’homme. Les États-Unis ont néanmoins offert un soutien généreux à l’armée colombienne ; Amnesty International, qui a demandé l’arrêt complet de l’aide militaire américaine à la Colombie, a estimé que l’aide américaine totale en 2006 s’élevait à 728 millions de dollars, dont 80 % étaient consacrés à l’assistance militaire et policière. Depuis 2012, le soutien militaire américain à la Colombie se poursuit.

Ces exemples illustrent l’interprétation libérale par les États-Unis des lois interdisant la formation d’unités militaires ayant des antécédents de violations des droits de l’homme. Dans un autre câble datant d’août 2008, des responsables américains reconnaissent que l’escadron de la mort bangladais, le Rapid Action Battalion (RAB), a été impliqué dans des violations évidentes des droits de l’homme, ce qui rend difficile le soutien au RAB ; les responsables américains espèrent toutefois améliorer le bilan du RAB et polir son image publique. Les responsables américains ont félicité le RAB pour avoir « réussi à réduire la criminalité et à combattre le terrorisme, ce qui en fait à bien des égards l’unité de police la plus respectée du Bangladesh ». Dans un câble diplomatique datant de 2009, il a également été révélé que le Royaume-Uni avait formé le RAB au cours des 18 mois précédents « dans des domaines tels que les techniques d’entretien d’investigation et les règles d’engagement ».

Espions du ministère des Affaires étrangères

En 2009, Hillary Clinton a envoyé une directive sur la collecte de renseignements à 33 ambassades et consulats dans le monde. Cette directive demandait aux diplomates de recueillir des renseignements sur les fonctionnaires de l’ONU, notamment des numéros de carte de crédit et des identifiants en ligne. Un câble similaire demandait des renseignements sur des fonctionnaires de la République démocratique du Congo, du Burundi, du Rwanda et de l’Ouganda, et mentionnait spécifiquement la collecte d’échantillons d’ADN, de scans de l’iris et de mots de passe informatiques.

Un autre câble du département d’État a révélé qu’une taupe au sein du gouvernement allemand espionnait pour l’ambassade des États-Unis à Berlin, informant fréquemment les responsables américains des négociations entre les chrétiens-démocrates conservateurs de Mme Merkel et le FDP de M. Westerwelle sur la formation d’un nouveau gouvernement de coalition en 2009. Helmut Metzner, ancien chef de cabinet du ministre allemand des affaires étrangères, a admis être la taupe mentionnée dans ces câbles lorsque cette histoire a été révélée dans la presse, et a été limogé par la suite.

Lobbying pour l’irresponsabilité — Manipulation du processus judiciaire dans d’autres pays

Les abus qui se produisent en temps de guerre, comme ce fut le cas en Irak, sont souvent considérés par leurs auteurs comme exceptionnels, et l’on nous assure souvent que lorsque des abus ont été commis, les mécanismes de responsabilité mis en place permettront de rendre justice. Les câbles diplomatiques nous ont donné de nombreux exemples concrets de la coercition utilisée par les États-Unis pour manipuler et saper les processus judiciaires dans d’autres pays, et ils établissent une politique claire pour l’évitement de la responsabilité sous toutes ses formes.

Pendant l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003, deux journalistes – dont le journaliste espagnol José Couso – ont été tués et trois autres ont été blessés lorsqu’un char américain a tiré sur l’hôtel Palestine à Bagdad. Une enquête sur cet événement a ensuite été lancée en Espagne, et un mandat d’arrêt international a été émis à l’encontre de trois soldats américains impliqués. Les câbles montrent que les États-Unis se sont battus énergiquement pour que les autorités espagnoles abandonnent l’affaire. Dans un câble, l’ambassadeur américain Eduardo Aguirre insiste sur cette affaire : « Alors que nous prenons soin de montrer notre respect pour la mort tragique de Couso et pour l’indépendance du système judiciaire espagnol, en coulisses, nous nous sommes battus bec et ongles pour que les accusations soient abandonnées. » Honteusement, cette citation a été expurgée dans les articles originaux publiés sur le sujet par El Pais et Le Monde.

Dans un autre exemple datant de 2003, un citoyen allemand d’origine libanaise, Kalid el-Masri, a été enlevé alors qu’il passait des vacances en Macédoine, puis transféré en Afghanistan par la CIA et torturé pendant quatre mois. Lorsque ses ravisseurs ont finalement décidé qu’il était innocent, il a été envoyé par avion en Albanie et abandonné sur une route de campagne sans même présenter d’excuses. Dans un câble datant de 2007, nous apprenons que lorsqu’un procureur allemand a émis des mandats d’arrêt à l’encontre d’agents impliqués dans l’enlèvement d’El-Masri, l’ambassadeur américain à Berlin a mis en garde les responsables allemands qu’il y aurait des répercussions. Aucune arrestation n’a encore eu lieu et el-Masri est toujours en quête de justice.

La manipulation des États-Unis s’est étendue au Royaume-Uni, où un câble montre que, lors d’une enquête publique britannique dirigée par Sir John Chilcot sur le rôle du Royaume-Uni dans la guerre en Irak, le ministère de la défense avait « mis en place des mesures » pour protéger les intérêts américains.

Les puissances mondiales s’efforcent de briser la solidarité environnementale et d’exploiter les « opportunités » du changement climatique

Sur les questions environnementales, les câbles montrent que les États-Unis font régulièrement des gestes symboliques plutôt que d’initier des pratiques substantielles pour lutter contre le changement climatique, et qu’ils s’efforcent d’adapter les accords internationaux à leurs propres intérêts commerciaux.

La secrétaire d’État Hillary Clinton a demandé aux ambassades de recueillir des renseignements sur les préparatifs de la réunion de la Convention des Nations unies sur le changement climatique de Copenhague en décembre 2009, en demandant des détails biographiques sur les représentants de la Chine, de la France, du Japon, du Mexique, de la Russie et de l’Union européenne. Les câbles montrent qu’à Copenhague, les États-Unis ont manipulé les négociations de l’accord en offrant des « cadeaux » aux pays les plus pauvres pour faire dévier l’opposition à l’accord proposé par les premières puissances mondiales. Un autre câble de la secrétaire d’État a révélé qu’en 2010, un ambassadeur désigné des Maldives avait souligné l’importance d’une « aide substantielle » des grandes économies aux plus petites. À la suite de cette réunion, l’accord a offert une compensation financière aux pays pauvres souffrant des effets du réchauffement climatique.

Lors d’une visite au Canada en 2009, David Goldwyn, coordinateur du département d’État pour les affaires énergétiques internationales, a discuté de l’aide en matière de relations publiques à offrir à l’industrie des sables bitumineux. M. Goldwyn a proposé de consulter des experts, des universitaires et des groupes de réflexion pour « accroître la visibilité et l’accessibilité de nouvelles plus positives. » Le câble a ensuite été utilisé par les écologistes dans leur bataille contre l’oléoduc Keystone XL, qui expédie du pétrole brut à travers la frontière entre les États-Unis et le Canada. Début 2012, le président Obama a rejeté la proposition d’oléoduc Keystone XL, mais a récemment annoncé publiquement son soutien à une autre proposition. Il s’avère également que Goldwyn a fini par travailler pour Sutherland, un groupe de lobbying en faveur de Keystone XL.

Les câbles révèlent également que les États-Unis se positionnent soigneusement pour tirer parti des nouvelles possibilités d’exploitation des hydrocarbures et des minéraux de l’Arctique à mesure que le changement climatique fait fondre la glace polaire. Les diplomates américains espéraient offrir au Groenland un soutien pour son indépendance vis-à-vis du Danemark en échange de l’accès des compagnies gazières et pétrolières américaines à l’exploitation des ressources du pays. Les États-Unis surveillent de près la Russie, principal concurrent de l’Amérique pour les ressources de l’Arctique, mais les responsables américains se sont également montrés préoccupés par la revendication territoriale potentielle du Canada sur le passage du Nord-Ouest de l’Arctique.

Accords secrets – Contournement du processus démocratique

Les câbles du département d’État ont révélé que les États-Unis et leurs alliés concluent systématiquement des accords secrets avec divers gouvernements, en cachant les détails non seulement au public du pays, mais parfois même à ses représentants, ses ministres et ses organes de surveillance. En 2009, Jeremy Scahill et Seymour Hersh ont publié dans The Nation un article sur les missions de combat secrètes des forces d’opérations spéciales américaines et les frappes de drones au Pakistan. Interrogé à ce sujet, le porte-parole du ministère de la défense, Geoff Morrell, a rejeté ces allégations, les qualifiant de « théories conspirationnistes ». Un an plus tard seulement, des câbles publiés par WikiLeaks ont confirmé leur histoire. De plus, ces câbles citent le premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani disant à des responsables américains : « Je me fiche qu’ils le fassent tant qu’ils s’en prennent aux bonnes personnes – nous protesterons à ce sujet à l’Assemblée nationale, puis nous l’ignorerons. » Des articles basés sur des câbles du département d’État ont également révélé des accords entre les États-Unis et le Yémen dans lesquels le gouvernement yéménite revendiquait la responsabilité des attaques lancées par les États-Unis contre des milices locales. La publication des câbles du département d’État a entraîné une transparence totale sur certains aspects de la guerre contre le terrorisme.

Les câbles du département d’État ont également révélé que les États-Unis ont travaillé avec l’Australie pour affaiblir le texte d’un accord international interdisant l’utilisation de munitions à fragmentation – des bombes qui pulvérisent des milliers de petites bombes sur une grande surface. Sur plus de 13 000 victimes d’armes à sous-munitions recensées par Handicap International, plus de 98 % sont des civils et un tiers d’entre eux sont des enfants. Malgré cela, des câbles ont également révélé que le ministre britannique des Affaires étrangères de l’époque, David Miliband, a secrètement approuvé l’utilisation d’une faille juridique pour permettre aux États-Unis de stocker des armes à sous-munitions sur le territoire britannique, alors que le Royaume-Uni est signataire d’une convention les interdisant. Les États-Unis ne sont pas signataires de la convention sur les armes à sous-munitions, et ont même tenté en 2011 de faire lever l’interdiction par l’ONU.

En 2007, l’ancien vice-premier ministre canadien John Manley a demandé aux responsables américains des drones Predator pour aider à renforcer le soutien libéral à une présence canadienne soutenue dans la guerre en Afghanistan. À l’époque, M. Manley dirigeait un groupe d’experts nommé par le gouvernement et chargé d’examiner les intérêts du Canada dans un rôle futur en Afghanistan. En août 2012, le Ottawa Citizen a rapporté que le gouvernement canadien cherchait à dépenser jusqu’à 1 milliard de dollars pour une flotte de drones armés à la pointe de la technologie.

Les câbles ont également révélé que le Premier ministre conservateur du Canada, Stephen Harper, a secrètement promis à l’OTAN en janvier 2010 que le Canada resterait en Afghanistan pour assurer la formation de l’armée, même après la fin de sa mission en 2011. Le public canadien a été choqué lorsque le gouvernement a annoncé qu’il prolongeait sa mission en novembre de la même année. M. Harper a fait part aux diplomates américains de son inquiétude quant au fait qu’un départ anticipé des troupes canadiennes d’Afghanistan ressemblerait à un « retrait », reflétant le faible soutien du public à la mission du Canada en Afghanistan.

En 2008, les États-Unis ont proposé un « accord informel » aux représentants du gouvernement suédois pour l’échange d’informations sur les listes de surveillance du terrorisme. Les responsables américains ont expliqué qu’ils craignaient qu’un examen minutieux de la part du parlement suédois ne compromette « l’application de la loi et la coopération antiterroriste ». Les câbles ont également révélé qu’en 2009, les États-Unis ont repris l’échange complet de renseignements avec la Nouvelle-Zélande après l’avoir restreint en représailles à l’interdiction faite par ce pays aux navires à propulsion nucléaire ou armés de se rendre dans ses ports. Les deux gouvernements ont convenu que la coopération qui venait de reprendre ne devait pas être rendue publique.

La Realpolitik du lobbying commercial

Les câbles du département d’État montrent que les responsables américains et leurs partenaires commerciaux adoptent une position par défaut selon laquelle ils ont un droit intrinsèque aux ressources et à la domination du marché dans le monde entier.

Dans un câble de 2007 adressé au représentant américain au commerce, l’ambassadeur américain Craig Stapleton a suggéré d’adopter une approche dure envers l’Union européenne en raison de sa résistance aux produits et aliments génétiquement modifiés américains. Le refus de la France d’adopter les OGM et la biotechnologie agricole, selon l’ambassadeur Stapleton, conduirait à un rejet général des OGM en Europe, et il a suggéré des représailles pour aider les Français à voir les choses différemment :

« La Country Team Paris recommande de dresser une liste de représailles ciblées qui causent une certaine douleur dans toute l’UE, puisqu’il s’agit d’une responsabilité collective, mais qui se concentrent aussi en partie sur les principaux coupables. La liste doit être mesurée plutôt que brutale et doit être viable sur le long terme, car nous ne devons pas nous attendre à une victoire rapide. »

Les câbles montrent également que les États-Unis ont révoqué les visas de Xavier Neira, alors candidat à la présidence de l’Équateur, et de sept autres personnes en raison de leur implication dans une affaire judiciaire contre la société pharmaceutique américaine Pfizer pour concurrence déloyale. La décision de révoquer leurs visas a coïncidé avec les prochaines élections présidentielles et une décision de justice imminente sur cette affaire. Dans leur explication de la révocation, les autorités citent la « corruption » et l’affaire contre Pfizer.

La société pétrolière Shell, basée aux États-Unis, a une longue et sordide histoire au Nigeria, et ses représentants ont parlé ouvertement de ses activités dans le pays. Lors d’une réunion en 2009, des représentants de Shell ont déclaré à des responsables américains qu’ils seraient en mesure d’influencer le projet de loi sur l’industrie pétrolière de 2009 du gouvernement nigérian afin de servir leurs intérêts.

Des câbles de 2005 soulignent la détermination des États-Unis à « améliorer le climat d’investissement » pour les sociétés minières au Pérou. Des représentants du Canada, du Royaume-Uni, de l’Australie, de la Suisse et de l’Afrique du Sud se sont réunis pour élaborer des stratégies visant à contourner les protestations contre l’exploitation minière émanant d’un groupe diversifié d’ONG, de l’Église catholique et de Péruviens autochtones. Une fois que les manifestations ont tourné à la violence, les États-Unis en ont fait une excuse pour surveiller des groupes d’ONG comme Oxfam et Friends of the Earth, et ont demandé au gouvernement péruvien de renforcer la sécurité en prenant le contrôle des routes et des zones de transit.

Dans d’autres cas, des fonctionnaires de l’ambassade des États-Unis ont aidé à faire pression pour ou contre certains textes de loi en fonction des intérêts commerciaux des États-Unis. Des fonctionnaires américains ont fait pression au nom de Visa et MasterCard contre un projet de loi en Russie qui aurait créé un système national de paiement par carte, privant Visa et MasterCard de leurs parts de marché.

Duplicité stratégique sur les droits de l’homme et la liberté de la presse

Un câble résumant une réunion avec un directeur d’Al Jazeera montre que les responsables américains s’attendaient à ce qu’un reportage spécial contenant des images explicites de blessés irakiens soit modifié et que ses images soient retirées. Dans un autre câble, il est demandé au directeur d’expliquer l’absence de couverture par Al Jazeera des élections et des manifestations en Iran, par opposition à sa couverture « intensive«  de Gaza.

La cinquième flotte de la marine américaine est basée dans le royaume de Bahreïn, et les États-Unis ont entretenu des relations mutuellement bénéfiques avec les dirigeants du pays au cours des dernières années. Dans un câble, l’ambassadeur américain à Bahreïn faisait l’éloge du pays et de son roi, soulignant que des entreprises américaines y avaient remporté d’importants contrats. Ce même régime a brutalement réprimé les manifestants pendant le printemps arabe, et les autorités bahreïnies ont fermé les sites web et les publications dissidentes. Alors que le département d’État américain a sévèrement condamné la répression des manifestations après les élections de 2009 en Iran, il est resté silencieux sur les tueries commises à Bahreïn.

La monarchie thaïlandaise mise à nu

La loi thaïlandaise sur la lèse-majesté empêche quiconque dans le pays de parler ouvertement de la monarchie sans risquer de graves sanctions. De ce fait, tout rapport sur l’évolution de la situation politique dans le pays est censuré, et la connaissance du public sur l’environnement politique du pays est très limitée. Le journaliste Andrew MacGregor Marshall a quitté son emploi à Reuters pour écrire son livre Thailand’s Moment of Truth, en utilisant les câbles thaïlandais qui exposent pour la première fois des aspects obscurs et tabous de la politique, de l’histoire et des relations internationales de la Thaïlande.

Les États-Unis s’efforcent de remodeler les points de vue et la législation mondiale sur la propriété intellectuelle et le droit d’auteur

Des groupes de pression basés aux États-Unis travaillent main dans la main avec des fonctionnaires du département d’État américain dans le monde entier pour faire pression de manière agressive en faveur de la législation et des accords commerciaux qui favorisent les entreprises américaines telles que Google, Facebook, Apple et Microsoft, ou les grands studios de cinéma tels que Disney, Paramount, Sony et Warner.

Un câble de 2006 en provenance du Japon décrit les premières ébauches de propositions pour un « étalon-or » dans l’application des droits de propriété intellectuelle, appelé ACTA. Cette norme était censée donner aux détenteurs de la propriété intellectuelle des pouvoirs beaucoup plus importants, même au détriment de la vie privée des citoyens et de l’application régulière de la loi. L’ACTA a ensuite été négocié en secret, à l’insu du grand public, jusqu’à ce que WikiLeaks divulgue le premier projet en 2008. Dans l’industrie cinématographique, le groupe de pression des studios de cinéma a conspiré avec son homologue australien pour établir un précédent juridique permettant de tenir un fournisseur d’accès à Internet responsable d’une violation des droits d’auteur en Australie. Quel est l’effet de ces pressions ? Il s’agit d’un environnement mondial où la législation et les précédents juridiques sont établis au profit des détenteurs de propriété intellectuelle qui sont riches, puissants et influents – même au détriment du bien public.

Briser le monopole de l’influence

Les exemples que je présente ci-dessus ne représentent qu’une petite fraction de ce qui a été révélé par le matériel de WikiLeaks. Depuis 2010, les gouvernements occidentaux ont tenté de dépeindre WikiLeaks comme une organisation terroriste, ce qui a entraîné une réaction disproportionnée de la part de personnalités politiques et d’institutions privées. Il est vrai que les publications de WikiLeaks peuvent changer le monde et l’ont fait, mais ce changement a clairement été pour le mieux. Deux ans plus tard, aucune plainte pour préjudice individuel n’a été présentée, et les exemples ci-dessus montrent clairement qui a du sang sur les mains.

Dans les grandes démocraties occidentales, le discours politique est tellement contrôlé depuis si longtemps qu’il n’est plus choquant de voir des experts occidentaux se substituer aux victimes du tiers-monde ou de voir un président américain monter sur un podium pour recevoir son prix Nobel de la paix et plaider en faveur de la guerre. En fait, il n’est plus certain qu’un média tel que le New York Times commette aujourd’hui le même acte qu’en 1971, lorsque Daniel Ellsberg a divulgué les Pentagon Papers.

Lors d’un débat entre Daniel Ellsberg et Jill Abramson, rédactrice en chef du New York Times, sur les Pentagon Papers, Ellsberg a exprimé son désaccord sur l’acquiescement du Times à la demande de l’administration Bush de retarder l’article de James Risen sur les écoutes sans mandat de la NSA jusqu’après les élections de 2004. Abramson s’est montré équivoque :

« Le problème, c’est que lorsque le gouvernement dit – vous savez – qu’en publiant un article, vous nuisez à la sécurité nationale, vous aidez les terroristes. Je veux dire, il y a encore des gens aujourd’hui qui soutiennent que le programme de la NSA était le joyau de la couronne, le programme antiterroriste le plus précieux que l’administration Bush avait mis en place, et que le Times a eu terriblement tort de le publier. »

Pendant le même débat, Daniel Ellsberg a déclaré à propos des Pentagon Papers :

« Le secret de ces documents a jusqu’à présent condamné à mort plus de 30 000 Américains et plusieurs millions de Vietnamiens. Et le fait de continuer à les garder secrets contribuera sans aucun doute à la mort de dizaines de milliers d’autres Américains, et ainsi de suite. Je pense que c’est vrai. Mais cela se retrouve dans l’affaire WikiLeaks, en ce moment même. »

Depuis la publication des câbles diplomatiques, WikiLeaks a poursuivi ses activités malgré le blocus financier, publiant des documents divulgués d’entreprises qui vendent des dispositifs d’interception de masse à des agences d’espionnage d’État du monde entier ; les profils de presque toutes les personnes détenues à la prison de Guantánamo Bay ; les manuels de politique des États-Unis sur la détention des prisonniers militaires dans le cadre de la guerre contre la terreur ; les bases de données de renseignements de la société de renseignement privée Stratfor ; et des millions de documents provenant de l’intérieur du gouvernement syrien. Les informations que nous avons divulguées contredisent le discours politique contrôlé et claironné par les médias institutionnels et les gouvernements occidentaux pour façonner la perception du public.

Nous poursuivrons notre combat contre le blocus financier, et nous continuerons à publier. Les menaces du Pentagone à notre encontre rendent un mauvais service aux États-Unis et seront ignorées.

Julian Assange
Rédacteur en chef et fondateur, WikiLeaks

Avec les remerciements à WikiLeaks Press pour les recherches.

Traduction « préférez-vous un monde avec Wikileaks et Julian Assange ou un monde sans  ? » par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.