HAÏTI / Jovenal Moïse doit partir – Entrevue Jennie-Laure Sully Sol. Québec Haïti

17 février 2021: Les espoirs que certains avaient placés en Joe Biden à la présidence des États-Unis se sont avérés sans fondement: Plus ça change plus c’est pareil en Haïti; Jovenal Moïse reste au-delà de la limite du 7 février 2021, fin de son mandat selon la constitution, et il jouit de la bénédiction de Washington.

Jennie-Laure Sully de Solidarité Québec Haïti explique pourquoi cette décision est illégitime. Elle critique vivement le « Core Group », ces pays qui se disent « amis d’Haïti », mais qui soutiennent — voire choisissent — celui que les Haïtiens rejettent en masse.

Mme Sully rappelle l’importance de la date du 7 février, jour de départ d’Haïti de Jean-Claude Duvalier après 30 ans de dictature. Elle explique aussi que les « amis » d’Haïti (États-Unis, France, Canada) n’ont jamais accepté que les Haïtiens choisissent librement les gens qui vont diriger leur pays, en rappelant le coup d’État de 2004 et le Kidnapping de Jean-Bertrand, son transfert en République Centrafricaine, triste rappel des colonies pénales de jadis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.