Nouvelles coordonnées de la guerre civile aux US

           29.36.2020

par Alexandre Douguine

[Traduction légèrement retouchée pour plus de clarté. Précisions : il y a un autre facteur dont les intellectuels blancs ne tiennent jamais compte, mais qui pour les intellectuels noirs du monde entier est central: le Nouvel Ordre Mondial a besoin pour s’implanter d’une réduction drastique de la population africaine, et chaque pays de population européenne a toujours tout fait pour contenir l’essor démographique des descendants d’Africains en son sein. L’actuelle tendance démographique fait à brève échéance des Européens ethniques des minorités dans les pays occidentaux, qui n’avaient jamais envisagé un tel basculement. Les noirs connaissent très bien la guerre bactériologique menée contre eux à partir de l’Afrique du sud dans les années 1980, avec le Dr Water Basson, soutenu ardemment par les services secrets des armées israélienne et des grands pays occientaux impérialistes; les épidémies, sida, ebola et autres, doivent probablement leur expansion à des bricolages en laboratoire, les visant directement; ils ne se font donc pas d’illusion, si la pandémie du Covid 19 est d’origine artificielle, l’objectif ultime est qu’elle fasse des ravages dans la population africaine, et dans la plus sombre et la plus misérable à l’échelle globale, même si dans l’étape actuelle elle semble avoir plus de ravage chez les riches blancs affaiblis dans leurs défenses physiques et psychiques par la culture de la consommation sans limites.

La consigne « Black lives matter » peut très bien se retourner contre les blancs qui l’encouragent, pensant qu’ils en garderont  le contrôle et la manipuleront toujours à leur guise. Les noirs ne se vivent pas comme des gens dociles et faciles à duper, ni ne se veulent chair à canon pour les blancs, surtout pour les « progressistes » dits anti-racistes, en qui ils voient, avec une grande sagesse, bien souvent de simples enjôleurs cyniques et manipulateurs. Dans la logique collective des Africains et descendants d’Africains, il s’agit de vendre très cher leur vote, ainsi que leur peau, menacée par les vaccins toxiques et stérilisants, les guerres tribales encoragées par les marchands de canon, la propagande abusive en leur nom, etc. C’est la logique de l’esclave marron; elle coexiste avec celle du métis, toujours instable, qui aimerait se réconcilier 1) avec l’héritage paternel blanc, le propriétaire d’esclaves, ne reconnaissant pas son enfant bâtard, et néanmoins porteur de civilisation et de différentes ouvertures sur le monde, 2) en même temps ou alternativement, avec l’héritage maternel, celui de l’esclave objet sexuel qui a transmis la civilisation africaine, bien réelle, et régulièrement conspuée et niée par les blancs.

Ne jamais oublier que la désertification du Sahara est un témoignage peut-être antédiluvien de la compétition entre peuples noirs et blanc. Le partage harmonieux de l’espace, et la fondation de sociétés métisées heureuses, sont des créations collectives très riches, en particulier au plan musical qui « adoucit le moeurs » de façon authentique en suscitant l’unanimité vivante qu’on peut observer à toutes les époques et sous tous les climats. Oui, mais  la guerre des races n’en est pas moins réelle, et si, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, elle est voilée par toutes sortes d’hypocrisies du côté blanc, elle est loin d’être finie. Déjà, on devrait souligner chez les noirs qui se rangent du côté « progressiste » une perception très nette de l’enjeu palestinien et des mauvaises habitudes dans l’oligarchie, consistant à prolonger les méthodes de gestion des troupes noires de l’époque esclavagiste ; les blancs ignorent souvent l’origine du verbe lyncher, voir ici le point de vue africain sur M Willie Lynch:

Les noirs et moins noirs qui s’insurgent bruyamment dans les rues, en cette étape de déconfinage où il fallait s’attendre à des explosions sociales sous n’importe quel prétexte, parce que le couvercle a été cruellement vissé sur les habitants des villes, et qu’il n’était pâs permis, tout le monde l’a compris, de s’en prendre directement aux vrais responables de cette tentative mondiale pour étouffer les peuples, tous ces gens qui manifestent, et dont les médias donnent une image grossissante, ce sont des gens qui sont déjà bien souvent traités d’antisémites. Les antagonismes actuels sont mouvants, mais les problèmes sont bien réels, et bien plus profonds qu’il n’y paraît. MP]

Source: https://izborsk-club.ru/19543

*

Les troubles qui secouent les États-Unis aujourd’hui sont considérés par de nombreux analystes comme le début d’un processus très sérieux – une véritable guerre civile. Tout le monde ne partage pas cet avis, mais à mesure que les troubles s’aggravent, que les pillages et la violence s’étendent à de plus en plus de villes américaines, à commencer par Washington et New York, et que l’armée américaine est impliquée dans le conflit, ce scénario semble de plus en plus plausible. Dans cet article, nous n’avons pas pour objectif de peser les chances d’une guerre civile américaine à part entière, et les facteurs qui s’y opposent. Partons du principe que ce qui se passe actuellement aux États-Unis est une guerre civile, et essayons de comprendre la nature et les conséquences de ces événements dramatiques pour l’Amérique et le reste du monde.

Le bipartisme américain comme un moment figé de la guerre civile… Assistons-nous aux préalables à une guerre civile complète aux États-Unis ?

Oui, absolument. Tout d’abord, à partir de la guerre de 1861-1865, lorsque la Confédération des 11 États esclavagistes contre les 20 États abolitionnistes du Nord (et les 4 États marginaux, où l’esclavage existait, les ont rejoints), la société américaine reste politiquement divisée. Si le Nord a triomphé et l’esclavage a été aboli, de nombreux autres principes ont préservé exactement les positions que le Sud a défendues. L’abolitionnisme du Nord se conjugue avec une volonté républicaine d’unifier les États-Unis en un seul État-nation, d’où la République. Le Sud a insisté pour que les États-Unis conservent un degré d’indépendance important, jusqu’à la souveraineté juridique. Sur la question de l’esclavage, le Nord a gagné, et sur la question de l’interprétation du fédéralisme et de la nature même de l’État américain, le Sud a gagné, malgré la défaite militaire de l’armée du Sud.

C’est pendant la guerre civile de 1861-1865 que deux grands partis américains ont été créés : le parti républicain (Great Old Party) et le parti démocrate. La politique bipartisane des États-Unis, qui a survécu jusqu’à ce jour, est une trace directe de la guerre civile qui, avec la victoire militaire du Nord, a abouti à un compromis politique avec le Sud. Pour comprendre la nature du bipartisme américain, on peut imaginer ce qui se serait passé si, après la victoire des Rouges dans la guerre civile russe, les Blancs vaincus avaient créé un deuxième parti aux côtés des Bolcheviks et continué à défendre leurs points de vue. Ou après la victoire de Mao en Chine, si un gouvernement de coalition avec le Gomindang avait été établi. Et c’est exactement ce qui s’est passé aux États-Unis. Ainsi, le bipartisme américain est une guerre civile gelée, transférée dans la sphère de la politique. Le fait que ce système n’ait pas été modifié depuis près de deux siècles et qu’aucun parti n’ait disparu, alors qu’aucun tiers n’est apparu, montre à quel point la guerre civile et le système bipolaire sont profondément ancrés dans la politique américaine.

Le système bipartite avait sa propre histoire et, à certaines périodes, les relations entre les partis s’intensifiaient et s’équilibraient. De toute évidence, à partir de l’époque des années 1990, de Bill Clinton à Barack Obama, en passant par la période de présidence de George W. Bush, il y a eu un consensus entre les parties en matière de politique étrangère, et tous les désaccords se sont limités à quelques sujets de politique intérieure – principalement les réformes des soins de santé. À un moment donné, la guerre civile semblait avoir été complètement surmontée au fur et à mesure que la mondialisation progressait, mais l’arrivée du président Trump a tout changé. La confrontation féroce avec Hillary Clinton il y a quatre ans et la réapparition de la lutte entre Républicains et Démocrates dans la course à la présidence de 2020 ont tout remis à sa place : la haine mutuelle entre les partisans du Parti Républicain et ceux de Trump contre les Démocrates a atteint son paroxysme aujourd’hui. En même temps, il est important que ces contradictions se concentrent sur les principales forces politiques, qui sont apparues à l’origine pendant la guerre civile, et sont donc des foyers dormants de nouveaux conflits possibles.

Conclusion : la vague de protestations actuelle aggrave considérablement les contradictions au sein même du système politique américain et pourrait bien aboutir à un nouveau cycle de guerre civile à part entière entre l’aile conservatrice de Trump et les progressistes de la base électorale des démocrates. Dans le même temps, le personnage de Trump et l’acuité de sa politique exacerbent encore la situation. Trump est le « chiffre » le plus approprié pour que la guerre civile aux États-Unis devienne une réalité.

Amérique noire contre Amérique blanche : le soulèvement des négatifs

Les émeutes, pogroms, protestations et affrontements avec la police dans de nombreuses villes américaines ont une nette connotation raciale. Cela montre que le problème racial aux États-Unis est loin d’être résolu, et comme la guerre civile, il a simplement été temporairement gelé. Si la guerre de Sécession et sa pertinence sont suivies par les deux parties dominantes aux États-Unis, alors la trace de l’esclavage chez des « morts-vivants » témoigne de l’affrontement de deux moitiés de la population américaine qui diffèrent en couleur. Les États-Unis ont beau affirmer que le racisme aux États-Unis est complètement dépassé, les manifestations d’aujourd’hui et leur grande ampleur montrent qu’il ne l’est pas. Le problème racial américain existe et constitue la force la plus importante dans une guerre civile possible et clairement imminente.

Le meurtre de l’Afro-Américain noir George Floyd par un policier blanc a été le déclencheur des protestations d’aujourd’hui, qui ont immédiatement pris un caractère distinctement racial. Il s’agissait essentiellement d’un soulèvement des Noirs américains contre l’Amérique blanche. Malgré toutes les assurances que la société américaine parviendrait à une égalité totale des races, si tel était le cas, les Afro-Américains ne se rebelleraient pas avec une telle rage en réponse à un crime américain assez courant, et un mouvement tel que Black Lives Matter ne serait pas aussi répandu.

Le fait est que le racisme est la base du système libéral américain. Les différences ethniques aux États-Unis ont été effacées dans tous les segments de la population – tant les blancs que les esclaves importés de force d’Afrique. Les Indiens vivant en Amérique du Nord ont été presque complètement exterminés, et seules quelques diasporas – latino-américaines, chinoises ou juives – ont conservé une certaine identité ethnique. Les Anglo-Saxons, en revanche, ont construit la société américaine sur le principe de l’individualisme. Et à tous les niveaux – tant au niveau des seigneurs, les colonisateurs eux-mêmes, qui venaient d’Europe, qu’au niveau des esclaves, ce qui s’est traduit par la division des Africains asservis : ils étaient répartis entre différents maîtres précisément pour éviter la moindre consolidation ethnique. Ainsi, les Européens arrivant aux États-Unis ont perdu leur identité et leur langue au profit de l’anglais et de la culture anglo-protestante, et les esclaves africains ont perdu leurs racines ethniques et ont appris la langue et la morale de leurs maîtres (et ce qu’ils devaient faire !). Cela distingue les pratiques de détention d’esclaves aux US de celles d’autres pays. Les pays anglo-saxons ont procédé à une division forcée et obligatoire des esclaves, alors qu’en Amérique latine, les esclaves noirs étaient le plus souvent installés par des familles ou des groupes. En Amérique du Sud, par exemple, la population noire a pu préserver ses traditions culturelles, son identité, au moins sous des formes résiduelles, mais aux États-Unis, elle l’a complètement perdue. C’est un énorme problème pour les Afro-Américains : ils sont devenus les négatifs, les « jumeaux noirs » de la population blanche, privés de toute autre identité que celle qu’ils étaient autorisés ou même obligés d’emprunter par leurs maîtres blancs. C’est le libéralisme américain qui a donné naissance au racisme, où au lieu des différences ethniques, les différences de couleur ont été renforcées, tandis que tous les autres signes ont été réduits à l’individualité dans les deux cas – les populations blanche et noire. Normalement, le blanc était considéré comme un individu à part entière et libre, tandis que le noir était considéré comme un individu inférieur et dépendant.

L’abolition de l’esclavage a inclus les Afro-Américains parmi les citoyens nominaux (en dehors desquels, cependant, il y avait encore des Indiens qui refusaient catégoriquement d’accepter l’identité individuelle et de se transformer en esclaves obéissants). Mais cette inclusion était basée sur une identité extérieure – blanche, individualiste, libérale-anglo-saxonne. En d’autres termes, les « noirs » étaient acceptés en tant que citoyens comme « mauvais », sui pourraient blanchir par l’léducation, progressivement, au fil du temps, c’est-à-dire comme ceux qui n’étaient pas encore devenus blancs, assimilant pleinement leur identité culturelle. D’abord, les esclaves africains ont eu leurs propres identités marquées au fer dans leur chair, puis ils ont été gracieusement autorisés à baser des copies des identités des blancs sur cet « espace vide ».

Ces processus ont duré environ un siècle et aujourd’hui, les Afro-Américains ont officiellement les mêmes droits que les Blancs. Tout… sauf le droit à leur propre identité. La question de cette identité s’est posée avec acuité au sein de la population africaine dès le XIXe siècle, lorsque des théoriciens tels que Paul Caffie, Marty Daleni, etc. ont avancé la thèse selon laquelle la libération complète de la population afro-américaine n’est possible que par le retour en Afrique (Back-to-Africa). L’émergence d’États africains tels que le Liberia et la Sierra Leone est liée à ces projets.

Cette idée a ensuite été développée par un autre leader afro-américain, Markus Garvey, qui a élaboré une théorie du panafricanisme et s’est déclaré « Président de l’Afrique ». Cependant, ces mouvements ne sont pas très répandus et la grande majorité des descendants d’Africains restent aux États-Unis sans autre identité que celle qui domine la société blanche, devenant une sorte de « photo-négatif » de la population blanche. Ainsi, le problème racial aux États-Unis est devenu non-ethnique : le blanc et le noir ne signifiaient que des marqueurs sociaux correspondant à des classes sociales – le blanc était « au sommet », le noir était « en bas ».

Par conséquent, le soulèvement actuel des Afro-Américains ne vise pas à défendre leur propre identité (les Afro-Américains n’en ont tout simplement pas), et n’est pas un acte de lutte pour leurs droits. Ce soulèvement ne montre que la tragédie du vide des personnes qui n’ont aucune identité, si ce n’est la couleur de leur peau, qui a une signification privée, par inertie.

Et c’est pourquoi les Blancs qui s’excusent en masse aujourd’hui auprès des Afro-Américains qui « font leurs courses » en se livrant à des pillages destructeurs ne jurent que par le même « vide noir » qui, en un sens, ouvre leur propre « vide blanc ». La repentance a été imaginée comme un plus le cadre du libéralisme, de l’individualisme et de l’égoïsme utilitaire, mais ces principes sont toujours le fondement de toute la civilisation occidentale du New Age, et surtout de son avant-garde culturelle et économique – les États-Unis. Le racisme et la ségrégation ne sont que des conséquences de l’universalisme impérialiste matérialiste du New Age. Et ce même universalisme dans sa nouvelle forme – ultra-libérale ou gauche-libérale – pousse les progressistes américains à s’aligner sur les protestations afro-américaines [non, à en prendre le contrôle, subrepticement!!! Les Européens se voient toujours en champions de quelque chose: jadis du racisme, maintenant de l’antiracisme! ndt] : dans les conditions d’une identité exclusivement individuelle, les États-Unis n’ont tout simplement rien à offrir aux Noirs, et les Noirs n’ont rien à défendre face aux Blancs.

Dans de telles circonstances, le problème racial dans la société américaine n’a tout simplement pas de solution, mais formellement au niveau de la loi et de l’idéologie libérale officielle, tout est déjà résolu. Par conséquent, la vague actuelle de protestations afro-américaines soulève des questions plus profondes auxquelles il n’y a pas de réponse. La seule réponse proportionnée serait la destruction des États-Unis. Mais c’est, en un sens, l’issue logique de la guerre civile qui se profile à l’horizon.

Le Pôle blanc : le second amendement et les « hélicoptères noirs »

Au pôle opposé des Afro-Américains dans la structure de l’explosion sociale et politique moderne aux États-Unis se trouvent des forces alternatives aux Afro-Américains et aux progressistes, le plus souvent représentées par des blancs aux vues conservatrices. Ils sont largement orientés vers Trump, l’isolationnisme américain et même le nationalisme. En même temps, ils se considèrent comme des opposants au progressisme, à la mondialisation et au renforcement des tendances centralisatrices, qui n’étaient pas historiquement associés aux démocrates comme ils le sont aujourd’hui, mais aux républicains. En règle générale, c’est cette partie de la population qui s’accroche au deuxième amendement de la Constitution, qui autorise la possession d’armes à feu. Sociologiquement, ils représentent la population principale de l’Amérique provinciale ou des petites villes.

À l’extrême droite de ces Américains délibérément « blancs » se trouvent des nationalistes américains extrémistes. Certains d’entre eux sont réunis en petites communautés – des milices, qui considèrent qu’ils ont pour mission de protéger l’intégrité de la propriété privée – si nécessaire, avec des armes à la main. Seule une très petite minorité, même dans cette partie de la société américaine, est vraiment raciste. Cette partie de la population blanche américaine dans son ensemble n’est pas une force politique unique.

Sous prétexte d’affronter les « nationalistes », les libéraux de gauche aux États-Unis forment des « mouvements antifascistes », utilisant parfois des méthodes terroristes. Ainsi, M. Trump a récemment appelé à reconnaître l’ »antifascisme » comme une idéologie extrémiste. Sous prétexte de lutter contre les nationalistes américains réels ou fictifs, les antifascistes utilisent parfois la violence contre tous leurs opposants politiques, quels qu’ils soient, jetant encore plus d’essence sur le feu de la guerre civile.

Jusqu’à présent, ces « blancs conscients » ou « éveillés » ou « justes » ne sont pas activement impliqués dans le conflit civil, mais lorsque les objets des pilleurs sont des objets dont les propriétaires appartiennent à cette catégorie, ils découvrent un combat acharné, qui marque la phase suivante d’un éventuel scénario d’escalade. Si cette partie des Américains conservateurs voit une réelle menace à ce qu’ils considèrent comme leurs droits inaliénables (tout d’abord, la menace contre le second amendement à la Constitution), ils pourraient jouer un rôle important dans la guerre civile.

Il est révélateur qu’aujourd’hui, non seulement les nationalistes républicains, mais aussi ceux qui partagent encore les positions des Sudistes lors de la guerre de 1861-1865 – du moins en ce qui concerne la question de la décentralisation – appartiennent à ce pôle. Ainsi, du bipartisme américain particulier et assez original, où les républicains défendaient au départ l’abolitionnisme et le centralisme, tandis que les démocrates – esclavage et décentralisation – formaient un couple de positions plus proches de l’Europe :

D’un côté, il y a les progressistes qui soutiennent les phases ultérieures d’ »émancipation nihiliste », tous les types de minorités, la légalisation des perversions, etc. et, en même temps, le renforcement du pouvoir central et l’augmentation des impôts, l’introduction d’un certain nombre de stratégies sociales, et les conservateurs, d’autre part, qui combinent le nationalisme avec un régionalisme maximal, la subsidiarité et le droit de porter des armes.

Ces deux pôles – contrairement aux deux principaux partis américains – n’ont pas d’institutionnalisation claire, mais ce sont ces deux positions qui sont aussi irréconciliables, conflictuelles et radicales qu’elles commencent à apparaître aujourd’hui.

C’est ainsi que les nouvelles coordonnées de la guerre civile deviennent progressivement plus claires, reflétant exactement les conditions politiques, sociales et idéologiques dans lesquelles se trouvent les États-Unis aujourd’hui.

Coronavirus et eschatologie : American Armageddon.

Il est maintenant important de prendre en compte un autre facteur : les protestations et les troubles aux États-Unis se déroulent dans le contexte de l’épidémie. Le Coronavirus a frappé l’économie américaine et surtout la classe moyenne, qui a été écartée du rythme économique en raison de la quarantaine. Mais dans une économie de crédit, cette perturbation du rythme peut facilement devenir fatale. Si la balance des revenus et des paiements est interrompue pendant au moins une courte période, ce qui est exactement ce qui s’est passé, l’économie capitaliste moderne s’effondrera. Et cet effondrement est ressenti de la manière la plus douloureuse par les représentants des petites et moyennes entreprises. Contrairement à la crise économique de 2008 ou à la crise des « dot.com » de 2000, le problème ne peut être résolu en allouant des fonds supplémentaires de la FRS aux grandes banques et autres institutions financières. Aujourd’hui, les ménages américains ont été directement touchés par la quarantaine, et leur apporter une aide directe est tellement contraire à la logique du capitalisme financier et aux principes du FRS que cela n’est même pas envisagé théoriquement.  En outre, elle ne fera qu’entraîner une vague d’inflation et n’améliorera pas la situation sur le plan structurel. Ce facteur de la crise profonde de l’économie américaine, associé au coronavirus, aggrave encore la probabilité d’un conflit véritablement radical, qui a toutes les chances de se transformer en une guerre civile à part entière. Le dernier degré de désespoir peut facilement pousser les gens vers un tel résultat.

Il faut également tenir compte de la polarité des opinions qui s’est développée aux États-Unis aujourd’hui lors de l’évaluation de la nature même de la pandémie de coronavirus.

Les progressistes, les pro-démocrates et les réformistes sociaux insistent sur la gravité et la réalité du Coronavirus et soutiennent indirectement la vaccination universelle. De plus, les médias et les plateformes sociales réformistes et démocrates (comme facebook) censurent strictement les articles et les messages de ceux qui nient la gravité de l’épidémie et – sous quelque prétexte que ce soit (parfois extrêmement extravagants) – messages qui se propagent contre la vaccination, Bill Gates, George Soros, l’OMS, etc.

À l’inverse, les conservateurs et les partisans de Trump ont, dès le début, contesté l’ampleur de l’épidémie, refusé d’observer la quarantaine et perçu la pandémie comme une fausse stratégie des mondialistes visant à réduire la population, à détruire l’économie, à introduire un régime de supervision et de contrôle total – pour ensuite asservir et transformer l’humanité en esclaves de l’élite mondiale. Ces sentiments sont extrêmement courants aujourd’hui aux États-Unis, et M. Trump lui-même, qui a officiellement introduit un régime de quarantaine, cherche à satisfaire cette partie de l’électorat, qui est très importante.

Il est révélateur que les manifestants afro-américains portent le plus souvent – même nominalement – des masques, tandis que dans les images de blancs armés repoussant doucement les rebelles, on voit leurs visages sans masque.

Ainsi, le coronavirus ne crée pas seulement des conditions économiques préalables à l’exacerbation de la guerre civile, mais il pose également les bases de la diabolisation de l’ennemi. Aux yeux des conservateurs, les progressistes sont les complices du prochain crime d’expansion planétaire, qui est soutenu par les idées protestantes largement développées dans ce milieu sur la proche fin du monde. Pour eux, Bill Gates, George Soros, Hillary Clinton et d’autres mondialistes semblent être la suite de l’Antéchrist, qui est prêt à amener les États-Unis et toute l’humanité (en particulier le monde libre) sur l’autel de Satan, en établissant une dictature électronique planétaire et un camp de concentration global géré et modelé par la haute technologie.

Pour les progressistes eux-mêmes, de tels points de vue semblent être l’ultime « obscurantisme des cavernes » et « délire fasciste »; or, plus il est dangereux, plus il se répand dans la population. Et aux États-Unis, plus de la moitié de la population croit sincèrement à la théorie des conspirations, sous une forme ou une autre.

Dans ces conditions, tant ceux qui croient au danger du coronavirus que ceux qui le nien, aux yeux des uns et des autres acquièrent le statut d’ »ennemi ontologique », car pour la conscience religieuse de « l’époque récente » (à l’époque des catastrophes, des ulcères, des bouleversements), il n’y a pas d’opposition plus sérieuse que la division entre le camp des croyants et celui des partisans de l’Antéchrist. Mais cette fois, le rôle d’ »Antéchrist » n’est pas joué par l’URSS, ni par une quelconque force ou menace extérieure, mais par la moitié de la population américaine elle-même.

C’est ainsi que la guerre civile aux États-Unis acquiert un caractère religieux et eschatologique.

Révolution noire : Trump et mondialistes

Lorsque l’on observe de près les détails des protestations aux États-Unis, on peut constater que les actions des manifestants avec leurs vagues spontanées d’indignation avec leurs envies -étranges pour un homme russe- de briser une vitrine de supermarché et de tout en retirer, valent bien une force plus ou moins organisée. Puis, à un endroit, Et puis, par endroits, on s’aperçoit qu’il y a des silhouettes de personnes qui savent très bien ce qu’elles font. Par exemple, ils brisent plusieurs vitrines, mais ne participent pas au vol eux-mêmes, et passent à d’autres vitrines, sans laisser de traces, en cachant soigneusement leur visage, leurs cheveux, leurs yeux sous un masque à gaz, une combinaison de protection et … un parapluie (le fait que les parapluies ouverts peuvent protéger contre gaz lacrymogènes, c’est quelque chose que peu de simples manifestants occasionnels connaissent). En outre, il est clair que certains médias américains et mondiaux – principalement des médias progressistes (tels que CNN ou la BBC) – cherchent à orienter ce qui se passe dans une certaine direction en atténuant les scènes abominables de commerçants noirs, de femmes, de handicapés et de personnes âgées qui se font battre et voler, et inversement, en glorifiant les membres des minorités qui provoquent la foule à la violence ouverte par un geste ou une action (le plus souvent laid).

En d’autres termes, il semble que les États-Unis aient lancé un processus de « révolution de couleur », par lequel les Américains eux-mêmes avaient auparavant renversé des régimes qu’ils n’aimaient pas dans le monde (des soulèvements antisoviétiques en Europe de l’Est dans les années 80 à Maidan en Ukraine ou la tentative de retirer Hong Kong à la Chine continentale). Mais si, dans d’autres cas de « révolutions de couleur », les Américains ont ainsi renversé leurs adversaires extérieurs, amenant au pouvoir dans d’autres pays qui leur obéissent des marionnettes politiques, qui frappe aujourd’hui les États-Unis eux-mêmes ?

Il faut rappeler ici la division fondamentale au sein des élites américaines qui s’est révélée lors de la campagne électorale de Trump. Trump a ensuite accusé l’élite politique américaine de ne plus servir les intérêts américains, de se ranger du côté de la mondialisation et de chercher à établir un gouvernement mondial prêt à sacrifier les États-Unis eux-mêmes. Trump a appelé le réseau des mondialistes libéraux « Swamp ». La révélation du Swamp a été la ligne la plus importante de sa campagne et c’est probablement ce qui lui a valu le succès et la victoire aux élections. Trump a donc mis un ennemi intérieur, et non un ennemi extérieur, au centre, faisant de la division des élites entre mondialistes et nationales le principal problème politique des États-Unis.

Pendant sa présidence, Trump a continué à lutter contre le « Marais », qui n’était manifestement pas prêt à être « drainé » et s’est opposé à Trump sur tous les plans. Mais ce sont les structures de ces centres mondialistes qui ont participé le plus activement à la mise en œuvre des « révolutions de couleur » dans divers pays. La palme du championnat revient bien sûr ici aux organisations de George Soros, un partisan de la « société ouverte » mondiale, qui, avec ses structures (interdites dans de nombreux pays en raison de liens directs avec les tactiques terroristes et les coups d’État), refait surface presque partout où commencent les protestations, les troubles et les émeutes, en jetant activement de l’huile sur le feu. Il est clair que le « marécage », ce n’est pas seulement Soros et ses réseaux, mais aussi une partie importante de l’élite politique et financière mondiale, unie par le projet du Gouvernement mondial. Les libéraux cherchent ouvertement et consciemment à abolir les États-nations et à créer un organe de direction supranational. Leur projet était la création de l’Union européenne, ainsi que de plusieurs organismes supranationaux tels que le Tribunal de La Haye, la Cour européenne des droits de l’homme, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), etc. Mais lorsque les outils du lobbying politique classique ne fonctionnent pas (car Soros n’a pas pu empêcherl’UE de mettre en œuvre un certain nombre d’autres projets libéraux), ce sont es méthodes des « révolutions de couleur » qui sont mises en action.

Si cette observation est également vraie dans le cas des États-Unis, nous pouvons conclure que derrière la guerre civile aux États-Unis se cache le « Swamp », c’est-à-dire les mondialistes et leurs structures qui cherchent à discréditer l’atout et à assurer la victoire de leur candidat, Joe Biden.

En même temps, en utilisant les couches marginales de la société américaine, en mobilisant les minorités les plus instables et les plus agressives et surtout le facteur racial, les réseaux de mondialistes risquent de « faire plier le bâto »n et de faire exploser la société américaine de l’intérieur. Et si cela se produit, même si Trump parvient à la contourner, la vague soulevée menacera l’État américain lui-même. Après tout, l’aggravation de toutes les contradictions existantes que nous constatons ne peut guère être supprimée par l’arrivée au pouvoir de Biden, indécis, inaudible et réticent, dépourvu de tout charisme et de tout charme.

En d’autres termes, si nous avons affaire à une « révolution de couleur », derrière laquelle se trouve le Marais, cela peut non seulement entraîner des conséquences excessivement destructrices dans un premier temps, lorsqu’un état d’urgence doit être déclaré dans tout le pays, mais cela peut également miner davantage toute stratégie durable – même si Trump réussit à la faire tomber.

L’État profond et son ambiguïté

Il reste à examiner comment l’État profond américain, « l’État profond », peut se comporter. Le terme n’a jamais été clairement défini pendant la présidence de M. Trump. Il n’est pas clair si Deep State a soutenu Trump lui-même, le soutenant face aux mondialistes qui se sont trop éloignés des intérêts nationaux des États-Unis, ou si, au contraire, le Deep State est tellement en conflit avec le mondialisme qu’il ne peut en déchirer les couches les plus profondes et que toute la présidence de Trump le contrecarre en l’empêchant de mettre en œuvre son programme national (nationaliste). Comme cette variable très importante reste inconnue, il est difficile de décortiquer le comportement du DeepState. Sans savoir de quoi nous parlons réellement, on peut tout aussi bien supposer que certaines forces de l’establishment américain (principalement les forces de l’ordre) pourraient profiter de la situation d’urgence pour introduire un contrôle centralisé direct et même établir une dictature militaire, ou inversement, pour évincer Trump si les protestations sont partiellement mises en scène. En tout état de cause, l’État profond, quel qu’il soit, peut avoir son propre programme dans une guerre civile naissante, différent des politiques et des idéologies des principales forces opérationnelles.

Bien entendu, cela ne clarifie pas le tableau, mais le rend encore plus confus.

Si l’Amérique s’effondre…

Quel est le risque d’une guerre civile à part entière aux États-Unis pour le reste du monde? Cela signifiera ni plus ni moins l’effondrement du système capitaliste mondial. Depuis le milieu du XXe siècle, les États-Unis sont à l’avant-garde du capitalisme mondial et, après la chute de l’Union soviétique et l’effondrement du socialisme en Europe de l’Est, ils constituent le seul pôle du monde unipolaire. Lorsque l’URSS s’est effondrée, il ne restait plus qu’un des deux pôles. Il était la principale autorité en matière de politique mondiale. Maintenant, les États-Unis peuvent tout à fait comprendre le destin de l’URSS. Cela signifie qu’il n’y aura plus de pôles dans le monde et, surtout, qu’il n’y aura plus le pôle qui avait ce titre non seulement au cours des dernières décennies, mais depuis l’époque des grandes découvertes géographiques, lorsque le capitalisme, l’impérialisme et le colonialisme de l’Europe occidentale se sont formés. Les Afro-Américains rebelles cherchent aujourd’hui à détourner [l’interprétation de l’histoire de] l’esclavage et du racisme blanc. Pour tenir compte de cela, nous devons mettre un terme à l’histoire des Temps Nouveaux, du capitalisme et de la civilisation de l’Europe occidentale dans sa phase moderne. Ainsi, la guerre civile aux États-Unis cette fois-ci est destinée à être la fin des États-Unis et en même temps la fin de l’ordre mondial capitaliste centré sur l’Occident.

Pour tous les peuples et toutes les sociétés de la Terre, cette nouvelle peut être à la fois joyeuse et inquiétante. Joyeuse – parce que l’implosion des États-Unis ouvrira la possibilité pour tous les pays et tous les peuples de se développer selon leur propre trajectoire, de chercher leur place unique dans le monde, qui deviendra multipolaire par nécessité. Ce sera la fin de l’eurocentrisme et de la colonisation, et rien ne peut prétendre être universel – ni en économie, ni en politique, ni en technologie. Ainsi, chaque civilisation pourra vivre selon ses propres valeurs et perceptions, selon son propre temps, en considérant l’Occident comme une possibilité parmi d’autres, comme une exposition que l’on peut admirer ou simplement ignorer, mais qu’on n’est pas obligé de suivre du tout.

Ce qui est important, c’est que les élites libérales pro-occidentales de toutes les sociétés, qui ont maintenant des positions clés et une influence déterminante dans celles-ci, s’effondreront après les États-Unis. Cela signifie que le capitalisme, la démocratie parlementaire, l’individualisme et le libéralisme ne seront plus des paradigmes fondamentaux obligatoires, et que chaque société pourra construire ses propres systèmes sociaux, économiques et politiques sans prêter attention aux prescriptions de la métropole mondiale – l’Occident et les États-Unis. Cela va profondément affecter tout le monde, y compris la Chine et la Russie. Et si les États-Unis s’effondrent les premiers, tous les autres régimes politiques associés au capitalisme – qu’ils soient idéologiques, économiques, politiques, culturels, technologiques ou tous à la fois – s’effondreront ou renaîtront complètement.

Mais pour le moment, la nouvelle est troublante. L’implantation américaine est porteuse d’une catastrophe mondiale, car le pays possède la plus grande concentration d’armes – y compris d’armes nucléaires. Par conséquent, le sort des armes nucléaires et autres armes de destruction massive peut se retrouver entre les mains de gens dont les actions seront imprévisibles. La guerre civile annule toutes les règles et tous les principes. Et c’est extrêmement inquiétant.

Enfin, il n’est pas exclu qu’en cas d’aggravation de la situation, certaines des forces, désireuses de résoudre la situation d’une autre manière, aient recours à un conflit militaire de grande envergure, qui permettra de mettre fin à la guerre civile américaine face à une menace extérieure. N’importe qui peut être choisi comme ennemi – y compris la Russie, la Chine, l’Iran, etc. Mais il y a peut-être d’autres candidats pour « sauver l’Amérique » en assumant le rôle d’ennemi mortellement dangereux. À un certain niveau de développement de la guerre civile, cela pourrait bien être la seule façon d’y mettre fin, puisqu’il est même théoriquement impossible pour l’une des forces adverses actuelles de la gagner.

La fin de l’Amérique.

Permettez-moi de vous rappeler que dès le début, nous avons pris en compte la version selon laquelle une guerre civile aux États-Unis est très probable et que les événements suivront probablement ce scénario. Cela était nécessaire pour l’intégrité de l’analyse. Mais bien sûr, on ne peut pas exclure que nous soyons face à un faux départ de la « guerre civile », à sa simulation ou à sa répétition, à une sorte d’expérience de laboratoire qui permet d’évaluer en pratique la situation réelle et le degré d’escalade des conflits internes dans la société américaine. En regardant les images des manifestations et des émeutes dans les villes et la capitale américaines, il est difficile d’échapper au sentiment que nous avons vu ces images à maintes reprises dans les feuilletons et les films hollywoodiens sur les épidémies, les catastrophes, l’apocalypse des zombies ou l’effondrement politique (comme dans « House of cards »). La guerre civile qui s’annonce aux États-Unis a longtemps occupé les fantasmes des cinéastes américains et s’est incarnée dans divers scénarios et films. Dans un monde régi par la technologie virtuelle, la réalité et la virtualité, la réalité et les fantasmes sont tellement imbriqués qu’il devient de plus en plus difficile de les séparer l’un de l’autre. C’est pourquoi nous avons parfois l’impression d’être aux États-Unis. Et si c’est le cas, même si cette fois une guerre civile à part entière est en quelque sorte évitée, cela signifierait qu’elle est reportée à la prochaine affaire. Et vu la tournure que prennent les événements aux États-Unis, quelque chose laisse à penser que cette « prochaine affaire », bien que quelque peu reportée, ne tardera pas à éclater. En un sens, la « fin des États-Unis » a déjà eu lieu – même si elle en est encore à une première approximation, sous la forme d’une répétition ou d’un scénario, qui avec la fatalité inévitable devient de plus en plus réaliste et inévitable.

Alexander Dugin

http://dugin.ru

Alexander Gelievich Dugin (né en 1962) – éminent philosophe, écrivain, éditeur, personnalité publique et politique russe. Docteur en sciences politiques. Professeur de l’Université d’État de Moscou. Leader du Mouvement international eurasien. Membre permanent du Club d’Izborsk.

Traduit du russe par Le Rouge et le Blanc et révisé par Maria Poumier

source:https://plumenclume.org/blog/578-nouvelles-coordonnees-de-la-guerre-civile-aux-us


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *