Corruption en Algérie : un ex-Premier ministre jette un lingot dans la mare

Par 
 –

L’ancien Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a reconnu, pour justifier les importantes sommes d’argent dans ses comptes bancaires, avoir reçu des lingots d’or de la part d’émirs du Golfe qu’il a ensuite revendus sur le marché noir. Une affaire qui vient confirmer le haut niveau de corruption du système politique.

Dimanche 10 janvier, lors du procès en appel des affaires de montage automobile et du financement occulte de la campagne électorale du cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia a affirmé avoir reçu une grande quantité d’or de la part d’émirs de pays du Golfe. Un «présent» offert en contrepartie de parties de chasse dans la steppe et le désert algérien.

 

Tenu de s’expliquer sur la présence de 600 millions de dinars (3,7 millions d’euros) dans ses comptes bancaires, l’ancien Premier ministre a eu la réponse suivante:

«J’ai reçu ces lingots d’or de la part des émirs du Golfe qui viennent chasser en Algérie, comme tous les responsables. Je les ai proposés à la Banque d’Algérie qui a refusé de les prendre. Je les ai alors vendus au marché noir pour 350 millions de dinars. Cet argent n’a rien à voir avec ma fonction de Premier ministre. Je ne suis pas fou au point de mettre l’argent de la corruption sur mes comptes bancaires», a-t-il expliqué au juge.

À entendre Ahmed Ouyahia, l’opération s’assimilait davantage à un échange de bons procédés qu’à de la corruption.

Chasse aphrodisiaque

Si l’ancien responsable politique, incarcéré depuis juin 2019 et poursuivi dans plusieurs affaires de corruption, a reconnu avoir reçu 60 lingots d’or de la part d’émirs, il n’a jamais cité leurs noms ni leurs nationalités. Il revendique que cette explication est cohérente pour justifier le dépôt d’importantes sommes d’argent dans ses quatre comptes bancaires. Une situation qui a provoqué une déferlante de réactions sur les réseaux sociaux et les médias.

​Au-delà du bien-fondé de l’explication, cette affaire donne un aperçu de la soumission aux monarchies du temps de Bouteflika qui leur permettait de pratiquer, dans des territoires qui s’étendent sur les hauts-plateaux et le désert, la chasse à la gazelle et à l’outarde houbara, oiseau dont le foie aurait des vertus aphrodisiaques. Sauf que ce hobby, exercé sous haute protection des services de sécurité, est en fait un acte de braconnage puisque ces deux espèces sont protégées. Durant l’ère Bouteflika, ce «permis de tuer» a été utilisé comme un moyen de garder une certaine proximité avec les monarchies du Golfe. D’ailleurs, Ahmed Ouyahia a bien précisé qu’il n’était pas seul à bénéficier de ces précieuses faveurs.

Halim Feddal, secrétaire général de l’Association nationale de lutte contre la corruption (ANLC), indique à Sputnik que la déclaration de l’ancien Premier ministre entre dans le cadre d’une stratégie de défense médiocre.

«Ahmed Ouyahia a voulu sauver sa peau. Il a essayé de se défausser en disant « je ne suis pas un corrompu, je n’ai fait que recevoir des présents de la part d’émirs du Golfe ». C’est aussi une tentative de faire pression sur des personnes qui pourraient être au pouvoir puisqu’il a affirmé que d’autres responsables avaient également bénéficié de ces présents. En réalité, il s’est enfoncé car ce sont des étrangers qui lui ont remis de l’or qu’il a ensuite revendu en toute illégalité», souligne-t-il.

Une loi presque pas appliquée

En Algérie, la loi relative à la prévention et à la lutte contre la corruption de 2006 est très peu respectée. Un agent public est tenu de publier une première déclaration de patrimoine «dans le mois qui suit sa date d’installation ou celle de l’exercice de son mandat électif». Une seconde est publiée dès la cessation d’activité.

 

Il s’avère qu’Ahmed Ouyahia a été un des responsables politiques algériens à avoir déclaré son patrimoine dans le sillage de son limogeage du poste de chef du gouvernement en mai 2006. Il aurait pu se passer d’un tel exercice puisqu’il a affirmé détenir 600.000 dinars (3.700 euros) en banque et être propriétaire d’une villa à Hydra d’une valeur de 1,7 million de dinars (10.000 euros). Alors que la dernière des bâtisses de ce quartier résidentiel d’Alger peut atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros…

Aujourd’hui encore, les Algériens ne savent rien du patrimoine de leurs gouvernants. Pourtant, la loi anticorruption prévoit des peines d’emprisonnement de six mois à cinq ans pour défaut de publication de cette déclaration. Pour le secrétaire général de l’ANLC, Ahmed Ouyahia s’inscrit toujours dans une logique de «lutte de clans». Halim Feddal regrette le manque de volonté politique «pour mener une véritable lutte contre la corruption».

«La lutte contre la corruption ne peut être menée que par un pouvoir légitime, une justice indépendante et une véritable ouverture médiatique. Tout ce qui se passe actuellement en matière de lutte contre la corruption est faussé. Les organes de contrôle et de répression de la corruption ne sont pas indépendants, ils sont sous la tutelle directe du pouvoir exécutif. Nous assistons également à une persécution des associations et des militants engagés contre la corruption», explique Halim Feddal.

Il reste cependant persuadé que c’est le Hirak «qui a imposé au pouvoir réel de traduire en justice certains symboles du système» même si les procès contre le cercle Bouteflika ne doivent pas être perçus «comme une prise de conscience du gouvernement algérien» en matière de lutte contre la corruption. Halim Feddal est convaincu que cette affaire de lingots d’or «est l’arbre qui cache la forêt». Sur le plan de la corruption, la réalité est certainement plus grave.


       La corruption comme acte de trahison

par Mourad Benachenhou

    Il y a quelque temps de cela , la Cour Suprême d’un Etat membre de l’Union Européenne a pris une étrange décision en faveur d’une entreprise nationale de cet Etat, entreprise qui , pour l’obtention de contrats avec une importante, si ce n’est essentielle, société nationale algérienne, avait distribué «généreusement,» des «pourboires,» sous forme de commissions faramineuses, permettant à leurs indus bénéficiaires, non pas de s’acheter «un café,» selon l’expression populaire, mais une chaine entière de restauration, si ce n’est plus.

Ces sommes n’ont pas coûté un dinar ou un dollar à l’entreprise européenne, puisqu’elle était à cent pour cent sûre de récupérer l’argent distribué en l’intégrant, sous une forme ou une autre, immédiatement ou à tempérament, dans les factures qu’elle devait envoyer à la société nationale algérienne. Toutes ces «commissions» étaient d’autant moins injustifiables qu’elles étaient illégales aux yeux du législateur et de la pratique juridique algérienne, car elles payaient un service inutile, car non requis par les lois et pratiques algériennes. Pour appuyer cette précédente affirmation, il suffit de se référer aux codes de marché publics adoptés au fil des années depuis l’indépendance de l’Algérie, qui prévoient différents mécanismes d’appel à la concurrence étrangère pour la réalisation de travaux ou l’achat de matériel.Les procédures d’appel à la concurrence internationale: Des procédures normalisées à l’échelle mondiale

Malgré les multiples réformes algériennes destinées à garantir tant l’intégrité de la procédure de passation de marchés financés entièrement sur les ressources publiques, et destinées à éviter les surcoûts et/ou l’octroi de contrats à des entreprises étrangères-écran n’ayant pas la compétence technique ou l’assise financière leur permettant de réaliser les travaux ou livrer le matériel demandé, les procédures suivies n’ont cependant pas ou peu changé dans le fonds comme dans la forme , et ne font que reprendre les normes quasi internationales de choix des partenaires, normes d’ailleurs suivies tant par les entités économiques publiques que privées. Les conditions de passage par telle ou telle procédure sont préétablies ; les spécialistes dans ce domaine savent de manière plus ou moins précise, compte tenu des spécificités techniques et financières du bien ou service demandé, quelle procédure peut ou doit être suivie.

Dans un certain nombre de pays, on demande aux participants à l’appel à la concurrence internationale pour la fourniture de biens ou services, de passer par un «sponsor» rémunéré au pourcentage du montant de l’opération visée, et qui est chargé d’informer le soumissionnaire des lois et règlements du pays en la matière et de faciliter son contact avec les autorités de régulation du pays en cause, et le donneur d’ordre national.

La législation algérienne, elle, rejette toute intermédiation entre soumissionnaire et donneur d’ordre: celui-ci est tenu d’adopter une attitude de neutralité totale en matière d’accès aux informations nécessaires aux éventuels soumissionnaires et en matière de choix des soumissionnaires en fonction de critères complexes dont chacun reçoit un coefficient permettant de classer objectivement ces soumissionnaires et de choisir le mieux-disant, c’est-à-dire celui qui présente à la fois les garanties de prix et de compétence technique assurant le succès, au coût optimal, de l’opération de livraison du bien ou service, quel qu’il soit.

L’intermédiation dans les marchés publics, un acte de corruption clairement établi

Donc, toute tentative faite par un soumissionnaire d’utiliser un «intermédiaire,» est automatiquement considérée en droit algérien comme une tentative de corruption. De même, tout payement d’une commission à un intermédiaire chargé de faciliter l’octroi du marché au profit de telle ou telle entreprise étrangère, est classé comme un «pot-de-vin,» donc une acte de corruption destiné à fausser la procédure d’appel à concurrence au profit du soumissionnaire qui a fait appel à cet intermédiaire et l’a payé pour son intermédiation.

Il ne fait pas donc de doute que les sommes versées par cette entreprise nationale étrangère à des ressortissants algériens,-quelle que soit par ailleurs leur statut officiel ou leurs activités légalement déclarées et professées, quel que soit, par ailleurs, leur rang dans la hiérarchie administrative ou politique de l’Algérie,- constituent des actes de corruption délibérée.

Un non-lieu dérogatoire et insultant qui ne concerne pas les autorités judiciaires algériennes

Or, cette Cour Suprême a décidé de prononcer le non-lieu au profit de cette entreprise , en arguant du fait que, la pratique de l’utilisation des «intermédiaires bien introduits,» et de leur rémunération faisant partie coutumière des relations commerciales en Algérie, la dite entreprise n’aurait pas commis le crime de «corruption» pour laquelle elle était poursuivie, mais seulement respecté la pratique du «pot-de-vin» habituelle dans notre pays. Cette Cour Suprême fait d’une pierre trois coups: -elle innocente une entreprise nationale du pays en cause de tout crime économique lié à cette affaire spécifique, et de plus moralement condamnable;

-elle valide la corruption comme moyen d’obtention d’avantages économiques par toute entreprise du pays en cause, dans des pays tiers, et invalide dans le futur toute accusation de corruption contre une entreprise du pays en cause, lorsque l’acte est commis hors du territoire national et ,évidemment, hors du territoire de l’Union européenne;

-elle classe l’Algérie parmi les pays où la corruption est une pratique, si ce n’est légale, mais du moins légitime, et ne constituant pas une activité criminelle ou moralement condamnable.

Une décision de justice qui légalise la corruption internationale

Il ne s’agit pas ici de s’indigner contre cette qualification prononcée par la plus haute autorité judiciaire du pays en cause, car, hélas! elle ne fait que reconnaitre un état des lieux que révèlent actuellement à longueur de procès les séances des différentes cours de justice algériennes.

Les juges de ce pays étranger ne sauraient être considérés comme incitant à la corruption, mais seulement comme reconnaissant, pragmatiquement, que dans l’Algérie «bouteflikienne,» qui est loin d’avoir rendu son dernier souffle, la corruption n’avait rien d’exceptionnelle, ni de condamnable, et était pratiquée aux plus hauts niveaux de l’Etat. Il ne s’agit pas ici de prouver, en appui au jugement de cette instance judiciaire étrangère, que la généralisation de la corruption jette le doute sur la réalité des différentes institutions de l’Etat, chargées d’une manière ou d’une autre, de veiller à ce que les deniers publics soient utilisées sur la base de critères et de procédures assurant qu’elles contribuent au bien être de la population et à la puissance de notre pays.

Mais, malgré tout on peut se poser légitimement la question suivante: A quoi servent toutes ces lois, toutes ces institutions, des Assemblées représentatives de tous niveaux, en passant par la Cour des Comptes, les services d’audit et de contrôle d’entreprises publiques, leurs conseils d’administration, les règles de la Banque centrale, l’organisme de lutte contre la corruption, etc; etc. si la corruption est généralisée au point où même des instances judiciaires indépendantes dans un pays tiers en reconnaissent quasiment la légalité?

La corruption généralisée, indice d’une crise institutionnelle profonde

Le trop-plein institutionnel, face à cette généralisation de la corruption, cache en fait un vide sidéral, prouvant que la crise morale, que la corruption indique, est également une crise institutionnelle profonde qui met en question la prétention que l’Algérie serait un état de droit institutionnel.

Cette question de la crise institutionnelle n’est que signalée, ici, car elle mérite d’être approfondie.

Il est à souligner que la corruption continue, jusqu’à présent, à être abordée judiciairement, comme si elle ne ressortissait que de la répression d’un crime particulier commis personnellement par des individus nommément désignés, et non comme un phénomène révélateur d’une crise institutionnelle grave mettant en péril l’intégrité et la continuité de l’Etat.

La qualification de «trahison» usée et abusée

Au delà de ces considérations qui soulèvent des problèmes sérieux quant au système étatique lui-même, on se contentera ici d’aborder, de manière trop brève pour le sujet, vu la dimension de l’écrit choisi, la liaison, si ce n’est la fusion, entre l’acte de corruption et la trahison.

Il faut reconnaitre que le terme «trahison» a été tellement abusé dans notre pays et utilisé comme insulte, -donc qualificatif subjectif sans liaison avec les actes commis par celui qui en est l’objet,- qu’il est difficile d’en cerner le sens pratique réel. On en tentera toutefois ici une définition rapide. Par «trahison», on entendra tout acte délibéré commis par une instance officielle nationale, dans le cadre de ses compétences légalement établies, et destiné à -ou ayant pour effet de- nuire aux intérêts nationaux au profit d’intérêts étrangers.

La trahison ici se définit par ses auteurs, leurs intentions, et ses conséquences sur le pays visé. Les auteurs doivent occuper une position suffisamment importante au service de l’Etat pour que leurs décisions aient un impact négatif sur cet Etat.

On n’examine ici que l’acte de trahison lié à la corruption, pas, par exemple, la collaboration secrète avec un Etat étranger, dans le but de lui livrer des secrets portant atteinte directement à la sécurité nationale. Ce type d’actes est suffisamment clair, même s’il implique le secret, pour ne pas donner lieu à commentaires supplémentaires, d’autant plus qu’il existe des services et des lois, chargés pour les premiers de découvrir ces actes de trahison, et pour les seconds de les réprimer.

Il s’agit d’établir le lien entre corruption et trahison, liaison qui n’apparait pas clairement, et qui fait que l’acte de corruption semble ressortir exclusivement du crime économique, donc exclusivement de préjudices matériels, sous quelque forme que ce soit, alors que ses dégâts ne se limitent pas à des pertes pouvant être exprimées en termes monétaires.

La trahison comme mise de la puissance de l’Etat au service d’intérêts étrangers, en contrepartie d’avantages matériels reçus ou promis

Lorsqu’une entité étrangère est impliquée, la corruption au niveau le plus élevé de l’Etat est un acte de trahison car elle soumet les décisions qui ressortissent des attributions officielle à ce niveau aux intérêts et aux diktats étrangers contraires aux intérêts nationaux, quels qu’ils soient.

Il faut souligner ici, que la complicité de corruption est équivalente à la corruption. Même si l’intermédiaire qui a reçu une rémunération de la part d’un agent étranger, que ce soit une entreprise privée ou publique, ne partage son «pot-de-vin» avec la haute autorité nationale, celle-ci n’en est pas moins complice de la déréliction des intérêts nationaux au profit d’intérêts étrangers, car, sans la participation ou la complaisance de cet agent de l’état, l’entité étrangère n’aurait jamais pu faire prévaloir ses intérêts sur ceux de l’Algérie.

L’intermédiation: un crime de corruption et de trahison

Même si pas un centime des centaines de millions de dollars distribués par l’entité étrangère pour biaiser une décision officielle à son profit, ne tombe dans l’escarcelle de l’autorité nationale impliquée, celle-ci n’en a pas moins commis un acte de trahison en privilégiant les intérêts étrangers au détriment des intérêts nationaux.

L’autorité publique algérienne, de qui dépendait la décision finale, tout comme d’ailleurs l’intermédiaire algérien qui a bénéficié du pot-de-vin, sont aussi coupables l’un que l’autre de trahison.

L’intermédiation ne peut ni innocenter de l’acte de trahison, ni en annuler la qualification. Il n’y a même pas partage de responsabilité entre l’un et l’autre des acteurs algériens. Tous deux sont coupables, au même degré, d’atteinte aux intérêts économiques, dont sécuritaires, de l’Algérie et sont supposés subir les conséquences de leurs actes, même si une cour étrangère a considéré que ses citoyens ou ses entités impliquées dans cet acte, n’auraient rien fait d’autre que suivre les pratiques de corruption algériennes.

L’intermédiation pourrait donc quelque peu brouiller la signification de l’acte de trahison co-commis avec l’acte de corruption.

Les cadeaux d’état privatisés sont des actes de corruption qualifiables d’actes de trahison

Mais les choses deviennent plus claires lorsque l’autorité algérienne personnellement définie reçoit elle-même l’élément déclencheur de l’acte de corruption. Il est dans la pratique des relations internationales, et depuis qu’il existe des entités étatiques établies, que les visites de dignitaires étrangers donnent lieu à échange de cadeaux. Les livres d’histoire, comme les actualités rapportent une foison d’exemples de cadeaux échangés, dont certains représentent des montants exagérés.

Mais tout ceci ressort du protocole, c’est-à-dire d’actes destinés à manifester l’honneur réciproque entre les autorités des pays concernés. A travers le cadeau offert au chef d’Etat ou à une haute personnalité politique par un chef d’état ou une personnalité politique étrangère, c’est l’Etat qui est honoré, et le cadeau est destiné à être préservé et exhibé dans un musée ou toute autre institution spécialisée dans l’archivage des cadeaux d’état.

Ce ou ces cadeaux ne sont donc pas la propriété personnelle de celui qui les reçoit, et ils sont offerts de manière officielle et en toute transparence afin que tout un chacun en comprenne la symbolique et se sente honoré que ses représentants officielle reçoivent ces preuves de respect de la part d’une autorité officielle étrangère.

Si celui qui reçoit le cadeau officiel non seulement ne le signale pas, mais en use et en abuse, d’une manière ou d’une autre, comme s’il était sa propriété personnelle, la nature du cadeau change. Il s’agit alors d’une contrepartie automatiquement reconnue pour un service rendu ou à rendre au profit de l’entité étrangère quelle qu’elle soit. En l’acceptant, le haut responsable se reconnait engagé à rendre à son donateur le service qu’il lui a demandé ou qu’il lui demandera au moment opportun pour lui dans le futur. Ce haut responsable se met ainsi à la disposition de son bienfaiteur, représentant d’une entité politique ou économique étrangère. Dés lors que le cadeau d’Etat est privatisé par l’autorité officielle récipiendaire, il donne la preuve de la commission du crime de corruption accompagné d’un acte de trahison, car, dans ce bas-monde, rien ne se donne pour rien, et seules les «soupes populaires» offrent des repas gratuits, pas les Etats les uns aux autres.

En conclusion

Un récent jugement rendu par la Cour Suprême d’un Etat membre de l’Union Européenne, au profit d’une entreprise publique de cet Etat, l’innocentant du crime de corruption dans un affaire de passation de contrats avec une société nationale algérienne, vient, en quelques sorte, confirmer que la corruption aurait atteint, dans notre pays, un niveau qui en fait un phénomène officialisé par une pratique généralisée à tous les niveaux de l’Etat algérien, quel que soit le statut hiérarchique de ce niveaux; Cette décision de justice relance le problème de la définition de la corruption: est-ce un crime de droit commun? ou est-ce un crime contre l’Etat, impliquant sa qualification d’acte de trahison par lequel un haut responsable algérien mettrait à la disposition d’une entité étrangère, politique ou autre, une parcelle de son autorité mettant les intérêts de cette entité étrangère au dessus des intérêts de l’Etat algérien, que ces intérêts soient politiques, économiques, monétaires, ou autres.

Le crime de corruption, qui s’est généralisé, comme le prouvent les procès actuels, pose le problème de la réalité des institutions et des lois supposées veiller à la défense des intérêts nationaux. Si tout ce système institutionnel complexe n’a pas réussi à protéger les intérêts de notre pays, la question de sa validité se pose avec acuité, et l’addition de nouvelles lois ou de nouvelle institutions n’ajoute rien à la capacité de l’Etat de se prémunir contre ce crime qui ébranle les assises mêmes de cet Etat. Les cadeaux d’Etat sont des pratiques universelles de caractère protocolaire offerts par les représentants d’un Etat étranger, et destinées à symboliser le respect accordé à cet Etat, et non sujets d’appropriation personnelle par l’autorité algérienne qui les reçoit. Ces cadeaux sont préservés, en général, dans les musées nationaux, en vue de rehausser la fierté des citoyennes et citoyens, et comme symbole de la grandeur de leur pays et de l’estime dans laquelle il est tenu par les autres Etats.

L’ acceptation des cadeaux d’Etat, offerts par une autorité officielle ou autre étrangère à un haut fonctionnaire algérien, quelque soit son titre, constitue automatiquement un acte de corruption et de trahison, qualificatif sans réserves, si ce haut fonctionnaire considère ce cadeau comme un bien personnel et en fait commerce pour son enrichissement personnel au lieu de le verser à l’organisme chargé de la préservation et de l’exhibition au grand public de ce cadeau d’état.

Les actes de corruption révélés au fil des jours au cours des procès en cours sont-ils limités à ceux qui encourent présentement les foudres de la justice? Ou ne constituent-ils que le haut de l’iceberg d’un système de corruption généralisée, profondément enraciné dans la pratique officielle, livrant, secrètement, une bonne partie de l’appareil d’Etat à des intérêts étrangers occultes, et laissant poindre les raisons pour lesquelles certaines personnalités et certaines immenses fortunes acquises par la prédation continuent à bénéficier d’une inexplicable immunité? Quelles intentions funestes animaient-elles l’ex-chef d’Etat, démissionné, mais non déchu, lorsqu’il a fermé les yeux, sinon encouragé, la corruption à tous le niveaux de l’Etat, livrant aux entités étrangères les intérêts existentiels du pays? Ces questions recevront-elles jamais de réponses, pourtant indispensables pour tourner la page du «Bouteflikisme» et rendre à l’appareil d’Etat la légitimité nécessaire pour sortir le pays de cet abime?


Lire aussi :

   Démission du Premier ministre estonien suite à un scandale de corruption


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.