Espagne : le Sénat rejette le changement de la position de Madrid sur le Sahara occidental

   

MADRID- Le Sénat espagnol a adopté mercredi soir une motion rejetant le changement radical de la position du gouvernement espagnol sur la question du Sahara occidental.

    Lors d’une session au Sénat espagnol, 139 membres ont voté pour la motion présentée par le Groupe confédéral de la gauche, pour demander à la plénière d’exprimer sa « désapprobation » face au changement « radical » de la position du gouvernement sur le conflit au Sahara occidental, occupé par le Maroc depuis 1975.

C’est la première fois que le Sénat espagnol débat en plénière de ce sujet après que plusieurs blocs politiques parlementaires espagnols aient asséné des critiques acerbes au chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez en raison de ses violations des résolutions des Nations unies relatives au conflit au Sahara occidental et du droit international.

En outre, le Sénat a voté en faveur du soutien aux résolutions des Nations unies et de sa mission pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental (MINURSO).

Ce vote intervient, selon les membres du Sénat, pour consolider leur conviction que « seuls le dialogue, la négociation et l’accord menés de bonne foi et de manière constructive, conformément au droit international contribueront à parvenir à une solution politique juste, réaliste, viable, durable et acceptable pour les deux parties au conflit au Sahara occidental », en l’occurrence le Royaume du Maroc et le Front Polisario.

Le Sénat a, par ailleurs, rappelé que le gouvernement espagnol « a modifié unilatéralement sa position par rapport au conflit du Sahara occidental, en violation des résolutions des Nations unies et du droit international ».


Lire aussi: Lorsque le ministre espagnol des Affaires étrangères botte en touche


Ce changement signifie de facto soutenir la voie proposée par le Maroc, abandonnant la base d’une solution politique mutuellement acceptable, comme énoncé dans les résolutions de l’ONU, selon le Sénat qui a tenu à préciser que cette décision a été prise sans consultation avec aucun groupe politique, ni partage avec la majorité parlementaire.

Par ailleurs, les membres du Sénat ont réaffirmé que la voie politique de résolution du conflit entre le Front Polisario et le Royaume du Maroc est basée sur les différentes résolutions des Nations unies, appelant à une solution négociée, satisfaisante pour les deux parties, promue par la MINURSO et bénéficiant aujourd’hui du soutien des institutions internationales et européennes, ainsi que de la majorité sociale et politique, représentée au Sénat.

Le vote du Sénat espagnol est intervenu également après un vote similaire à la Chambre des députés espagnole le 7 avril, ce qui augmenterait l’isolement de Pedro Sanchez.

Le Parlement espagnol avait approuvé une proposition soumise par trois blocs parlementaires critiquant le « virage unilatéral et illégal » pris par Pedro Sanchez sur le conflit au Sahara occidental, une position qui doit être « corrigée », tout en insistant sur les résolutions des Nations unies appelant à l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.