L’Égypte, les États-Unis et l’Italie supervisent les derniers développements en Libye

   Le maréchal Khalifa Haftar a rencontré une délégation américaine, tandis que le président égyptien a reçu le Conseil tribal libyen. Des fonctionnaires italiens ont également tenu une réunion avec le GNA.
                           par Henar Hernández
El comandante del LNA, Jalifa Haftar
Khalifa Haftar       – PHOTO/LNA  –

En prévision de l’escalade militaire plus que probable qui aura lieu dans les prochaines heures sur les enclaves géostratégiques de Syrte et Al-Jufra, respectivement au nord et au centre du territoire libyen, les puissances internationales qui ont des intérêts dans le conflit continuent de déplacer leurs pièces sur le plateau. 

Du côté de l’Armée de libération nationale (LNA), on sait que le commandant et maréchal Khalifa Haftar a rencontré mercredi une délégation américaine composée de hauts responsables politiques et militaires pour discuter des derniers développements de la guerre civile. Selon Libya Akhbar, l’objectif de la réunion était de « tenter de parvenir à un cessez-le-feu », et selon Ragip Soylu, analyste au Middle East Eye, les responsables américains ont déclaré au maréchal que pour que la cessation des hostilités soit acceptée, il lui faut retirer ses unités du Croissant pétrolier – la bande qui s’étend le long de la côte libyenne de Syrte à Ras Lanuf – et accepter la présence d’une force de paix européenne dans la région.

Les États-Unis ont adopté une position diffuse pendant la compétition, dans laquelle ils ne semblent pas s’être positionnés en faveur de l’une ou l’autre des deux factions. Il a implicitement montré son soutien à la LNA, puisqu’il rejette l’idée que les groupes islamistes qui font partie de la partie rivale, le gouvernement d’unité nationale (GNA), défendu par la Turquie, le Qatar et les Frères musulmans, prennent le contrôle du pays. Cependant, dans une lettre du secrétaire d’État, le président américain Donald Trump a catégoriquement rejeté l’initiative de paix présentée par l’Égypte, un allié inestimable du Haftar, qui favorisait sans aucun doute la LNA. En outre, ce mercredi, le Commandement américain pour l’Afrique (AFRICOM) a de nouveau attaqué l’Armée de libération nationale dans une déclaration accusant les mercenaires russes du groupe Wagner, qui ont soutenu le maréchal, de « compliquer le cessez-le-feu libyen ». « Nous avons des preuves évidentes que le groupe Wagner a posé des mines terrestres et des engins explosifs improvisés (IED) à Tripoli et dans les environs, violant ainsi davantage l’embargo sur les armes des Nations unies et mettant en danger la vie d’innocents Libyens », indique la déclaration. « Les tactiques irresponsables du groupe Wagner prolongent le conflit et sont responsables de la souffrance et de la mort inutiles de civils innocents. La Russie a le pouvoir de les arrêter, mais pas la volonté », selon la déclaration.

Au vu de ces déclarations sévères, qui menacent de transférer la guerre froide entre Washington et Moscou à la Libye également, Haftar aurait fait le pas de se rapprocher des États-Unis, qui ont également montré une préférence pour la voie politique initiée par les Nations unies (ONU) – qui pourrait être plus favorable au GNA, puisque c’est l’ONU qui a parrainé le gouvernement actuellement dirigé par Sarraj – plutôt que les autres propositions promues par le GNA. Ainsi, le maréchal semble être conscient que, si le géant américain opte finalement pour sa faction rivale, la GNA, ses options pour gagner la guerre seront limitées, compte tenu, en outre, de sa puissante influence sur les autres puissances impliquées dans le conflit.

En fait, ce même jour, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a eu une conversation téléphonique avec le ministre tunisien des affaires étrangères, Noureddine Erray, au cours de laquelle ils ont discuté des « moyens d’améliorer la coopération au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, de renforcer les relations bilatérales et de progresser vers une solution politique négociée pour mettre fin au conflit en Libye ». La position du pays dirigé par le Kais Saied sur la guerre civile dans son pays voisin est également douteuse. Bien que le président ait défendu la neutralité en public, la vérité est que certains mouvements qui ont eu lieu officieusement ont fait pencher la balance en faveur du GNA et de ses alliés, en particulier la Turquie. Toutefois, il convient également de rappeler que la Tunisie a travaillé avec l’Algérie et l’Égypte pour parvenir à une solution du puzzle libyen de nature purement arabe, sans interférence de tiers extérieurs au continent, parrainée par ses trois voisins.

El comandante de las fuerzas estadounidenses en África (AFRICOM), el general Thomas D. Dahwasser
Le commandant des forces américaines en Afrique (AFRICOM), le général Thomas D. Dahwasser.                        AFP/MAHMUD TURKIA –
Le président Al-Sisi continue de hausser le ton contre la Turquie

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi, a reçu jeudi dans la capitale, Le Caire, une délégation de tribus libyennes conduite par le Conseil suprême des cheikhs et des notables, représentant « tout le peuple libyen », a annoncé le porte-parole de la présidence égyptienne Bassam Radi.

Au cours de la réunion, le président a réaffirmé que « l’objectif principal des efforts égyptiens en Libye à tous les niveaux est d’activer la volonté du peuple libyen pour un meilleur avenir du pays et des prochaines générations. Lors du sommet, les moyens de mettre fin à l’ingérence et à la violation flagrantes de la souveraineté libyenne par la Turquie ont également été discutés. Dans une déclaration, le Conseil tribal a déclaré que « le comportement des Turcs en Libye représente une menace directe pour la Libye et les pays voisins, y compris l’Égypte » et a appelé à « renforcer les efforts avec les pays voisins pour assurer la sécurité nationale de l’Égypte et de la Libye, afin de garantir la volonté nationale et de préserver les ressources du peuple libyen contre les envahisseurs ». Le porte-parole de l’entité a déclaré, dans cette ligne, que « tous les pays arabes devraient intervenir pour mettre fin à l’occupation étrangère », en faisant clairement référence à Ankara.

Il convient de rappeler à ce stade que le Conseil suprême des cheikhs et des notables a montré son soutien à la résolution adoptée par le Parlement de Tobrouk, fief de la LNA, autorisant une éventuelle intervention militaire égyptienne dans le pays pour protéger la sécurité nationale.  

L’Italie renforce sa coopération avec le GNA

Une délégation italienne conduite par la ministre de l’intérieur Luciana Lamorgese s’est également rendue à Tripoli jeudi pour rencontrer le Premier ministre libyen Fayez Sarraj. Au cours de la réunion, les deux parties ont discuté de « la coopération en matière de sécurité, y compris le développement des capacités de sécurité, l’archivage de l’immigration illégale et la lutte contre la traite des êtres humains », comme l’a révélé la Libye Akhbar. Ils ont également discuté « des étapes préliminaires pour le retour des entreprises italiennes en Libye, de la contribution de Rome au processus d’élimination des mines dans certaines zones, comme l’aéroport de Matika/Mitiga, de la fermeture des champs pétrolifères du pays et de la nécessité de réactiver la production de pétrole ».

El primer ministro libio del GNA, Fayez Sarraj, con la ministra del Interior de Italia, Luciana Lamorgese, en la capital libia, Trípoli, el 16 de julio de 2020
Le Premier ministre libyen Fayez Sarraj avec la ministre italienne de l’Intérieur Luciana Lamorgese dans la capitale libyenne, Tripoli, le 16 juillet 2020. PHOTO/AFP –

Les prochaines heures seront décisives pour l’avenir de la Libye. Les yeux sont tournés vers Syrte, riche en or noir. La GNA, soutenue par la Turquie – dont on sait ce jeudi qu’elle a installé des systèmes de défense aérienne de type Hawk sur la base d’Al-Watiya et déployé des drones Bayraktar à Misrata – pourrait lancer une offensive contre la ville, actuellement défendue par la LNA. Si cela devait arriver, l’Egypte s’impliquerait dans la bataille, internationalisant le conflit avec des conséquences imprévisibles.


>>> Libye : al-Sissi et Macron d’accord pour «endiguer» l’intervention militaire «étrangère» dans le pays

Par Borgia Kobri (revue de presse : Agence Ecofin – 16/7/20)

  (Agence Ecofin) – Alors qu’une intervention militaire de l’Egypte en Libye se dessine, les présidents al-Sissi et Macron ont convenu lors d’un entretien téléphonique, de la nécessité d’endiguer l’intervention étrangère illégale en Libye, qui profite aux milices armées et aux organisations terroristes.

Les présidents égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et français, Emmanuel Macron, ont convenu au cours d’un entretien téléphonique « de la nécessité d’endiguer l’intervention étrangère illégale en Libye, qui profite aux milices armées et aux organisations terroristes », a déclaré la présidence égyptienne dans un communiqué rapporté par Egypt Today.

Les deux dirigeants ont par ailleurs convenu que « ceux qui interviennent illégalement en Libye portent atteinte à la stabilité du pays et à la sécurité régionale ». Ils ont également appelé à la « poursuite de la coordination entre les deux pays pour soutenir les efforts visant à régler la crise libyenne ».

Cet entretien téléphonique fait suite à la déclaration faite lundi par la Chambre des représentants de Libye, appelant à une intervention militaire de l’Egypte face à ce qu’elle qualifie d’« occupation turque ».

Déjà en juin, le chef du Conseil suprême des tribus libyennes, Cheikh Mohamed Al Mesbahi, avait déclaré que le peuple cherche à relancer l’accord arabe de défense conjointe afin de mettre fin à l’existence des milices turques et illégales sur le sol libyen.

Au cours du même mois de juin, le président égyptien a mis en garde que « la ligne rouge » serait franchie et « une intervention directe de l’Egypte serait internationalement légitime » si les troupes du GNA soutenues par la Turquie tentaient d’occuper des villes de Syrte et Al Jufrah.

L’entretien téléphonique avec Emmanuel Macron pourrait donc sonner comme une caution accordée à une intervention militaire directe de l’Egypte en Libye.

*Source : Agence Ecofin


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

العربية AR 简体中文 ZH-CN English EN Français FR Deutsch DE Italiano IT Português PT Русский RU Español ES Tiếng Việt VI