Erdogan continue de jeter de l’huile sur le feu du conflit libyen

par Alessandro Sansoni

Les reportages triomphalistes des médias nous ont empêchés d’y prêter toute l’attention nécessaire, mais un développement dangereux a émergé du G20 à Rome. Au cours du sommet, en effet, le président turc Recep Erdogan a déclaré officiellement, et en termes non équivoques, qu’Ankara refuse de retirer ses troupes de Libye. Cette déclaration intervient alors que l’ONU s’est engagée à organiser et à mener à bien le retrait de toutes les troupes étrangères présentes dans le pays, condition préalable indispensable à la célébration des élections censées ramener la paix dans le pays.

Par sa position, la Turquie jette de l’huile sur le feu et menace de porter à un niveau très élevé le conflit entre les factions qui se disputent le pouvoir en Libye, mettant ainsi en péril le processus électoral. Une situation qui aurait des répercussions graves et dangereuses pour l’Italie et l’ensemble de l’Union européenne.

Premier problème : le retrait des mercenaires

La Libye devrait organiser ses élections présidentielles tant attendues le 24 décembre, tandis que les élections législatives sont prévues pour le début de 2022.

L’espoir est de mettre ainsi fin à la longue période d’anarchie et de guerre civile dans laquelle le pays a plongé depuis la fin du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, en sauvegardant éventuellement l’unité du territoire libyen, aujourd’hui effectivement divisé en une partie occidentale sous le contrôle du gouvernement de Tripoli et une partie orientale aux mains du général Khalifa Haftar et de son Armée nationale libyenne (ANL), engagés depuis des années dans un dur conflit non seulement avec les milices tripolitaines, mais aussi avec des groupes islamistes, alliés des Turcs. La situation est encore compliquée par le nombre élevé de mercenaires et de forces étrangères présents sur le terrain pour soutenir les deux prétendants.

C’est précisément pour cette raison que la feuille de route élaborée par les Nations unies prévoit, avant tout, l’élimination des groupes armés étrangers, qui doit être définie dans le cadre d’un format de négociation « 5+5 », dans lequel toutes les factions belligérantes sont présentes à la table des négociations, sous les auspices des Nations unies. Le 8 octobre, le Comité militaire conjoint « 5+5 » s’est réuni pendant trois jours au Palais des Nations à Genève et s’est conclu par la signature d’un plan d’action prévoyant un retrait progressif, équitable et coordonné de tous les mercenaires et forces étrangères de Libye.

La réunion de Genève s’est tenue conformément aux pistes définies dans l’accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 et aux résolutions connexes émises par le Conseil de sécurité des Nations Unies. La réunion faisait partie intégrante des diverses négociations intra-libyennes promues par l’ONU, ainsi que des efforts déployés par la communauté internationale à travers la conférence de Berlin.

Début novembre, le Comité 5+5 a tenu une autre réunion, cette fois au Caire, toujours organisée par l’ONU, à laquelle ont également participé des représentants du Soudan, du Tchad et du Niger. À cette occasion, tous les pays voisins de la Libye ont exprimé leur volonté de coopérer au processus d’expulsion des combattants étrangers et des mercenaires, tandis que les délégués du Soudan, du Tchad et du Niger se sont engagés à coopérer pour assurer le retrait des hommes armés de leurs pays, en coordonnant leurs actions pour éviter qu’ils ne reviennent en Libye et ne déstabilisent les États voisins.

Cependant, le refus de la Turquie de s’aligner sur les accords généraux ouvre un problème gigantesque. En fait, près de la moitié des forces étrangères présentes en Libye sont liées à Ankara : selon le SOHR (Observatoire syrien des droits de l’homme), le nombre total de mercenaires syriens soutenus par la Turquie dans le pays d’Afrique du Nord est d’environ 7000, tandis que les Nations unies ont estimé la présence de 20 000 combattants étrangers sur le territoire libyen. Les sources de SOHR ont également confirmé qu’en dépit des tentatives de négociation de leur retrait début octobre, des miliciens islamistes vétérans du conflit syrien continuent d’être stationnés dans des bases turques en Libye, tandis qu’un nouveau contingent de 90 personnes en provenance de Syrie est arrivé en Libye transporté par des avions turcs.

G20 : la diplomatie à la turque

Lors du G20, Erdogan a non seulement confirmé son intention de ne pas démobiliser ses troupes en Libye, mais a également réaffirmé au président français Emmanuel Macron que la présence turque est légitimée par un accord de coopération militaire signé avec le gouvernement libyen.

« Nos soldats sont là en tant qu’instructeurs », a-t-il réitéré, niant que leurs activités puissent être assimilées à celles de mercenaires illégaux.

Or, ce n’est pas exactement le cas. Tout d’abord, ses propos peuvent s’appliquer au contingent militaire officiellement envoyé par l’armée turque début janvier 2020, et certainement pas aux mercenaires syriens qui continuent à être stationnés dans les bases militaires d’Ankara.

Par ailleurs, les accords conclus lors du sommet du 8 octobre à Genève font explicitement référence au retrait des « mercenaires, combattants étrangers et forces étrangères », les « forces étrangères » étant comprises comme incluant les troupes régulières et les instructeurs.

Enfin, les « instructeurs » turcs ont débarqué en Libye dans le cadre d’un accord signé par Ankara en novembre 2019 avec le gouvernement d’entente nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, un gouvernement intérimaire auquel a succédé en mars dernier le nouveau gouvernement d’union nationale dirigé par Abdul Hamid Dbeibah. Le point crucial, cependant, est qu’au moment où le traité a été signé, le mandat du GNA avait déjà expiré et donc, en tant que gouvernement intérimaire, il n’avait pas le droit de signer un tel traité de coopération militaire. C’est pour la même raison que tous les voisins de la Libye et de la Turquie ont désavoué le traité sur les frontières maritimes (et les zones économiques exclusives correspondantes) signé par Tripoli et Ankara au même moment. Ce dernier accord a considérablement étendu les revendications turques sur la Méditerranée et ses riches gisements de pétrole et de gaz.

C’est pour ces raisons que la présence militaire turque en Libye doit être considérée comme illégale au regard du droit international, car elle constitue un avant-poste des ambitions néo-impérialistes de Erdogan. Ce n’est pas une coïncidence si Erdogan, pendant le G20, a annoncé son refus de participer au sommet sur la Libye à Paris (ce qui l’a fait couler), confirmant ainsi qu’il n’a aucune intention de soutenir les efforts internationaux visant à stabiliser le pays.

« Nous avons notifié au président Macron, a déclaré Erdogan, notre refus de participer à une conférence à Paris à laquelle participent la Grèce, Israël et l’administration chypriote grecque. Pour nous, il s’agit d’une condition absolue. Si ces pays sont présents, cela n’a aucun sens pour nous d’envoyer des délégués ».

À Rome, Erdogan a également eu une réunion séparée avec le premier ministre Mario Draghi, mais celle-ci n’a donné aucun résultat concret. Aucun progrès n’a été enregistré dans les relations italo-turques, y compris en ce qui concerne le système de défense antimissile italo-français SAMP-T, pour lequel la Turquie avait précédemment manifesté son intérêt. Malgré l’annonce générale de développements futurs à cet égard, il est peu probable que la Turquie reprenne ce projet, à moins que ses relations avec Paris ne s’améliorent. Et Erdogan ne semble avoir aucune envie de poursuivre dans cette direction.

Tensions en Libye

Entre-temps, la situation politique en Libye devient de plus en plus précaire, surtout depuis que la Chambre des représentants (le parlement de Tobrouk) a remis en cause en septembre dernier, à l’instigation de Haftar, le gouvernement d’unité nationale.

D’un point de vue militaire, les tensions augmentent également, à tel point que ces derniers jours, les chefs de deux milices tripolines – Muammar Davi, chef de la Brigade 55, et Ahmad Sahab – ont été victimes d’attaques visant à les tuer.

À ce stade, il est difficile d’être sûr que les élections présidentielles auront lieu en décembre, tandis que les élections parlementaires ont déjà été reportées à 2022.

Le chantage de Erdogan : géopolitique, énergie, flux migratoires

Si la Turquie a pu renforcer considérablement son influence en Libye, une part considérable de la responsabilité doit être attribuée aux gouvernements dirigés par Giuseppe Conte (surtout le second), caractérisés par un manque d’incisivité sur la question libyenne. Bénéficiant de facto d’une carte blanche, Ankara a pu, en quelques années seulement, débarquer des centaines de « conseillers militaires » dans le pays d’Afrique du Nord.

Avec le traité sur les frontières maritimes et la délimitation des zones économiques exclusives respectives, la Turquie a pris le contrôle du littoral de la Tripolitaine ainsi qu’une sorte de patronage sur les gisements de gaz et de pétrole de la Méditerranée centrale. Son influence politique sur le gouvernement d’accord national, puis sur le gouvernement d’unité nationale, est énorme.

La guerre civile entre Tripoli et Benghazi a permis à Ankara de fournir des troupes et des armes au camp ouest-libyen, de redéployer ses milices mercenaires précédemment actives en Syrie et d’obtenir la gestion du port et de l’aéroport de Misurata pour les 99 prochaines années.

Aujourd’hui, Erdogan, grâce à la forte influence qu’il est en mesure d’exercer sur l’un des plus grands producteurs de pétrole au monde, dispose d’une arme supplémentaire pour faire pression sur l’Europe, celle de l’approvisionnement énergétique, en plus de l’arme déjà largement utilisée du contrôle des flux migratoires, qu’il est désormais en mesure de réguler non seulement sur la route des Balkans, mais aussi sur celle de la Méditerranée centrale. La route la plus empruntée par les trafiquants d’êtres humains, selon les chiffres officiels, selon lesquels, au 22 octobre, 51.568 migrants sont déjà arrivés en Italie cette année, contre 26.683 en 2020.

Les demandes de Draghi à l’Union Européenne d’allouer des fonds pour protéger « toutes les routes » sont du miel aux oreilles turques. Ils font en effet référence aux 6 milliards que Bruxelles a déjà versés à la Turquie pour gérer la route des Balkans et à ceux qu’elle versera encore. Il y a actuellement 3,7 millions de Syriens vivant sur le sol turc, auxquels il faut ajouter 300 000 Afghans. Une bombe à retardement qu’Ankara menace de faire exploser à tout moment si ses exigences ne sont pas satisfaites.

En bref, les crises humanitaires – de l’Afghanistan à la Syrie, auxquelles s’ajoute désormais la crise libyenne – sont devenues une occasion extraordinaire pour la Turquie d’obtenir des ressources de l’Europe et de la maintenir sous pression. C’est pourquoi le maintien d’un gouvernement pro-turc à Tripoli est si important pour Erdogan : il lui permet de jouer un jeu géopolitique complexe contre l’UE qui combine énergie et flux migratoires.

Reconstruire un équilibre en Méditerranée et redimensionner les ambitions turques en adoptant une attitude plus ferme à l’égard du nouveau sultan est le véritable défi que l’Italie doit relever, plutôt que de s’aventurer dans des aspirations improbables et irréalistes à diriger l’UE ou à renforcer les relations transatlantiques.

source : https://www.lavocedelpatriota.it    via http://euro-synergies.hautetfort.com


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.