Les fondateurs d’Israël étaient des «voleurs», selon un historien israélien

        par Ayyoub Lasri

Les fondateurs d’Israël étaient des «voleurs», selon un historien israélien

 

Dans ce qui a été décrit comme la «toute première étude approfondie» de l’historien israélien Adam Raz a décrit «dans quelle mesure les Juifs ont pillé les biens arabes» lors de l’attaque des gangs juifs en 1948 contre les Palestiniens et leurs maisons, et explique pourquoi Ben Gourion dit «la plupart des Juifs sont des voleurs».

Les premiers colons juifs de Palestine «ont pillé des biens arabes», a déclaré un nouveau livre d’un historien israélien, ajoutant que «les autorités ont fermé les yeux».

Écrivant dans Haaretz, la critique du livre de Raz par Ofer Aderet était intitulée: «Des soldats et des civils juifs ont pillé en masse les biens des voisins arabes en 48. Les autorités ont fermé les yeux. »

Un autre rédacteur principal de Haaretz, Gideon Levy, a déclaré que les mots « la plupart des Juifs sont des voleurs», «n’ont pas été prononcés par un dirigeant antisémite, un haineux juif ou un néonazi, mais par le fondateur de l’État d’Israël, deux mois après sa création. »

Levy a déclaré que les autorités israéliennes «ont fermé les yeux et ont ainsi encouragé le pillage, malgré toutes les dénonciations, les faux-semblants et quelques procès ridicules».

« Le pillage avait un objectif national: achever rapidement le nettoyage ethnique de la majeure partie du pays de ses Arabes, et veiller à ce que 700000 réfugiés n’imagineraient même pas rentrer chez eux. », expliqua-t-il.

L’écrivain israélien a ajouté: « Avant même qu’Israël ne réussisse à détruire la plupart des maisons et à effacer de la surface de la terre plus de 400 villages, ce pillage de masse est venu pour les vider, afin que les réfugiés n’aient aucune raison de rentrer. »

Levy a également déclaré que les pillards «étaient motivés non seulement par la vilaine cupidité de posséder des biens volés juste après la fin de la guerre, des biens appartenant dans certains cas à des personnes qui étaient leurs voisins juste la veille, et pas seulement par le désir de devenir riche. rapidement en pillant les articles ménagers et les ornements, certains d’entre eux très coûteux…, mais ils ont servi, consciemment ou inconsciemment, le projet de purification ethnique qu’Israël a tenté en vain de nier au fil des ans.

« Presque tout le monde a participé » au pillage, a-t-il ajouté, qui « était le petit pillage, celui qui a prouvé ne serait-ce que pour un instant que » la plupart des Juifs sont des voleurs « , comme l’a dit le père fondateur. Mais c’était un mini pillage comparé au pillage institutionnalisé de biens, de maisons, de villages et de villes – le pillage des terres.

«Le déni et la répression» faisaient partie des raisons pour lesquelles les chefs de la communauté juive ont autorisé le pillage des biens arabes en Palestine. Il a dit: «La soif de vengeance et l’ivresse avec la victoire après la difficile guerre pourraient peut-être expliquer, même partiellement, la participation de tant de gens.

Levy a déclaré que « le pillage reflète non seulement une faiblesse humaine momentanée, mais vise à servir un objectif stratégique clair – purifier le pays de ses habitants – les mots échouent. »

En conclusion de son article, Levy a déclaré: «Quiconque croit qu’une solution sera jamais trouvée au conflit sans expiation et compensation appropriées pour ces actes, vit dans une illusion.»

Il a demandé à Israël de «réfléchir aux sentiments des descendants, des Arabes d’Israël et des réfugiés palestiniens, qui vivent avec nous et à nos côtés. Ils voient les images et lisent ces choses – qu’est-ce qui leur traverse l’esprit?

Il répond: «Ils ne pourront jamais voir les villages de leurs ancêtres: Israël a démoli la plupart d’entre eux, pour ne pas laisser un lambeau», notant que «un petit souvenir volé de la maison qui a été perdue pourrait faire tomber une larme. »


Sur cette photo de 1948 des archives de l’UNRWA, des réfugiés palestiniens se tiennent devant leur tente à Khan Younis, dans la bande de Gaza, après ce que les Palestiniens appellent la « Nakba » ou « catastrophe » – leur déracinement.                          Crédit: AP Photo / UNRWA Photo Archives

        La génération fondatrice d’Israël était une génération de pillards

Par Odeh Bisharat

05.10.2020 – Selon l’historien Adam Raz, dans son livre « Le pillage des biens arabes dans la guerre d’indépendance » (Maison d’édition Carmel, en association avec l’Institut Akevot pour la recherche sur le conflit israélo-palestinien ; en hébreu), le Premier ministre David Ben-Gourion a déclaré en juillet 1948 : « Il s’est avéré que la plupart des Juifs sont des voleurs. » C’est ce qui m’a rendu le plus furieux dans l’article d’Ofer Aderet, qui a fait la critique du livre.

La génération fondatrice d'Israël était une génération de pillards

 

Après tout, si cet homme était responsable de l’expulsion d’environ 800.000 Arabes, comment s’attendait-il à ce que ses subordonnés se comportent ? Sauver le mobilier des expulsés dans des cartons, le blé dans des greniers, les chèvres dans des enclos et l’or dans des coffres-forts – jusqu’au retour des expulsés ?

Ce sont les larmes de crocodile du père de la nation, dont l’hypocrisie a embarrassé même les crocodiles. Avec tout le respect dû à la conscience de Ben-Gourion, le pillage est un petit changement comparé à l’expulsion massive, à la destruction de centaines de villages pour les couvrir de forêts. L’ancien poète arabe a dit : « Si le maître de maison bat le tambour, ne reproche pas aux garçons de la maison de danser. »

Ben-Gourion a torpillé les initiatives visant à organiser la collecte des biens arabes afin de permettre à chacun de participer, selon Raz. La nation entière est un front, la nation entière pille. Dans ce cas, c’est le crime majeur perpétré contre ces gens. Raz écrit que les pillages ont transformé les pillards en personnes ayant un intérêt direct à empêcher le retour des Arabes. Car si vous avez pillé les biens d’une famille arabe, vous avez moins de motivation pour les laisser revenir.

Avec l’aide généreuse de Ben-Gurion, la génération fondatrice est devenue une génération de pillards. Et nous ne gaspillerons pas nos mots sur le pillage des terres arabes, qui s’est fait par le biais de décisions officielles. Comme nous le savons, la confiscation des terres est une directive hautement patriotique.

Je lis, et je suis stupéfait : L’Etat qui n’était pas encore établi, et qui était en danger existentiel, comme on nous l’a clairement expliqué, a trouvé le temps et l’envie de piller des tapis, de siroter du champagne et de déguster du caviar pendant ces heures terribles ? « En combattant et en conquérant d’une main, les combattants ont trouvé de l’autre le temps de piller, entre autres des machines à coudre, des tourne-disques et des vêtements », selon Zeev Yitzhaki, qui a combattu dans le quartier de Halisa à Haïfa.

Une main combat, et l’autre pille. Apparemment, le premier Rambo était un fier Palmachnik. Ils n’ont pas seulement combattu l’ennemi arabe, les unités de l’armée se sont battues entre elles pour l’attribution des zones de pillage.

À mon avis, le livre de Raz détruit le récit sioniste selon lequel les Juifs sont venus dans un pays sans peuple. Un rapport de 1949 parle des résidents arabes qui ont fui et abandonné « une quantité énorme de biens dans des centaines et des milliers de maisons, de magasins, d’entrepôts et d’ateliers, abandonnant les céréales dans les champs et les fruits dans les jardins, les vergers et les vignobles ».

Il est surprenant de voir comment toute cette abondance s’était créée d’elle-même, sans population. La Palestine était pleine de bonnes choses, « le lait et le miel coulaient à flot en Palestine« .

Les dimensions du pillage sont aussi importantes que l’abondance palestinienne, dans tous les domaines. Dans les villages palestiniens, les habitants n’avaient pas de grandes difficultés. Ils savaient comment cultiver le blé, ils connaissaient les techniques agricoles, ce qui a même suscité l’étonnement des experts britanniques, selon le livre de Nimer Murkus : « Le fellah [agriculteur] palestinien est un enfant de la nature, qui a compris les vicissitudes du climat et a su quand planter, quand récolter et quand prendre soin du sol et des animaux qu’il possédait ».

Le livre de Raz nous permet de conclure que les réalisations de l’État étaient basées en partie sur les trésors des Palestiniens qui ont été expulsés et sur les réparations de l’Allemagne, qui ont fait progresser l’économie israélienne de plusieurs décennies. Et plus tard, sur les investissements américains et l’argent des donateurs juifs, qui rêvaient d’un pays humain qui profiterait à ses citoyens et ne flagellerait pas ses voisins.

Il est donc temps de mettre fin au mantra raciste concernant le « cerveau juif » – après tout, il est comme n’importe quel cerveau humain.

Qui sème le vent récolte la tempête : aujourd’hui, le pays est dirigé par un leader qui est mis en accusation pour trois crimes graves. Et si la partie tordue du bâtiment ne se redresse pas depuis ses fondations, c’est l’homme politique de droite Naftali Bennett qui va faire un bon jusqu »au sommet de la pyramide.


Source : Haaretz  Source : Days of Palestine


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

العربية AR 简体中文 ZH-CN English EN Français FR Deutsch DE Italiano IT Português PT Русский RU Español ES Tiếng Việt VI