Le système de santé algérien à l’époque du COVID-19

       Par: Thomas Serres  

[Cet article fait partie d’un bouquet spécial sur les relations entre la pandémie COVID-19 et la mobilisation sociale au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et aux États-Unis. Cliquez  ici  pour voir la liste complète des entrées.]

Hôpital des Sœurs de Bedj en Algérie. Photo de chevalier d’honneur via Wikimedia Commons.

L’Algérie fait partie des pays d’Afrique qui ont été les plus touchés par la pandémie, avec plus de 1 200 décès et 30 000 cas confirmés début août. Le système de santé a longtemps été le miroir des faiblesses, des forces et des tensions plus générales du pays. Tout au long de son mandat (1999-2019), Bouteflika a connu une série de réformes visant notamment à promouvoir de nouvelles formes de gestion dans les hôpitaux publics. La santé est prise entre l’impératif de maintien d’un service public essentiel et les efforts de libéralisation du secteur, et le principe fondateur de l’égalité entre les citoyens et la volonté du gouvernement de réguler les dépenses publiques. Malgré la crise économique des années 80 et 90, le système de santé public couvre près de 90% de la population et assure une couverture gratuite aux patients souffrant de maladies chroniques. Entre 1963 et 2012, la densité moyenne d’agents de santé pour dix mille citoyens a augmenté régulièrement (de 0,4 à 12,1 pour les médecins, 3,3 à 19,5 pour les infirmières et infirmiers auxiliaires, 0,24 à 2,2 pour les pharmaciens).

Certes, le système algérien est parmi les meilleurs d’Afrique. Pourtant, il reste loin des normes des pays plus riches. Les praticiens de la santé ont longtemps été confrontés à des défis terribles, à commencer par le manque d’équipement adéquat et d’ installations vieillissantes , la surveillance bureaucratique et l’isolement dans des déserts médicaux dispersés sur un immense territoire national. Les failles du système ont alimenté la colère et la frustration de la population. En conséquence, des actes de violence ont parfois visé des praticiens de la santé, qui ont été mis en position de pare-chocs par les gouvernements successifs. Cela s’est traduit par des mouvements sociaux récurrents dans les hôpitaux publics, les infirmières, les médecins ou les paramédicaux dénonçant leurs conditions de travail. En 2011, le nouvellement fondé  Un collectif autonome de médecins résidents algériens a mené une série d’actions pour faire écho à ces doléances. Face à l’absence de réponse des pouvoirs publics, les médecins ont lancé un mouvement de grève historique en 2018, réclamant de meilleures conditions de travail et une réforme de leur fonction publique. Ces actions se sont heurtées à la répression et à la brutalité policières habituelles . En conséquence, le pays a longtemps souffert de l’exil de ses médecins, avec plus de douze mille travaillant à l’ étranger en 2017, principalement en France.

Les problèmes d’hygiène et de santé ont également alimenté les griefs qui ont conduit au Hirak. À l’été 2018, des centaines de cas de choléra causés par l’eau contaminée utilisée pour laver les pastèques mettent en lumière la détérioration de l’état de santé publique. Le mécontentement exprimé lors de la mobilisation révolutionnaire était également lié à la corruption et à la mauvaise gestion qui ont conduit à la lente disparition du système de santé algérien. Au début du mouvement, un Abdelaziz Bouteflika malade a quitté le pays pour se faire soigner en Suisse. Le départ du président dans un hôpital européen est apparu comme une autre preuve du mépris des élites dirigeantes algériennes à la fois pour la population et les médecins.

Tout au long de 2019, les militants de la base ont poursuivi leurs efforts pour créer un modèle de citoyenneté horizontale et dénoncer les injustices omniprésentes. La situation dans les hôpitaux publics était l’une des nombreuses urgences qu’ils ont identifiées. L’administration et la justice ont répondu par le déni et la répression. En août 2019, le membre d’une association de soutien aux sans-abri a été brièvement détenu pour avoir enregistré un clip montrant un patient démuni négligé par le personnel de l’hôpital Mustafa Pacha d’Alger. Elle a été arrêtée à la suite d’une poursuite en diffamation intentée par la direction de l’hôpital. Le même mois, le maire de la petite ville de Souk El Tenine, en Kabylie, a menacé de démissionner si le wali(gouverneur) n’a pas honoré la promesse de construire rapidement un petit hôpital. Dans l’ensemble, le Hirak n’a pas changé la situation désastreuse des médecins confrontés aux carences de l’État et exposés aux expressions de mécontentement populaire. À la fin de 2019, beaucoup considéraient qu’ils étaient devenus les «boucs émissaires» d’un système de santé toujours géré de manière chaotique.

La pandémie a atteint l’Algérie début mars. D’un point de vue politique, cela représentait une opportunité pour le régime de sévir contre ses détracteurs sans risquer une réaction populaire dans les rues. Certains ont réagi avec incrédulité et les théories du complot habituelles ont circulé, démontrant l’affaiblissement continu des discours officiels. L’ appel désespéré d’un médecin de l’hôpital de Zmirli en larmes, appelant ses concitoyens à prendre la maladie au sérieux, a néanmoins largement diffusé sur les réseaux sociaux. La plupart des militants du Hirak ont ​​ainsi fait le choix de la responsabilité et de la courtoisie, suivant la stratégie qu’ils avaient adoptée depuis les débuts du mouvement. Ils ont suspendu leurs actions de rue avant que le président nouvellement élu, Abdelmadjid Tebboune, n’annonce une série de mesures le 17 mars 2020, notamment la fermeture des frontières du pays et l’interdiction des marches. Engagés à poursuivre leur mouvement par d’autres moyens, les militants ont manifesté leur solidarité avec le personnel médical de première ligne. Les étudiants ont notamment travaillé à la production d’équipements de protection pour les hôpitaux . Plus largement, l’Algérie a été témoin de manifestations de gratitude et de soutien pour les médecins praticiens similaires à ceux expérimentés dans de nombreux pays à travers le monde.

Pourtant, derrière cette unanimité, la méfiance généralisée à l’égard des pouvoirs publics persistait. Certains militants ont accusé le gouvernement de sous-estimer les décès liés au COVID et ont publié leurs propres statistiques sur les réseaux sociaux. La colère a rapidement refait surface dans les hôpitaux publics alors que les patients publiaient des vidéos des conditions de leur isolement. Les caractéristiques ressemblant à des prisons des installations, leur insalubrité et le manque apparent de soins médicaux ont provoqué des cris d’indignation incriminant une fois de plus un État algérien défaillant. À Boufarik, un patient traité pour coronavirus s’est évadé de l’hôpital et s’enfuit à Mostaganem, à quelque trois cents kilomètres à l’ouest. Plus tragiquement, la situation tendue dans les hôpitaux publics et les carences de l’administration ont eu un impact direct sur les travailleurs de première ligne. En mai, la mort d’un jeune médecin de Ras el-Oued a suscité l’indignation. Wafa Boudissa en était à son huitième mois de grossesse lorsqu’elle a présenté un certificat médical attestant ses problèmes de santé préexistants, mais la direction de l’hôpital l’a forcée à continuer à travailler. En juillet, alors que la situation sanitaire semblait s’aggraver, plusieurs cas de violence visant des médecins et au moins deux cas de suicides de médecins ont été signalés. Dans ce contexte, les hôpitaux ont de nouveau vu des expressions de mécontentement car les travailleurs de première ligne ont dénoncé le manque de matériel de protection et la désorganisation de leurs services.

La situation du système de santé illustre de nombreuses caractéristiques de l’Algérie de Tebboune. La constitution du pays reconnaît le droit de tous les citoyens aux soins de santé. D’une certaine manière, l’État prend certainement cette mission au sérieux. Pourtant, les carences structurelles des pouvoirs publics ont exposé les travailleurs de première ligne aux dangers de la pandémie et à la détresse mentale qui vient d’être confrontés à la colère et au désespoir populaires. Malgré la mobilisation de citoyens bénévoles, les médecins font les frais des problèmes structurels accumulés au fil du temps. Interrogés sur leurs erreurs, les hauts fonctionnaires refusent d’être tenus responsables. Lors d’une conférence de presse surréaliste, le ministre de la Santé a nié toute responsabilité dans la désorganisation des hôpitaux publics, car il n’avait été nommé que quelques mois auparavant.si les Algériens voulaient vivre dans un pays comme le Danemark, c’était à eux d’agir comme au Danemark . Plus généralement, le gouvernement a réagi à la crise avec un volontarisme qui ne cache pas sa désorganisation et le paternalisme des hauts fonctionnaires. Comme toujours, face à un défi, le gouvernement réagit en mobilisant ses agences de sécurité. À Oran, les forces de police ont été déployées massivement pour protéger les hôpitaux et empêcher la prise de photos. Fin juillet, les voyages à destination et en provenance de vingt-neuf wilayas étaient toujours interdits. Des points de contrôle supplémentaires ont été mis en place sur tout le territoire. Encore une fois, plutôt que de privilégier une approche collaborative et de reconnaître ses limites, l’État algérien réagit en sécurisant le problème. En recourant à la coercition et à des mesures autoritaires, le régime alimente davantage la méfiance populaire sans atténuer la situation désastreuse des médecins dans les hôpitaux du pays.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

العربية AR 简体中文 ZH-CN English EN Français FR Deutsch DE Italiano IT Português PT Русский RU Español ES Tiếng Việt VI