France / Gilets jaunes : Sputnik revient en images sur un an d’embrasement

Follow by Email
Facebook
Twitter

Le mouvement des Gilets jaunes fête son premier anniversaire dimanche 17 novembre. Après des mobilisations record, depuis le 16 mars, le mouvement peine à rassembler, malgré un très large soutien de la part des Français. Sputnik revient en images sur cette année de contestation inédite. Rétrospective.

«Révolution! Révolution!» scandaient les Gilets jaunes le 16 mars 2019 lors de l’acte XVIII. Si celle-ci n’a pas encore eu lieu, un vent de révolte s’est néanmoins maintenu sur l’hexagone. Motif de leur courroux? Une pression fiscale, à l’image des taxes sur le carburant, qui asphyxie les ménages les plus modestes en réduisant leur pouvoir d’achat.

Une situation qui a poussé nombre de Français à battre le pavé du périphérique parisien ou encore des Champs-Élysées en passant par les ronds-points de province. À l’heure de souffler les bougies du premier anniversaire du mouvement, Sputnik vous propose une rétrospective de cette année de contestation.


Lire aussi :

>> En continu Débordements, gaz, blessés: tensions à Paris en ce jour anniversaire des Gilets jaunes


>> Gilets Jaunes : 1 an


>>> Gilets jaunes et médias mainstream : «Le droit à la parole confisqué» ? (ENTRETIEN)

Eric Verhaeghe, essayiste, fondateur du site d’information sociale Tripalio, s’est exprimé sur le plateau de RT France sur le rapport entre les médias et le mouvement des Gilets jaunes, qui fêtait son premier anniversaire ce week-end.

Ce 17 novembre, à l’occasion du premier anniversaire de la naissance du mouvement des Gilets jaunes, l’essayiste et fondateur du site d’information sociale Tripalio, Eric Verhaeghe, était invité à s’exprimer sur le plateau de RT France. Il est notamment revenu sur le rapport de défiance qui s’est installé au fil des semaines de mobilisation, entre les médias mainstream et les manifestants.

Il y a encore l’idée chez les Gilets jaunes qu’il y a deux France : la France des médias parisiens, des médias contrôlés et l’autre France qui ne trouve pas sa voix

Déplorant le fait que «les grands groupes [français] […] subventionnés par l’Etat et les groupes d’Etat», aient diffusé une information «très peu nuancée» sur le mouvement des Gilets jaunes, Eric Verhaeghe relève : «Il a fallu plusieurs jours avant que les médias [donnent] la parole [aux Gilets jaunes] et ils l’ont donnée dans des conditions souvent très restrictives». Parallèlement, pour l’essayiste, «il y a encore l’idée chez les Gilets jaunes qu’il y a deux France : la France des médias parisiens, des médias « contrôlés » et l’autre France qui ne trouve pas sa voix, [à laquelle] on confisque le droit de parole. Incontestablement, cette dynamique a nourri la colère des Gilets jaunes. Elle est au cœur même de la violence parfois dans les rues».

Eric Verhaeghe a par ailleurs évoqué l’encadrement sécuritaire des manifestations. Il a notamment estimé que la police était «en train de se couper de ses racines populaires» par sa gestion des manifestations

Lire aussi : Gilets jaunes : retour en images sur les principaux faits des 12 derniers mois


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *