Algérie-Chine : Convergence de vues autour de plusieurs questions internationales

  ALGER- Le conseiller d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi a mis en avant, lundi à Alger la convergence de vues entre Pékin et Alger sur plusieurs questions internationales, réitérant le soutien de la Chine à l’Algérie et aux pays en voie de développement, et qu’elle est à leurs côtés dans le contexte mondial actuel marqué par les grandes changements sans précédent depuis 100 ans. 

Le ministre Chinois a mis en avant, au terme de l’audience que lui a accordée le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger Ramtane Lamamra, la convergence de vues de son pays avec l’Algérie concernant les questions politiques et les crises internationales, faisant état d’une convergence totale sur la majorité des questions, et un rapprochement sur d’autres.

Les deux ministres ont évoqué la crise au Moyen-Orient, en particulier la cause palestinienne, soulignant le soutien à un Etat palestinien indépendant avec El-Qods pour capitale. Ils ont également relevé la pertinence de l’initiative de paix arabe, et le soutien de la Chine à la solution des deux Etats pour une vie entre les deux parties dans la sécurité et la stabilité.

M.Lamamra a aussi évoqué avec son homologue chinois la crise en Libye, le conflit au Sahara occidental, ainsi que d’autres questions d’intérêt commun, relevant le soutien de la Chine au développement en Afrique.

Abordant le volet de l’amitié entre la Chine et l’Algérie, M. Wang Yi a affirmé que celle-ci « résistera aux mutations survenant sur la scène internationale ».

Il a également mis en avant le soutien permanent apporté par l’Algérie à la Chine, relevant que son pays appuiera les efforts de l’Algérie pour préserver son indépendance et son intégrité territoriale.

Le chef de la diplomatie chinoise a insisté, par la même occasion, sur l’importance de consacrer une nouvelle équation en matière de coopération, d’accélérer les concertations, et de signer les programmes de coopération stratégique entre les deux pays, en sus du programme exécutif de coopération dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route », et dans les domaines prioritaires pour un développement rapide en Algérie.

Il a aussi relevé les efforts consentis par son pays et l’Algérie, en tant que pays représentant les pays en voie de développement, déclarant à ce propos: « Nous veillerons au renforcement de l’unité et de la solidarité pour préserver les droits et intérêts des pays en voie de développement, tout en œuvrant au raffermissement de la coordination et de la communication autour des questions régionales et internationales ».

M.Wang Yi a déclaré, dans le même contexte, que « l’Algérie, les pays en voie de développements et les Etats amis, ont soutenu 50 années durant la Chine et résisté aux pressions en se mettant du côté de la justice et du droit, et la Chine ne va pas les décevoir aujourd’hui ».

C’est grâce au soutien apporté par ces pays à la Chine que « nous sommes arrivés à ce niveau, c’est pourquoi la Chine ne ménagera aucun effort pour soutenir les pays en voie de développement », a ajouté le responsable chinois.

Il a assuré à cet égard que « la voix de la Chine aux Nations-Unies et au Conseil de sécurité sera toujours servira les intérêts de ces pays ».

La Chine, qui privilégie le dialogue à la confrontation, « ne cédera pas devant la force et ne reculera pas face aux difficultés. Elle défendra de toutes ses forces sa souveraineté et son indépendance, et appelle à la non-ingérence dans les affaires internes des pays », a souligné le MAE chinois.

Le chef de la diplomatie chinoise a réitéré, à l’occasion, le rejet « catégorique » de la Chine du principe de domination et de la politique de la force, rappelant le soutien de principe de son pays aux droits légitimes des pays en voie de développement.


Lire aussi: L’amitié algéro-chinoise résistera aux mutations et crises internationales


S’agissant des répercussions de la pandémie sur les échanges commerciaux entre les deux pays, le diplomate chinois a indiqué qu’il ne s’agit que de « difficultés passagères », se disant confiant quant aux perspectives de coopération commerciale entre la Chine et l’Algérie.

« La chine accorde un intérêt particulier au renforcement du commerce avec la partie algérienne, et veille à ouvrir à l’Algérie le marché chinois », a-t-il ajouté.

M.Wang Yi a salué, par ailleurs, la campagne de vaccination lancée par l’Algérie pour faire face au Covid-19, rappelant que les deux pays « se soutiennent mutuellement pour surpasser les difficultés », notamment à la faveur de la « coopération étroite » mise en place en matière de riposte à la pandémie.

Il a exprimé la disposition de son pays à poursuivre les opérations d’acheminement des vaccins anti-Covid-19 en Algérie. « Nous ferons tout pour fournir les vaccins, en quantité suffisante, et ce tant que la partie algérienne en aura besoin et jusqu’à éradication définitive de la pandémie », a-t-il assuré.

Le chef de la diplomatie chinoise avait été reçu par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune. L’audience s’est déroulée au siège de la Présidence de la République en présence du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, le directeur de cabinet à la présidence de la République, Noureddine Bardad-Daidj, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig, le ministre des Travaux publics, Kamel Nasri, et le ministre des Transports, Aïssa Bekkaï.

Cette visite permettra d’approfondir les concertations politiques entre les deux pays et d’évaluer le processus de mise en œuvre de l’Accord de Partenariat Stratégique Global en vue d’impulser les relations de coopération bilatérale, notamment le partenariat économique en matière d’infrastructures de base et d’investissements directs dans tous les secteurs prioritaires, outre les efforts de lutte contre la pandémie du coronavirus, a précisé un communiqué du ministère des Affaires Etrangères.


      La Chine et l’Algérie conviennent de renforcer la coopération bilatérale


       Réaffirmant son soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Algérie : Pékin donne son blanc-seing

Les deux pays ont mis en place un calendrier pour la concrétisation des accords stratégiques.

Reçu en audience par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le conseiller d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a réitéré le soutien de la Chine à l’Algérie pour préserver son indépendance et son intégrité territoriale. Une déclaration forte de sens et intervenant dans un contexte particulier. Un contexte marqué par une escalade marocaine contre l’Algérie, notamment après les propos inadmissibles de son ambassadeur à New York qui a affiché le soutien du Makhzen aux indépendantistes du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK). Une manoeuvre orchestrée contre le peuple algérien dans le but d’ébranler sa stabilité et son unité. Des manoeuvres que la Chine, en tant qu’allié politique, économique et stratégique de l’Algérie, dénonce, en réaffirmant son soutien à l’Algérie.

Un soutien récemment affiché par l’ambassadeur de Chine en Algérie, Li Lianhe, qui a, en mars dernier, dans une tribune intitulée «Walking the development road together (marcher ensemble sur la voie du développement)» parue dans l’emblématique quotidien China Daily, déclaré que la «Chine continuera, comme toujours, à soutenir l’Algérie dans sa quête d’une voie de développement adaptée à ses conditions nationales et s’opposera fermement à toute ingérence extérieure dans ses affaires intérieures». Une position reflétant le lien solide unissant l’Algérie et la Chine, un paradigme exemplaire pour les relations internationales.

Des relations qui ont, de tout temps été le catalyseur des relations sino-algériennes depuis la reconnaissance par la Chine en 1958 du Gouvernement provisoire de la République algérienne, devenant ainsi l’une des premières grandes puissances à reconnaître le combat de l’Algérie pour son indépendance. Une délégation du FLN, conduite par Krim Belkacem, Abdelhafid Boussouf et Ahmed Francis, a été même reçue, en 1960, par Mao Tse Toung. Tandis qu’en 1971, l’Algérie avait joué un rôle primordial dans l’entrée de la Chine, au Conseil de sécurité des Nations unies, en présentant la résolution qui lui a permis d’effectuer son retour à l’Assemblée générale des Nations unies. Les relations entre les deux pays, sans même revenir au Mouvement des Non-Alignés et à la conférence de Bandung en 1955, tiennent dans un partenariat stratégique global signé en 2014. Une coopération appelée à se renforcer davantage dans le cadre de l’initiative de «La ceinture et la Route».

À cet égard, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a souligné que «les entretiens ont permis de passer en revue le partenariat stratégique liant les deux pays, le constat étant que l’Algérie et la Chine ont réussi à réaliser beaucoup de points», tout en relevant l’existence d’opportunités pour «avancer dans plusieurs domaines, au niveau continental». Dans ce cadre, un accord pour la mise en place d’un calendrier permettant la concrétisation des accords stratégiques a été mis en place par les deux parties -animées par une forte volonté de propulser le partenariat- relevant que les accords seront signés, une fois prêts. «Je suis persuadé de la concrétisation effective de ces étapes importantes qui devront hisser notre partenariat», a-t-il dit.

Au plan international, Wang Yi a mis en avant la convergence de vues entre Pékin et Alger, en particulier en ce qui concerne la cause palestinienne, la pertinence de l’initiative de paix arabe et le soutien de la Chine à la solution des deux Etats pour une vie entre les deux parties, dans la sécurité et la stabilité. Outre la crise au Moyen-Orient, les deux parties ont également évoqué la crise en Libye, le conflit au Sahara occidental et le développement du continent africain. À ce sujet, Wang Yi a réitéré le soutien de la Chine aux pays en voie de développement et qu’elle est à leurs côtés dans le contexte mondial actuel marqué par de grands changements sans précédent depuis un siècle.

Smaïl ROUHA


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.