Soupçonné d’espionnage : un marocain arrêté en Allemagne

 

Soupçonné d’espionnage: un marocain arrêté en Allemagne

 

     Les autorités allemandes annoncent ce lundi 14 novembre l’arrestation d’un ressortissant  marocain âgé de 56  ans soupçonné d’«espionner» des groupes d’opposition marocains et des militants sahraouis en lutte pour l’indépendance des territoires du Sahara Occidental, installés  en Allemagne, rapporte le quotidien allemand Sùddeutsche Zeitung, citant le parquet fédéral de Karlsruhe au Sud-ouest de l’Allemagne.

Le ressortissant marocain, détenteur aussi de la nationalité allemande, est soupçonné  de travailler pour les services secrets marocains et d’être tout  particulièrement chargé de surveiller les militants du  Front Polisario.

Cette affaire intervient vingt-quatre heures après le licenciement de la ressortissante Marocaine, répondant au nom de Wafa Beraichi, cheffe d’unité administrative à l’Unesco,  en raison de ses connivences avec les services de renseignements marocains dans le scandale  d’espionnage Pegasus.

L’arrestation du ressortissant marocain en Allemagne, révèle la nature du régime du Makhzen qui ne lésine pas sur les moyens pour espionner ses ressortissants, sympathisants et opposants, militants de la cause sahraouie et même alliés comme c’est le cas pour le président français et des membres de son gouvernement. Sur ce registre, il convient de rappeler, l’affaire d’espionnage révélée il y a quelques mois par le journal français Le Point, concernant le Conseil français du Culte musulman (CFCM), dirigé par Mohammed Moussaoui,  infiltré par les services de renseignement du Makhzen.il s’agissait de Mohamed B, résidant en France depuis 2010, et qui faisait objet d’un mandat d’arrêt depuis mars 2018 pour « corruption d’agents publics en France ».

Fiché « S03 », il était soupçonné d’avoir tenté d’infiltrer plusieurs organisations islamiques françaises pour le compte des services de renseignement marocains.

Mohamed B. aurait réussi l’opération de la transmission illégale de documents officiels dont certains seraient classés « confidentiel défense », indiquait Le Point . »Plus qu’un simple agent, l’homme est en réalité un rouage essentiel de la Direction générale des études et de la documentation (DGED) », ajoutait la même source.

D’après Le Point, l’espion fait partie du réseau marocain visant à asseoir l’influence du Maroc sur de nombreuses mosquées françaises, à l’instar de ce qu’a été révélé par les médias néerlandais sur le même subterfuge mis en place par le Makhzen, pour espionner les fidèles des mosquées en terre néerlandaise, dont des ressortissants marocains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.