Actualités / AU FIL DES JOURS

par Belkacem Ahcene-Djaballah

1. C’est vrai, le capitalisme américain est «haïssable», mais certains de ses capitalistes le sont bien moins ou pas du tout. Ils sont même sympathiques. Surtout ceux qui ( non comme les nôtres, presque tous sinon la totalité, ont fait fortune, ici, à partir de «magouilles» et non d’efforts cérébraux ou physiques avérés… Des «preneurs» plus que des entrepreneurs !), fortune faite, en toute transparence, en payant tous leurs impôts, et en ne faisant pas «émigrer» leur argent, deviennent des mécènes. Ainsi, Robert F .Smith, un homme d’affaires noir dont la fortune est estimée à 4,4 mds usd a décidé de se charger de la totalité des dettes estudiantines d’une université d’Atlanta, soit une quarantaine de millions de $ en tout. Aux Etats-unis, les études étant payantes, au coût faramineux, et les bourses rares, la dette totale des étudiants, dépassant aujourd’hui les mille milliards de dollars, est une affaire nationale aux Usa, au cœur du programme de certains démocrates.. A noter que Oprah Winfrey, célèbre et influente femme des médias audiovisuels, et milliardaire, a aussi donné à la même Université. Morale de l’histoire : la générosité et l’humanité n’est pas là où on le fait croire… ici. 

2. Finale du concours musical Eurovision, samedi 18 mai en Israêl… La pop star Madonna, guest-star avec deux chansons, s’est largement rattrapée, lors de son tour de chant en direct, en laissant une de ses danseuses exhibant le drapeau palestinien sur son dos et avec des danseurs évoluant avec des masques à gaz et avec un message sur un écran géant «Wake up» ( «réveillez-vous !») … et elle était véritablement mal à l’aise avec une interprétation sans âme ni feeling. A noter que la délégation islandaise (connue pour être contre l’apartheid israélien) déploiera des drapeaux palestiniens. 

3. Le puissant président du PSG, club phare de l’Hexagone, Nasser al-Khelaïfi, qui est également P-dg du groupe Qatar Investments Sport (QSI) a été mis en examen pour «corruption active, lui qui est soupçonné d’avoir tenté d’acheter les Mondiaux d’athlétisme 2017» 

On explique que «NAK» aurait ainsi validé un versement de 3,1 millions d’euros en faveur de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme, Lamine Diack. 

Le fils de ce dernier est par ailleurs visé depuis le 18 avril par un mandat d’arrêt émis par les juges d’instruction pour des soupçons de «corruption passive» et de «blanchiment aggravé». 

La loi au-dessus de tous… Ce n’est pas demain la veille que l’on verra la justice agir de la sorte, dans un de nos pays (arabes et africains)… et, hélas, les «printemps» ne durent pas assez longtemps pour ancrer durablement les attitudes vertueuses chez nos décideurs, actuels ou même futurs. D ‘autant que, au vu et au su de tout le monde et avec l’aval d’autorités influentes, certaines de nos entreprises (entre autres des sportifs «exploités» politiquement pour leur gisement de supporteurs) ont été (et sont encore) dirigées par des «gestionnaires» indélicats. Que dis-je ? Des «hommes de sac et de corde !» 

4. Un grand pays arabe et islamique. Son «fondateur» a eu 28 épouses officielles… divorçant au fur et à mesure pour respecter la norme des quatre femmes autorisées par la religion … sans compter les concubines et les esclaves de toutes origines. Il a «défloré» 135 jeunes vierges. Il enfanta 43 fils et 36 filles et il aurait quelque 10 000 descendants… et un de ses successeurs au pouvoir de son pays était papa d’une trentaine d’enfants, ayant prévu d’accorder 340 millions de dollars à chaque descendant mâle et 200 millions à chacune de ses filles … On comprend mieux qu’il n’y avait, dans ces conditions de vie (entretenues par une rente pétrolière toujours très généreuse, gérée par d’autres), que peu de temps pour s’occuper du pays… On comprend encore bien mieux les luttes intestines et les guerres des clans pour le pouvoir. 

5/ Citations : – «C’est cette caste qui doit demander pardon aux Algériens de les avoir trahis. Elle a fait d’eux un peuple pauvre, alors que l’Algérie est riche. Elle bloque leur esprit d’entreprise, paralyse leur créativité, empêche leur épanouissement dans leur propre pays» (Fadéla M’Rabet, «La salle d’attente». Roman © Editions Dalimen, Alger 2012) 

– «Du temps de Boumediène, la corruption était centralisée ; elle fut décentralisée au temps de Chadli et, avec Bouteflika, la corruption s’est démocratisée» (Bouregâa Lakhdar, moudjahid, «Entretien» © El Watan, dimanche 6 décembre 2015) 

6. Archive brûlante : – Vendredi 30 novembre 2012, au cours de la conférence de presse tenue vendredi 30 novembre à Alger par le ministre de l’Intérieur (D.O.K) pour annoncer les résultats des élections locales du 29, une jeune journaliste d’un quotidien arabophone pose une question sur l’avenir politique du président Bouteflika . 

La journaliste : «Monsieur le ministre, est-ce que le président Bouteflika a l’intention de briguer un quatrième mandat surtout qu’il avait déclaré à Sétif «Jnani Tab» (mon temps est révolu) ? Sera-t-il candidat à un quatrième mandat ?» 

Moqueur et inélégant, le ministre de l’Intérieur répond en substance : «Fi bali intiya li jnanek Tab («à mon avis, c’est votre temps qui est révolu»… tout en laissant planer une autre signification vulgaire). Vous posez là une question qui ne vous concerne nullement. Nous ne sommes pas encore aux présidentielles… » 

Applaudissements et gloussements dans la salle de conférence alors que la journaliste (l’effrontée !) s’éclipse, presque gênée d’avoir posé la question. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *