Algérie / Tlemcen : Découverte de fossiles de dinosaures à Béni-Snous

Follow by Email
Facebook
Twitter

par Khaled Boumediene

C’est sur les falaises de l’ancien bourg de Béni-Hammou à l’entrée de la commune d’El Khémis (au sud du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen), qu’ont été découverts les fossiles de dinosaures vivant il y a un peu plus de 180 millions d’années en Afrique.

Le mystère qui entoure ces créatures a été percé après que des fouilles ont été menées par une équipe de spécialistes algériens encadrée par Mohamed Mahboubi, professeur en géologie et paléontologie au département des sciences de la terre de l’Université d’Oran.

Selon nos sources, l’existence de ces vieux faunes qui auraient vécu dans la région de Beni-Snous bien avant les autres spécimens de mammifères découverts jusqu’à présent, a été confirmée par un laboratoire de l’université américaine. « C’est une première dans l’histoire des faunes et mammifères de l’humanité, car il s’agit des plus vieux restes de dinosaures de sept vertèbres découverts à Béni-Snous, ce qui va bouleverser la chronologie de toutes les espèces de dinosaures découvertes jusqu’à présent sur terre», a indiqué un chercheur qui a préféré conserver l’anonymat. Des fouilles vont se poursuivre sur les lieux de la découverte ainsi que dans d’autres anciens sites encore à l’état vierge de la grande vallée amazighe de Béni-Snous. Enthousiasmés par cette importante découverte archéologique et paléontologique, de nombreux habitants de la localité de Béni-Snous et même de Tlemcen, se sont rués sur le chantier de fouilles qui se trouve sur un mont dominant le village d’El Fahs à l’entrée d’El Khémis, pour contempler curieusement le site qui abritait les squelettes des dinosaures retrouvés par les chercheurs et experts.

Des professeurs spécialisés dans ce domaine de l’Université ‘Aboubekr Belkaid’ de Tlemcen se sont également rendus sur le site pour mener des recherches avec les chercheurs présents sur le terrain. « Notre région est un immense trésor de monuments et des sites archéologiques qu’il faudrait bien exploiter ! Il faudrait tout simplement multiplier les recherches et les fouilles, dans toute la région de Béni-Snous, pour les retrouver et prendre des mesures qui s’imposent pour leur protection! On pourra aussi conserver ces découvertes dans les musées des arts et d’histoire de Tlemcen ou d’Alger et en faire profiter les étudiants des différentes universités du pays », ont insisté, de leur côté, quelques habitants de la localité de Béni-Snous. Il faut souligner que dans d’autres localités de Béni-Bahdel, Azail-Teffessera, Zahra, Ouled Moussa, Béni Achir, Sidi-Larbi et Fahs, se cachent encore des trésors enterrés, tels que les ossements et fossiles de dinosaures ou des mosaïques et autres objets dont certains datent de la période romaine et préhistorique. Il faut rappeler dans ce cadre que les scientifiques ont identifié jusqu’à ce jour des milliers d’espèces différentes de dinosaures qui peuvent approximativement être regroupés sous 15 grandes familles, variant des ankylosaures (dinosaures blindés) aux cératopsiens (dinosaures à cornes et collerette) aux ornithomimidés (imitateurs d’oiseaux).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *