COVID 19, une pandémie fabriquée ?

par Gordon Duff.

Le coronavirus qui sévit actuellement perturbe les économies, les voyages et la vie quotidienne sur toute la planète. Il a englouti jusqu’à 10% des liquidités financières de pays comme les États-Unis, bien que ce soit temporairement, et le pire reste à venir.

Derrière cette sombre histoire, il y a quelque chose de plus sinistre.

Le COVID 19 n’a pas seulement « peut-être » été conçu comme une arme biologique, mais « très probablement été » conçu comme une arme biologique.

Commençons par établir le bien-fondé de nos arguments :

Tous les efforts possibles et imaginables ont été utilisés pour conspirer, confondre et semer la confusion autour du COVID 19.

C’est la maladie humaine la plus infectieuse de l’histoire, avec une période d’incubation impossible, des semaines d’infection sans symptôme, une maladie improbable à coup sûr. Est-elle fabriquée, est-ce une guerre biologique ?

Pour examiner les faits, et les faits sont de « minces à inexistants », des compétences curieusement retenues seront appliquées. Tout d’abord, et peut-être le plus important, que les faits soient de « minces à inexistants » est révélateur.

Il s’agit d’une maladie, liée au SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) et au MERS (Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient), tous des coronavirus. D’après Merriam-Webster :

« Définition du coronavirus :

Coronaviridae : membre de la famille des virus à ARN simple brin (Coronaviridae) qui possèdent une enveloppe lipidique parsemée de projections en forme de massue, infectent les oiseaux et de nombreux mammifères, y compris les humains, et comprennent les agents responsables du MERS et du SRAS.

Première utilisation connue d’un coronavirus :

1968, au sens défini ci-dessus

Histoire et étymologie du coronavirus :

CORONA + VIRUS, utilisé plus tard comme nouveau latin

NOTE : Le mot a été introduit par un groupe de virologistes dans un court article intitulé « Coronavirus » dans la section « Nouvelles et opinions » de Nature (vol. 220, no 5168, 16 novembre 1968, p. 650) : « …le virus de la bronchite infectieuse aviaire a un aspect caractéristique au microscope électronique qui ressemble à celui des myxovirus, mais qui en est distinct. Les particules ont un profil plus ou moins arrondi… Cette apparence, qui rappelle la couronne solaire, est partagée par le virus de l’hépatite de la souris… De l’avis des huit virologues, ces virus font partie d’un groupe jusqu’alors méconnu qu’ils suggèrent d’appeler les coronavirus, pour rappeler l’apparence caractéristique par laquelle ces virus sont identifiés au microscope électronique ».

Jusqu’à présent, on sait peu de choses sur le taux de mortalité du COVID 19, probablement bien inférieur aux 34,5% du MERS mais peut-être plus, voire bien plus, que les 9,63% du SRAS. Beaucoup ne sont pas d’accord avec ce chiffre, mais les données sont rares, non, les données sont inexistantes.

Le MERS a mis un an à tuer 106 personnes et le SRAS, qui a également mis des mois à se propager, en a tué 813 avant d’être maîtrisé. Cependant, selon le moment où vous lirez ces lignes, il se peut que le COVID 19 ait infecté plus d’un million de personnes, et non 200.

Méthodologie
le microbiologiste Kerry Pollard effectue une extraction manuelle du coronavirus dans le laboratoire d’extraction du Bureau des laboratoires du Département de la Santé de Pennsylvanie le vendredi 6 mars 2020

Nous pouvons faire quelques déclarations générales sur le COVID 19 :

  • La possibilité de créer le COVID 19 existe
  • La volonté de créer le COVID 19 existe
  • L’intelligence et l’humanité nécessaires pour ne pas créer le COVID 19 n’existent pas
  • La volonté d’expérimenter en infectant le grand public avec un agent pathogène tel que le COVID 19 existe et a de nombreux précédents historiques
  • Les laboratoires financés par des « fonds obscurs » opérant sous couvert de recherche sur les maladies animales ou d’installations de défense contre la guerre biologique, gérés par les gouvernements américain, britannique, israélien et autres, sont non seulement capables de créer le COVID 19, mais il est prouvé qu’ils sont financés exactement pour ce type de programme

En termes simples, il existe des acteurs qui peuvent et voudraient déclencher une pandémie mondiale en tant que composante d’une opération à long terme de la « théorie du chaos ».

Ces mêmes acteurs le feraient et l’ont fait, encore et encore, quel qu’en soit le coût en vies humaines. Je pense que l’on peut désormais considérer le 11 septembre et ses conséquences comme une opération de ce type.

On pourrait également citer plusieurs efforts de changement de régime et même indiquer les noms des nations impliquées, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Arabie Saoudite et Israël.

En fait, 3 millions de morts et jusqu’à 10 millions de réfugiés est un prix que la cabale de l’État Profond et ses marionnettes d’État-nation n’ont pas pensé à s’épargner. Selon ces normes, le COVID n’est probablement rien de plus qu’un test pour quelque chose de bien plus mortel.

Nos amis pourraient bien se contenter de collecter des données, la « big data » pour ainsi dire, et nous savons à quel point ils aiment leurs données.

Retour en arrière

Une autre façon d’apprendre et de discerner consiste à revenir sur ce qu’on nous dit, sur ce qu’on ne nous dit pas et sur les schémas de « désinformation ».

Tout d’abord, on ne nous dit rien, ou du moins pitoyablement peu de choses sur la nature de la maladie elle-même, les symptômes par exemple et la progression de la maladie. Pourquoi cela ?

On ne sait rien des personnes infectées et de celles qui meurent, à part les personnalités publiques en Iran et maintenant en Italie.

Ce que l’on discerne jusqu’à présent, malgré tous les efforts déployés pour empêcher toute information utilisable de s’échapper, c’est que les enfants ont peu de chances de contracter la maladie ou, s’ils le font, de risquer la mort.

Nous savons que des décès surviennent chez les personnes âgées, mais de quel âge ? Des personnes avec quelles autres vulnérabilités ? Il y a suffisamment de données disponibles pour informer le public sur les risques, mais elles ne sont pas divulguées.

Ceux qui dissimulent ces informations le font de manière suspecte.

La maladie elle-même est tout aussi suspecte, voire beaucoup plus suspecte : comment s’est-elle développée, comment est-elle devenue quelque chose de différent de tout ce qui existait auparavant, une « tempête parfaite » d’infection ?

Non seulement aucune information utile n’est donnée, mais il n’y a pas de discussion publique sur quelque chose qui aurait dû être d’un grand intérêt. Nous avons donc franchi une « ligne rouge », semble-t-il, et devons faire marche arrière pour savoir qui contient et censure ce qui est normalement une information vitale pour le public.

Ce retour en arrière mène, selon nous, à un virus fabriqué, une modification du SRAS qui prendra jusqu’à 2 ans pour être stoppé, coûtera 50 milliards de dollars ou plus et aura un autre effet non discuté mais qui frappera le lecteur « entre les deux yeux ».

Le COVID 19, c’est 99% de peur et 1% de résultat.

Les conspirations

La théorie du complot qui prévalait au début du mois de février 2020 exposait une hypothèse selon laquelle le COVID 19 avait été créé pour cibler racialement les Chinois et les Iraniens.

Cependant, un mois plus tard, avec la maladie qui a balayé l’Italie et d’autres nations également, cette théorie est morte.

On peut noter que la base d’une telle hypothèse, toujours trop de « points de connexion » et aucune analyse de données est basée sur la réalité. Un certain nombre de nations, et certainement les États-Unis, ont collecté des échantillons génétiques de populations de nations qu’ils pourraient considérer comme des cibles, au premier rang desquelles la Russie.

Les États-Unis sont-ils en train ou prévoient-ils d’attaquer la Russie avec une arme biologique, une pandémie génétiquement modifiée ? Sur la base du comportement des États-Unis au cours des 20 dernières années et du leadership actuel à Washington, la réponse serait au minimum « probablement » mais pas tout à fait « bien sûr qu’ils le font ».

Une autre théorie concerne la technologie 5G. On suppose que les émissions de 5G altèrent l’ADN. Cependant, il n’existe absolument aucune science qui justifie l’impact des radiations non ionisantes sur l’ADN.

En fait, il est facile de retracer l’origine de ces conspirations à l’anti-science de Trump qui nie également le réchauffement climatique et à la communauté alliée « anti-vaxx » qui croit que le tétanos, la typhoïde, la polio et la diphtérie sont des « maladies infantiles normales » comme la rage.

Politiquement, ces groupes sont généralement favorables à une intervention militaire au nom des intérêts israéliens (parmi ceux des États-Unis), à la torture et aux assassinats ciblés basés sur la race et la religion malgré les « dommages collatéraux » et les droits de l’homme.

Au fur et à mesure que l’on retrace les origines des affirmations extravagantes faites par des experts largement promus et même par l’actuelle administration américaine, anti-science dans son pire état, la main de ceux qui pourraient être responsables de la pandémie du COVID 19 devient visible.

Conclusion

Les mensonges, la censure et les théories de conspiration quasi officielles feraient partie intégrante d’une pandémie fabriquée. Quant à savoir qui et pourquoi, il est encore trop tôt.

Comme le 11 septembre, l’impact massif sur les marchés financiers et des matières premières est évident et les algorithmes qui auraient dû être créés il y a longtemps pour discerner les stratagèmes de « guerre pour le profit » ou de « catastrophe pour le profit » ont été interdits de débat.

En 2010, une série télévisée, « Rubicon », qui a précisément mis en avant ce sujet, a été mystérieusement annulée malgré sa popularité et ses coûts de production extrêmement bas. Extrait du New York Times :

« L’émission suit un ensemble d’analystes et de gestionnaires de l’Institut Américain du Pétrole (IAP) fictive, une société privée qui synthétise les données fournies par diverses agences d’espionnage américaines. Toute personne qui écrit sur la télévision pour gagner sa vie est forcément attirée par cette histoire de gens fourbes et pleins de bonnes intentions qui essaient de donner un sens à des récits aux lacunes inexplicables et aux incohérences provocantes.

Mais « Rubicon » ne se résume pas à son attrait pour les intellos. Maintenant que les théories du complot sont passées de la périphérie au centre de la vie politique, les questions que pose « Rubicon » sur la manipulation de la vérité et sur les façons dont les puissants obscurcissent intentionnellement leurs programmes les plus lâches sont plus convaincantes que jamais ».

Aujourd’hui, les analystes de « l’IPA/Rubicon » sont condamnés à la fiction et le public se retrouve avec la peur et les mensonges comme consolation.

Ce qui est laissé de côté, c’est qu’il peut très bien y avoir une partie responsable et, pire encore, que ce n’est peut-être que le début.

source : COVID 19, an Engineered Pandemic?

traduit par Réseau International


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *