Venezuela / Un cocktail imprévisible. Débâcle pétrolière et élections parlementaires

            Par Ociel Alí López

L’arrivée des navires iraniens qui ont apporté du carburant au Venezuela fin mai et de la nourriture à la mi-juin, au mépris des sanctions des Etats-Unis, a produit, à court terme, une petite victoire du gouvernement de Nicolas Maduro sur la scène internationale. Mais surtout, elle a marqué inéluctablement le début d’une ère post-pétrolière pour le pays des Caraïbes.

Aux dates de mai-juin, le gouvernement a été contraint de prendre deux décisions qu’il avait évitées pendant de nombreuses années et qui relevaient d’un interdit du chavisme: l’augmentation et la dollarisation du prix de l’essence. Le 30 mai, le gouvernement a annoncé un système de tarification de l’essence avec deux modes de vente. L’une d’entre elles s’adresse à quelque 1200 stations-service publiques qui vendent de manière limitée et extra-subventionnée à ceux qui disposent du «carnet de la patrie», ce qui leur permet de bénéficier de certaines politiques d’aide de l’État: 120 litres par mois et par véhicule (60 pour les motos), à seulement 3 dollars par mois. L’autre mode envisage quelque 200 points de vente, où les entrepreneurs privés peuvent vendre librement de l’essence à 0,5 dollar le litre. Le gouvernement a annoncé les nouveaux prix en bolivars et en dollars et a précisé que dans le mode de vente privée, le paiement sera effectué «par carte, en devises étrangères ou en pétro», ce qui signifie en fait que le paiement sera officiel en devise américaine.

Le prix dérisoire de la distribution publique, qui selon le gouvernement sera d’une validité transitoire, permettrait, selon plusieurs analystes, d’accentuer les problèmes déjà existants de revente, de corruption et de contrebande. Mais la véritable nouveauté de l’annonce a été d’imposer le mode privé, en dollars, comme principale forme d’approvisionnement pour le Vénézuélien moyen, contrairement à la tradition historique des ventes monopolistiques d’État à des prix pratiquement symboliques.

La vérité est que depuis des années, plusieurs États du Venezuela, en particulier ceux qui bordent la Colombie, ont souffert de graves pénuries de carburant en raison de la contrebande. Pour remplir leurs véhicules, les habitants devaient passer des heures et même des jours dans les énormes files d’attente. Au fil du temps, le fléau s’est étendu à tout le pays et est arrivé à Caracas au moment où la quarantaine due au coronavirus a commencé le 17 mars.

Adieu au pays producteur de pétrole

Les navires iraniens étant en sécurité, après la première expédition (1,5 million de barils d’essence et d’additifs de raffinage), certaines stations-service ont commencé à être approvisionnées, mais il n’est pas encore certain que ces transferts d’essence en provenance de l’étranger puissent être stabilisés et que l’activité des raffineries vénézuéliennes puisse revenir à la normale. Dans les deux scénarios, la gestion des Iraniens et leur capacité à se soustraire aux sanctions des États-Unis est essentielle. À la mi-juillet, un tribunal du district de Columbia (Etats-Unis) a émis une ordonnance de saisie des cargaisons à destination du Venezuela.

Les raffineries vénézuéliennes ont été progressivement paralysées au cours de l’année 2019, alors que la société pétrolière d’État vénézuélienne PDVSA est entrée dans une spirale de crise irrépressible. Ce phénomène a transformé le pays autrefois producteur de pétrole en un pays dépendant de l’essence importée et d’une économie basée sur les revenus des puits pétroliers en un pays soutenu avec grande difficulté par les envois de fonds des émigrants et l’exploitation de l’or, en plus du pétrole rare qu’il peut encore vendre.

La crise de PDVSA est due à une vague de problèmes différents et de longue date. Pendant des années, l’entreprise a souffert de graves problèmes de gestion, d’un manque d’investissements, d’une pénurie de main-d’œuvre qualifiée et de la corruption, entre autres, qui réduisaient progressivement sa production. Ces derniers temps, les violentes hausses et baisses des prix internationaux du pétrole et la concurrence de la fracturation hydraulique ont fait baisser la trésorerie de l’entreprise à des niveaux historiquement bas. De plus, les luttes internes du gouvernement ont conduit à l’emprisonnement de deux de ses présidents nommés par Maduro et à l’exil de celui nommé par Hugo Chávez. Un quatrième dirigeant de l’entreprise publique a été démis de ses fonctions au début de l’année.

Comme si tout cela ne suffisait pas, en 2019, les sanctions internationales contre le Venezuela, qui jusqu’alors se limitaient aux comptes étrangers de certains fonctionnaires, ont ensuite été dirigées contre PDVSA. Dans le cadre de ces sanctions, la Maison Blanche exerce une forte pression sur les compagnies maritimes, les entreprises privées et les gouvernements de pays tiers afin de minimiser les exportations et la fourniture d’intrants de l’entreprise publique.

PDVSA est donc passée par une situation où elle produit le minimum nécessaire à la consommation domestique, et parfois même pas. Le rétablissement de la dynamique de la production à grande échelle semble déjà un scénario chimérique. Selon les données de l’OPEP, au début du mois de juin 2020, la compagnie pétrolière vénézuélienne produisait un peu plus de 500’000 barils par jour, alors qu’en 2012, elle en extrayait près de 3 millions quotidiennement.

La ligne jaune

C’est cette situation qui a obligé Maduro à franchir la ligne jaune des fortes augmentations du prix de l’essence pour la consommation domestique. Ce qui dans n’importe quel pays est une décision logique ou ordinaire, au Venezuela cela a marqué une étape importante. Jusqu’à présent, les dirigeants des 30 dernières années tremblaient au moment de la hausse du prix de l’essence, car ce qui s’est passé en 1989 était gravé dans l’imaginaire collectif lorsque le président de l’époque, Carlos Andrés Pérez, a tenté de ramener les prix au niveau international et a déclenché la plus grande vague de protestations de l’histoire du pays, dont on se souvient comme le Caracazo ou Sacudón, ce grand événement marquant dont sont sortis Chávez et le chavisme, toujours au pouvoir. Maintenant, en 2020, ce n’est pas seulement l’augmentation qui est appliquée, mais aussi la dollarisation, assumée pour la première fois publiquement par le président et accompagnant un processus de dollarisation plus large déjà en cours dans l’économie vénézuélienne.

Les chavistes eux-mêmes ont été les plus actifs dans la discussion sur l’augmentation et la dollarisation du prix de l’essence. L’opposition, surtout néolibérale, a toujours été d’accord pour ramener l’essence aux prix internationaux, alors que le chavisme défendait traditionnellement les prix en fonction d’un pays producteur de pétrole. Mais en 30 ans, les choses ont changé. On peut maintenant dire que le Venezuela n’est plus un pays producteur de pétrole. Peut-être le chavisme comprendra-t-il que des mesures auraient dû être prises il y a longtemps pour sauver l’impériale subvention à l’essence qui finançait principalement les voitures privées des classes moyennes et supérieures.

Bien qu’il soit peu probable qu’un appel de l’opposition établie contre ces mesures aboutisse, il est possible de voir des protestations dans les endroits qui n’ont pas été approvisionnés. Mais une épidémie socio-politique comme celle de 1989 ne dépendra pas de cette augmentation ou de la dollarisation, mais en tout cas de l’insuffisance de l’offre. Et non pas tant de l’essence, mais du diesel et du gaz domestique, massivement consommés par les secteurs populaires. Le diesel est utilisé dans les transports publics et les transports de denrées alimentaires, de sorte que le maintien de son approvisionnement est le principal défi pour le gouvernement. Sa subvention a été ratifiée début juin, en même temps que l’annonce de l’augmentation de l’essence.

L’augmentation actuelle touchera surtout les pêcheurs artisanaux motorisés et ceux qui ont encore des véhicules privés dans les zones populaires. En tout cas, tous achetaient déjà l’essence la plus chère au marché noir, où elle coûte de 2 à 4 dollars le litre, ainsi que des pièces détachées et des lubrifiants, également en dollars, à tel point que le transport privé qui a réussi à survivre à ces années de crise l’a fait en se dotant de la monnaie américaine. Mais la véritable crainte que cette mesure a suscitée est qu’elle soit un déclencheur de l’augmentation inconsidérée et dollarisée des services publics.

Nouvelles élections parlementaires

Dans ce cadre de crise et en pleine pandémie du Covid-19, la Cour suprême de justice est intervenue, par trois décisions différentes entre juin et juillet, concernant les décisions politiques passées des partis d’opposition Primero Justicia, Acción Democrática y Voluntad Popular. Elle a ainsi procédé à la mise en place (nomination) à la tête de ces partis de dirigeants qui avaient mené des négociations plus ou moins ouvertes avec l’exécutif national [1].

Le 13 juin, dans une autre décision contestée, la Cour suprême a également nommé un nouveau Conseil national électoral (CNE), après que les factions internes de l’Assemblée nationale, l’organe chargé par la Constitution de nommer les membres du CNE, n’ont pas pu se mettre d’accord. La nouvelle composition de l’organe de contrôle électoral prévoit la participation d’acteurs des partis politiques minoritaires de l’opposition qui, depuis la fin de 2019, ont décidé de s’asseoir à une table de dialogue national avec le gouvernement. Jusqu’à présent, les décisions du CNE ont été prises par consensus entre les membres de ce mouvement d’opposition et le gouvernement. L’organisme a annoncé la date du 6 décembre pour les prochaines élections législatives.

Le 24 juin, le président Maduro a également annoncé la possibilité d’organiser un référendum présidentiel révocatoire en 2022. Il s’agit d’un instrument contenu dans la Constitution auquel peuvent être soumises toutes les fonctions obtenues lors d’une élection populaire. Bien que la proposition n’ait pas suscité de grandes attentes, surtout depuis qu’en 2016, un tel référendum a été bloqué par le gouvernement lui-même par le biais de la précédente CNE, c’est la première fois qu’un tel scénario est prévu par le parti au pouvoir lui-même (PSUV).

S’abstenir ou ne pas s’abstenir?

L’ensemble des mesures et décisions institutionnelles n’a pas suscité de réactions fortes de la part de la majorité des forces d’opposition, qui se sont montrées impuissantes à répondre, non seulement à la démobilisation générée par la pandémie et aux mesures de quarantaine, mais aussi en raison de leur usure politique et de l’accumulation des défaites subies depuis la tentative de coup d’État ratée du 30 avril 2019 – à laquelle de nombreux dirigeants des partis d’opposition ont participé publiquement – jusqu’à la tentative également ratée de débarquement de paramilitaires début mai, dite opération Gideon [voir à ce sujet l’article publié sur le site A l’Encontre]. Ces défaites s’inscrivaient dans la stratégie des secteurs les plus radicaux, qui ont épuisé tous les effets d’une poudre aux yeux politique pour la nomination d’un président intérimaire, Juan Guaidó, qui ne présente jusqu’à présent aucun bilan favorable en termes de pression et de mobilisation interne.

Avec toute cette armure institutionnelle électorale en place, avec les cartes des partis activées [pour participer à une bataille électorale, les partis doivent être reconnus par le CNE], avec les multiples couleurs et marques politiques, il n’y a qu’une chose qui n’a pas encore été vérifiée et pour cela il faudra attendre le jour des élections: si les militants de l’opposition et les électeurs sont vraiment motivés par la situation de déclin de la popularité du gouvernement et décident de se rendre aux urnes, ou si, au contraire, ils rejettent le nouveau scénario électoral, mis en place par les institutions officielles avec des acteurs minoritaires de l’opposition, et décident de ne pas participer.

Le fait est que les dirigeants de l’opposition ont dénoncé ce scénario comme anticonstitutionnel et ont décidé de ne pas se présenter aux élections de décembre 2020. Le taux d’abstention élevé de 54% avec lequel Maduro a été élu lors des élections présidentielles de mai 2018 a laissé la voie ouverte à la présidence intérim de Guaidó et à la tentative de transition politique par la violence. Une forte abstention le 6 décembre pourrait montrer que non seulement le parti au pouvoir, mais même tout le système politique qui y est lié sont en question, et que les électeurs de l’opposition, qui ont connu une croissance énorme lors des élections législatives de 2015, n’acceptent pas la cooptation de leur parti [suite à l’intervention du Tribunal suprême].

Mais une partie de l’opposition se souvient également de ce qui s’est passé lors des élections législatives de 2005, lorsqu’elle a appelé à ne pas voter et a laissé au chavisme tout le pouvoir législatif. En conséquence, ce dernier a fini par occuper toutes les institutions et, au fil du temps, cette décision d’abstention a suscité l’autocritique de divers porte-parole de l’opposition. Pour tenter de les persuader de participer aux élections du 6 décembre, Maduro a lancé l’hameçon muni d’un appât juteux: un éventuel référendum révocatoire pour 2022. La nouvelle opposition sera-t-elle capable de naviguer dans ces eaux ou fera-t-elle naufrage avant son heure? Le gouvernement tiendra-t-il sa parole? Tout reste à voir. (Article publié dans l’hebdomadaire uruguayen Brecha, le 7 août 2020; traduction rédaction A l’Encontre)

_________

[1] La mesure prise par le bras juridique du régime, face aux directions des trois formations mentionnées, a pour fonction d’inclure la structure nouvelle reconnue aux élections annoncées du 6 décembre. (Réd.)


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.