France / Covid-19 : Didier Raoult a dévoilé à Emmanuel Macron une nouvelle étude sur son traitement

Selon une information des Echos, le professeur marseillais Didier Raoult a dévoilé en exclusivité au président français sa nouvelle étude, estimant à 91% l’efficacité de son traitement à base d’hydroxychloroquine contre le Covid-19. La visite d’Emmanuel Macron, ce 9 avril en fin d’après-midi, à l’hôpital marseillais, l’IHU Méditerranée Infection, au sein duquel travaille le professeur Didier Raoult, n’était pas prévue dans l’agenda.

Emmanuel Macron a rencontré le professeur Didier Raoult pendant près de trois heures le 9 avril, à Marseille (Bouches-du-Rhône). © Anne-Christine POUJOULAT Source: AFP

Selon Les Echos, le médecin a livré, en exclusivité au président, la dernière étude sur son traitement à base d’hydroxychloroquine. Celui serait ainsi efficace à plus de 91%, avec une guérison virologique obtenue chez 973 patients en dix jours. Un résumé de celle-ci a été, dans la foulée, publiée sur le site du service du professeur dans laquelle on apprend que 1 061 patients ont «été traités entièrement par hydroxychloroquine et azithromycine».

Interviewé par le journal économique, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon confirme : «Le professeur Raoult a remis un papier tout frais tout chaud au président. Il va être examiné, discuté dans le cadre du conseil scientifique, pas à chaud. Il a pris acte.» Dans l’interprétation, l’étude informe que cette combinaison hydroxychloroquine et azithromycine, «lorsqu’elle est démarrée immédiatement après le diagnostic, est un moyen sûr et efficace dans le traitement pour le Covid-19, avec un taux de mortalité de 0,5% chez les patients âgés». Ce traitement «évite l’aggravation et élimine la persistance et la contagiosité du virus dans la plupart des cas», ajoute l’étude. D’autre part, sur les cas étudiés, «aucune toxicité cardiaque n’a été observée». Didier Raoult assure qu’un «mauvais résultat a été observé pour 46 patients (4,3%) dont dix ont été transférés aux soins intensifs, cinq sont décédés (0,47%) (74-95 ans) et 31 ont nécessité dix jours d’hospitalisation ou plus».

Les Echos précisent toutefois que «les détracteurs» du professeur pourront noter que cette étude fait l’impasse d’un groupe témoin, permettant de démontrer scientifiquement l’efficacité d’un médicament. 


LIRE AUSSI : Dans une tribune, des personnalités médicales appellent à étendre l’usage de la chloroquine


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.