Espagne / El Independiente : Maroc, royaume sans roi

   

Dans da livraison de ce samedi , le média ibérique El Independiente est revenu sur la vacance du pouvoir au Maroc par un long article intitulé: Maroc, un royaume sans roi : « Mohamed VI ne se soucie plus de rien sauf de vivre la vie qui lui reste ».
Concentration des pouvoirs aux mains d’un monarque absent
L’auteur de l’article met l’accent sur la concentration des pouvoirs aux mains de Mohamed VI, Commandant des croyants, chef de l’armée, président du conseil des oulémas (érudits islamiques) et détenteur de la plus grande fortune du pays
Même absent, Mohamed VI est absolument tout. Son portrait est omniprésent dans les confins de son royaume. Ses sujets le voient quotidiennement, partout et en toutes circonstances.
Pour El Independiente, Mohamed VI est un roi complètement absent, partageant son temps entre Paris et le Gabon, et qui a pris la décision calculée de se consacrer aux plaisirs de la vie.
Le média ibérique évoque les réformes de la  Constitution, initiées il   y a une décennie, accordant plein pouvoir et protégeant le trône de sa majesté . Cette Constitution lui réserve trois domaines comme son domaine exclusif : la religion, les questions de sécurité et les grandes décisions politiques stratégiques.
Mohamed VI est aussi l’arbitre suprême entre les forces politiques. Des prérogatives qui garantissent leur ingérence dans toutes les décisions importantes du pays. « Sous le règne de Mohamed VI, il y a certainement deux déceptions », avoue à ce journal Pierre Vermeren, spécialiste du Maroc et co-auteur de ‘Dissidents du Maghreb’.
« Le premier, c’est la politique. Plus encore qu’en 1999 [année de son accession au trône] la scène politique intérieure est pulvérisée, ce qui est le résultat d’une politique menée consciemment pour écarter les dangers politiques, et laisser la monarchie et ses hommes dominer le pays sans le partager .
Une économie menacée par l’effondrement
Les prévisions pour l’exercice 2022 sont quasiment pessimistes pour une économie marocaine qui enregistra une croissance ne dépassant pas  0,9 %. Le taux de chômage dépasse 11 %. Chez les jeunes, ce chiffre monte à 27 %. Cela s’ajoute à la sécheresse qui a frappé le pays cette année, la hausse des prix énergétiques et alimentaires, suite au conflit ukrainien et la rupture de l’approvisionnement en gaz algérien via le GME, l’impact négatif du Covid-19 sur certains secteurs stratégiques comme le tourisme et les services et la détérioration du pouvoir d’achat des marocains. Cette situation a occasionné le départ de plusieurs entreprises étrangères, le renvoi de milliers de travailleurs et la diminution des IDE.
 Mohamed VI est hors du pays depuis le printemps, principalement à Paris, où il reçoit des soins médicaux et profite de vacances quasi perpétuelles. « Aux absences régulières du roi s’ajoute le vide politique dans un système exécutif, rendant les tensions sociales encore plus fortes », reconnaît  Hicham Mansouri, journaliste marocain exilé en France, dans une déclaration au journal El Independiente.
« Mais le problème est avant tout l’absence d’un gouvernement légitime capable d’interagir avec les citoyens. L’affaiblissement de la société civile et la répression des médias et des journalistes privent le Maroc de canaux de contre-pouvoir et de médiation. Dès lors, le palais est plus que jamais sans ‘pare-chocs’ face aux demandes et attentes croissantes de la population », souligne le journaliste, l’une des victimes de l’espionnage massif mené par les services secrets marocains via Pegasus. Selon lui, ce vide politique – issu des pseudo-élections de l’année dernière où l’achat de voix a été largement utilisé – est symbolisé par la nomination du Premier ministre Aziz Akhanouch.
« Milliardaire et ami du roi, le premier ministre jouit d’une très faible popularité en raison de son implication dans des scandales financiers liés aux conflits d’intérêts flagrants dans lesquels il est impliqué et aussi en raison de son manque de charisme en matière de communication. A chaque crise, il préfère rester dans l’ombre et se cacher derrière le roi au lieu de donner des explications aux citoyens », dénonce le journaliste. La propagation du Covid-19, d’abord, et la sécheresse, ensuite, ont exacerbé la crise économique et sociale. Les abîmes sociaux n’ont cessé de croître.
Une condition médicale qui l’empêche de pratiquer les sports nautiques qu’il pratiquait autrefois. « Si le roi ne se soucie plus de rien, ni de son image, ni de ce qu’on dit de lui, ni des affaires les plus graves de l’État, c’est qu’il a décidé de vivre la vie qui lui reste. Et c’est précisément ce qu’il est en train de faire », glisse un expert des tenants et aboutissants de la famille royale marocaine.
Mohamed VI marche à peine sur sa patrie. Lorsque le devoir d’un discours public l’exige, il voyage pour la journée et revient à Paris. « Ce que le roi dit n’est pas ce qu’il dit. Il va au Maroc, parle comme un perroquet et revient en France. Il ne dort pas à Rabat. Enregistrez son discours et au revoir », ajoute-t-il.
L’influence des Azaiter
Ces dernières années, le monarque a remplacé sa famille par une nouvelle, formée par les Zaiter. Ce sont trois frères – le boxeur Abu Bakr Azaitar avec Ottman et Omar – qui accompagnent le monarque partout où il va et dont la proximité a sonné l’alarme dans le cercle royal traditionnel, composé de l’élite qui a étudié avec Mohamed VI. L’animosité est telle que le pays a été témoin d’une campagne médiatique orchestrée contre les nouveaux amis du roi, qui publient des clichés avec le monarque sur leurs réseaux sociaux.
Ils sont accusés à la fois de porter atteinte à l’image de la monarchie et du roi et de jouer un rôle politique important dans le royaume. En toile de fond, une bataille digne du meilleur roman d’intrigue de palais se livre : les trois sœurs du roi Meryem, Asma et Hasna, et son fils Moulay Hasan ont déclaré la guerre aux nouvelles compagnies de leur frère. « C’est un concours entre la famille de toujours et la nouvelle famille du roi », soulignent-ils graphiquement.
« Le régime aggrave son harcèlement contre toutes les voix critiques », prévient Fouad Abdelmoumni, directeur du bureau marocain de Transparency International, dans des déclarations au journal ibérique. « L’establishment manque de réponses à la crise sociale, économique et politique au-delà de la répression pour arrêter la contestation », détaille qui avoue subir « une diffamation intense à travers des articles publiés dans des journaux qui parlent au nom de la police politique ».
La normalisation avec l’entité sioniste n’a rien apporté
La normalisation avec l’entité sioniste dans le cadre des accords d’Abraham, datée de décembre 2020, est un autre facteur qui alimente la déstabilisation interne. « Malgré son modernisme, c’est un pays qui reste attaché aux valeurs de l’islam et à la lutte des Palestiniens. La normalisation avec Israël ne semble avoir apporté ni la résolution définitive de la question du Sahara ni la prospérité économique promise », souligne Mansouri.
Luttes sans merci autour du monarque
L’image de Mohamed VI – le réformateur présumé monté sur le trône à l’ombre de son père, l’impitoyable Hassan II – est aujourd’hui plus dégradée que jamais. Peu contestent que sa carrière a été médiocre, c’est le moins qu’on puisse dire. « Les attaques médiatiques et les contre-attaques des médias proches du régime montrent clairement l’existence d’une division ou du moins de luttes dans l’entourage du roi », prévient Mansouri.
« La maladie de ce dernier aggrave ces luttes. Il est clair que le règne du futur roi, le prince Hassan, a déjà commencé. Le souci est que ce vide pourrait ne pas durer longtemps. En l’absence de canaux de médiation, la situation peut se résumer en deux mots : vide et silence. Un silence qui peut précéder une tempête : c’est difficile à prévoir mais une grande contestation sociale moins pacifique que les précédentes n’est pas à exclure », conclut-il.
Qui va s’occuper des affaires du royaume à présent ? C’est évident : il faut trouver quelqu’un pour diriger le royaume!
Sinon il faut  remettre en question le statut du roi.


       Sahara occidental

                                  Le président Ghali met en garde contre l’acharnement makhzeno-sioniste


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.