Bilan de neuf mois de résistance à la guerre virale (Covid-19)

Les forces en présence au début de cet exercice militaire pandémique

Le grand capital international est aujourd’hui divisé en trois camps géopolitiques antagonistes – l’un chinois,  l’autre américain, le 3e allemand européen. Les autres pays devront rallier l’une ou l’autre de ces alliances. Le grand capital international est aussi divisé mondialement entre la faction des vieux trusts de l’industrie traditionnelle (automobiles – pétroles et énergies fossiles – transport – tourisme – agriculture – pêcherie – foresterie – mines – avionnerie – armements conventionnels), qui ont durement souffert de la pandémie-confinement; et les nouveaux trusts des industries haute technologie, celui des entreprises innovantes à haute productivité telles l’industrie financière (bourses, banques, assurances) – l’aérospatiale – les biotechnologies et la pharmacologie (Big Pharma), l’industrie des plates-formes numériques (GAFAM) – des nanotechnologies – des énergies renouvelables – les télécommunications – l’armement haute technologie. Ces secteurs de pointe auraient accumulé 255 milliards de dollars de profits durant le confinement(!)

Attaque ou accident viral ?

Le groupe des multinationales de haute technologie aurait lancé une attaque ciblée, un ballon d’essai contrôlé, sous la forme d’un virus patenté, échappé ou exfiltré (nous le saurons bien un jour), de l’un des 45 laboratoires virologiques militaires essaimés sur la planète, dont 9 ne se situent pas dans des pays occidentaux ou d’influence occidentale : 3 en Russie, 3 aux Indes, 1 en Biélorussie et 2 en Chine! Vous comprenez maintenant le soudain intérêt du milliardaire George Soros pour les élections en Biélorussie. https://les7duquebec.net/archives/257220

 

Pourtant, les USA, la Chine, la Russie, l’Allemagne et la France savent qu’aucun d’entre eux n’a intérêt à un conflit bactériologique déclaré. De ce fait, la crainte principale du monde occidental, depuis l’épidémie mortelle de SRAS de 2003, est qu’un pathogène à potentiel pandémique (PPP) puisse s’échapper par accident d’un de ces 45 laboratoires militaires. Un témoignage de la réalité fondée de cette crainte apparaît dans une note du NSABB datant de 2013, une année charnière où certaines institutions commencent à comprendre le danger. Elle stipule, pour ceux qui auraient encore la naïveté de croire le contraire, qu’il n’existe aucune régulation ni surveillance réelle en matière de recherche GOF et qu’un virus échappé de laboratoire peut créer une pandémie avec des millions de morts. Cette note mentionne l’existence d’une liste documentée de virus mortels échappés accidentellement de laboratoires par le passé et ayant causé un nombre de décès conséquent.  https://les7duquebec.net/archives/257512 Étrangement aucun média à la solde ne relais ces informations.

Il aura fallu des mois au secteur de l’industrie traditionnelle, dont la tête de liste est toujours Donald Trump, pour se ressaisir et pour contre-attaquer sur le terrain de l’hystérie pandémique. En France, le professeur Toussaint est l’arme scientifique et universitaire (avec les Pr Raoult, Perronne, Toubiana) de la contre-attaque des industries en difficulté face aux larbins politiciens et aux médecins du Conseil Scientifique à la solde de l’industrie pharmaceutique. Face à la menace d’une 2e vague pandémique terroriste, visant à justifier le reconfinement dément, une réplique concertée est en marche dans un certain nombre de pays fragilisés par la première vague de confinement meurtrier (France, Canada, Italie, Allemagne, USA). (1)  https://les7duquebec.net/archives/257633

L’effondrement économique qu’ils cherchent à excuser par la pandémie

Pourquoi les larbins politiciens du monde entier s’accrochent-ils ainsi au radeau de la pandémie virale qui ne peut que s’enfoncer sous leurs pieds? Cette mimique paraît insensée. C’est que la pire crise du capitalisme est déjà en marche. Et ces thuriféraires ne peuvent rien y faire, ce sont les lois de l’économie marchande capitaliste qui s’appliquent.

«La reprise économique artificielle que l’on nous chante a, en fait, la forme d’un K dont la barre ascendante représente le luxe en France, les GAFAM aux États-Unis ainsi que les bulles immobilières et boursières, tandis que la barre descendante représente le chômage et les secteurs en régression. Christine Lagarde doute même de la reprise en 2021 «car très dépendante de l’évolution de la pandémie» (sic). Quant au président faucon de la Bundesbank Jens Weidmann, il enjoint les dirigeants européens de mettre fin au soutien budgétaire de l’économie afin d’éviter «une sorte d’illusion de la dette». Seule l’intervention des banques centrales empêche le krach dans l’immédiat, mais chaque jour qui passe, la perte de confiance dans les monnaies actuellement thésaurisées augmente, etgare au jour où plus personne ne voudra de la monnaie de singe ou du papier financier, ce qui conduira à l’effondrement monétaire, économique et probablement politique du Système.» Marc Roussethttps://les7duquebec.net/archives/257644

Nous sommes collectivement à l’étape de la propagande et du formatage des consciences

«En 1928, Edward Bernays, fondateur de la propagande politique et entrepreneuriale, avait écrit dans son livre Propaganda : «La manipulation habile et consciente des habitudes et des opinions des masses est une composante majeure de la société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme secret de la société constituent un gouvernement invisible qui est la véritable puissance dirigeante de notre société. » (…). « Le gouvernement invisible tend à être concentré entre les mains de quelques-uns à cause de la dépense engendrée par la manipulation de la machine sociale qui contrôle les opinions et les habitudes des masses.» Comme il est explicitement mentionné dans ce passage du livre de Bernays, la manipulation est opérée secrètement par un gouvernement invisible.» https://les7duquebec.net/archives/257609

Bernays était un intellectuel idéaliste bourgeois. Sa conscience et sa science s’appuyaient sur la métaphysique prématérialiste et reposait sur le postulat que la conscience – l’âme de l’être vivant – est immanente et transcendante. La conscience des masses populaires préexisterait à l’être communautaire plutôt que d’en être un produit et une marchandise. Selon Bernays et ses semblables la mission de l’intelligentsia sociale (l’avant-garde dirait Lénine) est de façonner, de manipuler et d’infléchir dans un sens favorable aux désirs du maître, cette conscience préexistante. Cette vision métaphysique idéaliste bourgeoise de la conscience – de la psyché – et de ses rapports à la matière vivante origine de l’époque du mode de production esclavagiste (maîtres-hommes libres et esclaves), dont le féodalisme a hérité, et que la Renaissance bourgeoise a intégrée en tentant de couvrir cette doxa d’un vernis déterministe scientifique que Marx a décrit comme étant du socialisme utopique non matérialiste, sommet de la pensée scientifique selon Proudhon.

Selon nous, cette propagande – manipulation de l’opinion publique vise toute et chacune des classes sociales – et chaque segment de classes – dominantes et dominées –. La propagande est commandée non pas par des individus regroupés en loges maçonniques ou organisés en comités secrets conspirationnistes – mais par les lois nécessaires (déterministes) du mode de production et des rapports sociaux de production hégémonique.

Nécessité économique fait loi quel que soit le mode de production en vigueur et à partir des lois de production et de commercialisation des marchandises ces lois nécessaires articulent l’ensemble des instances des rapports sociaux de production (politique, social, idéologique, moral et religieux, militaire, juridique, etc.). Les classes sociales sont – chacune à leur place et dans leur fonction spécifique – les ordonnateurs et les exécuteurs du dessein de l’espèce qui se résume à se reproduire pour se perpétuer. Un mode de production doit toujours satisfaire les besoins de reproduction d’une espèce ou alors il est remplacé. Voilà le crime organique du capitalisme.

Voilà le moteur du «complot social» auquel participent, consciemment ou non, les dominants financiers, commerciaux, industriels, universitaires, sanitaires, militaires, judiciaires, religieux, et les dominés, dont nous, les esclaves salariés.

Le point d’inflexion social, puis d’insurrection populaire spontanée survient quand tous ces acteurs sociaux – dominants et dominés – accomplissant chacun leur tâche respective – en suivant les lois nécessaires du Système – ne parviennent plus à assurer la perpétuation du Système et donc la reproduction de l’espèce, car le système ne parvient plus à assurer l’équilibre entre moyens de production, rapports sociaux de production et besoins vitaux de la population. La civilisation qui a été portée par ce mode de production s’autodétruit alors dans la guerre globale (pouvant débuter par une pandémie virale) d’où naîtront un nouveau mode de production et une nouvelle civilisation.

  La propagande accompagnant le point d’inflexion et le commencement de l’effondrement

«Aussi, les desseins de toute propagande ne se réduisent pas uniquement à l’inculcation et à la propagation. La propagande a surtout pour mobile de dissimuler les véritables motivations d’une opération politique, économique, étatique, religieuse. La propagande avance toujours masquée, les mains gantées de légalité pour ne pas laisser d’emprunte coupable visible, le corps institutionnel protégé d’une armure pour assurer ses arrières, et les édifices carcéraux prêts à suppléer les officines d’endoctrinement défaillantes et à embastiller les dissidences suspicieuses. »

Comment persuader des millions d’hommes d’aller sacrifier leur vie sur le champ de bataille – même virtuel, sinon par l’usage de l’arme de la propagande destinée à dissimuler les mobiles de la guerre : la défense des intérêts d’une classe d’exploiteurs drapée dans le discours patriotique. Comment persuader des milliards d’individus d’accepter le confinement meurtrier, les restrictions de leurs libertés, les sacrifices sociaux, le carnage économique, sinon par le recours à une campagne de propagande étatique et médiatique destinée à masquerles véritables motivations de la gestion apocalyptique de la crise sanitaire du Covid-19 créer un climat de psychose et de sidération pour justifier et légitimer la configuration despotique de l’économie de guerre.» Khider Mesloubhttps://les7duquebec.net/archives/257609

Si le terrorisme vise à pulvériser les corps humains, la propagande entend superviser, formater, et terroriser  les esprits. Les deux modes de gestion et de gouvernance complémentaires sont inhérents à la civilisation capitaliste totalitaire.

Quel est le rôle de l’avant-garde intellectuelle petite-bourgeoise?

«Les deux dernières années de la lutte de classe ont, en outre, confirmé à nouveau la grande leçon de la révolution d’Octobre et du 20e siècle : la classe ouvrière ne peut pas, par des grèves et des protestations spontanées, improviser une organisation internationale et une stratégie révolutionnaire contre le capitalisme et la guerre impérialiste. La lutte pour l’internationalisme et pour le socialisme contre les partis petits-bourgeois qui cherchent à rassembler les travailleurs derrière les bellicistes chauvins bourgeois dans chaque pays ne peut être menée que de manière consciente. Elle nécessite une direction politique révolutionnaire au sein de la classe ouvrière pour se battre pour qu’elle devienne la direction révolutionnaire internationale de la classe ouvrière dans la lutte contre la guerre.  Le principal obstacle reste la crise de la direction révolutionnaire de la classe ouvrière.» The Arab Left Forum https://les7duquebec.net/archives/257664

Pour notre part, nous ne faisons pas le même bilan de la Révolution bolchevique (1917-1918), et nous sommes sûrs que dans les conditions présentes, la classe prolétarienne comptant plus de deux milliards d’individus, s’accroissant sans cesse, elle soit capable de renverser la matrice capitaliste. Nous croyons que c’est dans le cours même du processus insurrectionnel, puis révolutionnaire, que les conditions objectives et surtout subjectives mûriront jusqu’à imposer l’unité des forces militantes prolétariennes internationalistes, car sans révolution il ne peut y avoir de conscience ni de théorie révolutionnaire. Nous sommes totalement d’accord pour mâter l’influence de la petite bourgeoisie – de gauche comme de droite – organisée ou inorganisée – sur les forces prolétariennes révolutionnaires.

Nous prolétaires révolutionnaires internationalistes ne devons prendre parti ni pour l’alliance des pays déclinants ni pour l’alliance des pays capitalistes émergents; ni pour le bloc des industriels en difficulté ni pour le bloc des trusts industriels florissants (temporairement). Nous prolétaires révolutionnaires devons diffuser la parole dissidente, mais en expliquant le jeu de coulisse qui anime la matrice capitaliste. Ainsi, nous devons nous opposer farouchement au confinement, car cette tactique vise à déverser le fardeau de la crise économique systémique sur le dos des pauvres, du tiers monde notamment, et sur les épaules des prolétaires partout sur terre (la pandémie n’est qu’une muleta que les larbins politiciens agitent devant les prolétaires en colère).

Nous devons aussi nous opposer farouchement à la mascarade des masques et autres gestes d’isolement, de division et de soumission sociale qui préparent l’imposition du vaccin afin d’imposer la discipline militaire à la populace domestiquée et formatée… une des étapes de préparation à la guerre.


Notes :

  1. https://www.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=pUn0wBEL9AY&app=desktop&fbclid=IwAR3IgAVoo0nuO_wOqOJsBmOL3qg9KxqxH_hpdSpa4gn4oXqgwJawGcMase8
  2. https://les7duquebec.net/archives/257388
  3. https://les7duquebec.net/archives/257242

Robert Bibeau


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *