Caricatures de Mahomet : la liberté d’expression n’est «pas sans limites», estime Justin Trudeau

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, à Ottawa au Canada, le 25 septembre 2020 (image d’illustration).© Blair Gable Source: Reuters

   Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a pris ses distances avec la position du président français, Emmanuel Macron, concernant les caricatures de Mahomet. Il a plaidé pour un usage «prudent» de la liberté d’expression. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a défendu ce 30 octobre la liberté d’expression, tout en estimant qu’elle n’était «pas sans limites» et ne devait pas «blesser de façon arbitraire et inutile» certaines communautés.

Lire aussi Caricatures de Mahomet : les manifestations antifrançaises se poursuivent dans le monde musulman

«Nous allons toujours défendre la liberté d’expression», a affirmé le chef du gouvernement canadien, en réponse à une question sur le droit à caricaturer le prophète Mahomet, comme l’a fait le magazine Charlie Hebdo.

On n’a pas le droit par exemple de crier au feu dans un cinéma bondé de monde, il y a toujours des limites

«Mais la liberté d’expression n’est pas sans limites», a-t-il fait valoir lors d’une conférence de presse, ajoutant : «Nous nous devons d’agir avec respect pour les autres et de chercher à ne pas blesser de façon arbitraire ou inutile ceux avec qui nous sommes en train de partager une société et une planète.»

Trudeau appelle à faire attention à l’impact «de nos mots, de nos gestes sur d’autres»

«On n’a pas le droit par exemple de crier au feu dans un cinéma bondé de monde, il y a toujours des limites», a argumenté le chef du gouvernement. «Dans une société pluraliste, diverse et respectueuse comme la nôtre, nous nous devons d’être conscients de l’impact de nos mots, de nos gestes sur d’autres, particulièrement ces communautés et ces populations qui vivent encore énormément de discriminations», a-t-il encore plaidé.

Comme il l’avait fait la veille avec les dirigeants de l’Union européenne, Justin Trudeau a néanmoins tenu à condamner les récents attentats terroristes «affreux et épouvantables» en France : «C’est injustifiable et le Canada condamne de tout cœur ces actes en se tenant toujours avec nos amis français qui vivent des moments extrêmement difficiles.» Trois personnes ont été assassinées le 29 octobre à coups de couteau dans une église à Nice, dans le sud de la France, par un migrant tunisien qui a été neutralisé.

Des attaques qui interviennent dans un contexte de colère au Moyen-Orient contre la France et le président Emmanuel Macron, vilipendé pour avoir défendu le droit à publier des caricatures en France. Emmanuel Macron s’était exprimé en ce sens lors de l’hommage rendu officiellement à Samuel Paty, un enseignant décapité en pleine rue dans un attentat pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression.


 >>  En prônant des «limites» à la liberté d’expression, Justin Trudeau s’attire des critiques au Canada


 

LIRE AUSSI Caricatures de Mahomet : la star de MMA Khabib Nourmagomedov traite Emmanuel Macron d’«ordure»


Manifestation après la prière du vendredi appelant au boycott des produits français et dénonçant le président français Emmanuel Macron pour ses commentaires sur les caricatures du prophète Mahomet, à Dacca, Bangladesh, le 30 octobre 2020.  © Mohammad Ponir Hossain Source: Reuters

>> Caricatures de Mahomet : les manifestations antifrançaises se poursuivent dans le monde musulman


Rosa Llorens

      Une Halloween anti-Coran sous Covid

Le passage à l’heure d’hiver marque, cette année, l’entrée dans une ambiance particulièrement étrange : va-t-on fêter tous les saints du calendrier Charlie ? le 1er novembre sera-t-il le jour des morts du Covid ? Le matraquage médiatique a curieusement mêlé, en ces semaines d’avant-Toussaint, Covid et Coran. (…)


>>  Belgique : un professeur suspendu pour une caricature «obscène» du prophète Mahomet


Le président français Emmanuel Macron lors de son adresse à la nation au sujet de l’état de l’épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) en France, le 28 octobre 2020.    (image d’illustration)

>>  Macron : «Je comprends qu’on puisse être choqué par des caricatures», pas qu’on justifie la violence


>>  La Suisse refuse l’abolition du délit de blasphème


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *