500 ans d’histoire de Jérusalem, numérisés et accessibles à tous

   La bibliothèque publique du roi Abdoul Aziz catalogue et organise les plus grandes archives du passé palestinien

        par  Celia López
L'esplanade des Mosquées avec le Dôme du rocher à droite et la Mosquée Al Aqsa et son dôme noir à gauche de l'illustration.
L’esplanade des Mosquées avec le Dôme du rocher à droite et la Mosquée Al Aqsa et son dôme noir à gauche de l’illustration.

Les lieux saints de Jérusalem, le Dôme du Rocher, la mosquée Al-Aqsa… la valeur du patrimoine historique et religieux de Jérusalem est incalculable. Chaque année, des milliers de touristes viennent dans ce coin du monde pour voir les merveilles de la ville sainte in situ. Dorénavant, il sera un peu plus facile de connaître les emblèmes de la culture palestinienne. Les plus grandes archives sur Jérusalem conservées par le catalogue de l’Union arabe sont maintenant numérisées et accessibles à tous grâce à un projet organisé par la bibliothèque publique du roi Abdoul Aziz. Plus de 250 000 pages de livres, de cartes et de manuscrits couvrant l’histoire de la ville depuis 1528 seront mises à disposition par le réseau de bibliothèques de l’Office de secours et de travaux des Nations unies, selon la version numérique d’Arab News.

La conservation du patrimoine arabe et islamique est le principal pilier de la bibliothèque du roi Abdoul Aziz, qui dispose d’une vaste base de données de livres, de documents et de cartes. Elle a publié un grand volume illustré intitulé Al-Aqsa présentant les sites sacrés, les sites du patrimoine mondial, le Dôme du Rocher et la Mosquée Al-Aqsa. Il comprend également une importante collection de documents et de photographies historiques.
Les images sont essentielles pour documenter le passé d’un peuple, elles font partie du patrimoine de l’humanité et racontent l’histoire de nos ancêtres, leurs souffrances, leurs pertes…Elles sont un élément vital de l’identité communautaire. Majed Al-Ahdal, un ancien documentariste, considère les initiatives de numérisation comme essentielles. « C’est une manifestation de l’humanité et de la civilisation. C’est une condition humaine qui exprime la vie de l’individu et son profond désir d’immortalité », a-t-il déclaré à Arab News.

La documentation est essentielle pour la conservation du patrimoine physique et immatériel. La bibliothèque Abdoul Aziz a documenté la créativité intellectuelle arabe et a accumulé plus de trois millions de livres, journaux, documents, manuscrits et photographies. « La documentation est aujourd’hui un moyen de survivre à l’érosion historique et identitaire de tout être humain », a déclaré M. Al-Ahdal.

Parmi les documents, des centaines de photographies de la vieille ville de Jérusalem ont été trouvées, qui constituent une forme importante de documentation et peuvent jouer un rôle dans les efforts de conservation. « C’est un outil puissant sur lequel de nombreuses applications techniques et artistiques peuvent être construites. C’est l’un des moyens les plus importants de remodeler le patrimoine physique en cas de dommages ou de destruction causés par des catastrophes naturelles ou de dévastation par des conflits humains, à l’aide de logiciels de modélisation 3D et d’autres applications d’ingénierie », a illustré le réalisateur de documentaires Majed Al-Ahdal.

Les photographies fournissent des informations fiables sur les bâtiments, les décorations, les costumes des gens, les coutumes et les couleurs de la société, qui peuvent être difficiles à décrire et à documenter autrement. En 2009, les archives de l’UNRWA ont été inscrites par l’UNESCO sur le Registre de la « Mémoire du monde » afin de fournir des archives audiovisuelles complètes de films et de photographies contenant plus de 10 000 tirages, 85 000 diapositives et plus de 70 films sur la vie et l’histoire du peuple palestinien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *