La Chine peut-elle être poursuivie pour COVID-19 ?

18.05.2020

Auteur : Natalie Klein, UNSW

Alors que le nombre de morts et les coûts économiques de la pandémie de COVID-19 se propagent, la question de savoir qui devrait payer se pose. Un groupe de réflexion britannique conservateur, la Henry Jackson Society, a récemment publié un document exposant la responsabilité internationale de la Chine pour COVID-19 et les réponses juridiques possibles. Le journal allemand Bild a appelé la Chine à payer des milliers de milliards de dollars de dommages et intérêts.

Une femme portant un masque de protection passe devant un portrait du président chinois Xi Jinping dans une rue alors que le pays est touché par une épidémie de coronavirus, à Shanghai, Chine, le 12 mars 2020 (Photo: Reuters / Aly Song / File Photo).L’État américain du Missouri a engagé une procédure judiciaire contre la Chine alors qu’un recours collectif a été intenté aux États-Unis. Ce dernier réclame 6 billions de dollars de dommages-intérêts et soutient que la Chine a délibérément caché des informations et n’a pas réussi à contenir le virus. D’autres poursuites américaines accusent la Chine de thésauriser des fournitures médicales et de développer délibérément le virus.

La probabilité de réussite de ces cas est très faible. Le principal obstacle à leur succès est que les gouvernements et leurs fonctionnaires jouissent de l’immunité souveraine étrangère devant les tribunaux nationaux. Cette immunité signifie que les individus ne peuvent pas poursuivre des gouvernements étrangers pour leurs actions souveraines. Les actions commerciales d’un gouvernement étranger peuvent être jugées devant un tribunal national dans certains cas, mais il est probable que la Chine jouit d’une immunité souveraine contre ces poursuites.

Les résidents de New York – gravement touchés par le virus – ont engagé des poursuites contre l’ Organisation mondiale de la santé (OMS) devant les tribunaux locaux. Mais les organisations internationales jouissent également de l’immunité de poursuites devant les tribunaux nationaux.

Les États-Unis ont parfois annulé l’immunité souveraine devant leurs tribunaux. L’exemple notable est les milliards de dommages et intérêts accordés aux victimes des activités terroristes présumées de l’Iran. Des changements législatifs ont permis aux poursuites contre l’Iran et sa banque centrale de se poursuivre. L’Iran a depuis contesté ces décisions devant la Cour internationale de Justice (CIJ).

Les pays souhaiteront peut-être examiner la possibilité d’intenter une action internationale contre la Chine. Contrairement aux tribunaux nationaux, la Chine ne serait pas protégée par l’immunité souveraine devant un tribunal international. Les litiges devant les tribunaux internationaux tels que la CIJ nécessitent cependant le consentement de l’État . Ce consentement peut être préalablement convenu dans un traité international ou peut se produire sur une base ad hoc aux fins de résoudre un différend spécifique.

La Chine est accusée d’avoir violé ses obligations juridiques internationales telles que définies dans le Règlement sanitaire international de l’OMS dans sa gestion des premiers stades de la pandémie de COVID-19. Ces règlements contiennent une clause de règlement des différends mais ne permettent pas de poursuites en l’absence du consentement de la Chine. Il est peu probable que la Chine accepte un litige, de sorte que seules les négociations peuvent être poursuivies.

Une voie possible à suivre avant la CIJ serait basée sur la Constitution de l’OMS. Cela permettrait aux affaires concernant l’interprétation ou l’application de cette constitution d’être renvoyées devant le tribunal. Mais relier une affirmation sur la conduite de la Chine en relation avec la pandémie de COVID-19 et un traité qui traite principalement de la structure et de la composition de l’organisation est ténu et peu susceptible de prévaloir.

Il y a deux autres cas où la Chine a accepté la compétence d’un tribunal international.

Premièrement, la Chine a consenti à saisir les tribunaux internationaux pour les questions concernant la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS). Bien que les allégations concernant la pandémie ne cadrent pas facilement avec ce traité. L’indemnisation n’est pas non plus souvent accordée comme recours dans ces différends. Les Philippines ont engagé des poursuites contre la Chine pour ses activités en mer de Chine méridionale dans le cadre de l’UNCLOS. Bien que la Chine soit soumise à la juridiction du tribunal, elle a refusé de participer à la procédure et a dénoncé la sentence comme nulle et non valide .

Deuxièmement, la Chine a consenti à résoudre les différends commerciaux internationaux dans le cadre du Mémorandum d’accord sur le règlement des différends de l’OMC. La Chine participe à ces procédures, mais elles concernent des allégations dans lesquelles des avantages commerciaux ont été annulés ou compromis.

Lorsque des États, dont la Chine, ont pris des mesures commerciales pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie, des questions peuvent se poser quant à leur compatibilité avec les règles du commerce international. Pourtant, l’issue de ces procédures n’est généralement pas une indemnisation, mais l’arrêt des mesures commerciales illégales.

Bien que les litiges ne soient pas réalisables au niveau national ou international, le droit international offre d’autres moyens de règlement des différends. L’enquête soutenue par la ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne reflète une autre voie de règlement des différends. Faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé peut éclairer les changements nécessaires pour éviter que la crise actuelle ne se répète. Mais cela ne rend pas plus probable que la Chine paiera une compensation.

Les efforts en matière de contentieux ou de méthodes d’enquête moins conflictuelles pourraient exercer une pression politique suffisante sur la Chine pour envisager une forme de paiement. Cela pourrait prendre la forme d’un paiement à titre gracieux , dans lequel la Chine nie sa responsabilité internationale mais effectue toujours un paiement pour résoudre le différend. L’Australie a suivi cette ligne de conduite en ce qui concerne Nauru et ses allégations de dévastation économique et environnementale de l’extraction de phosphate.

Une autre option pourrait être la création d’une commission des réclamations de masse. Ce type de mécanisme a été mis en place pour verser une compensation pour l’ invasion du Koweït par l’Iraq . Il a été créé par le Conseil de sécurité des Nations Unies et une compensation a été versée pour la vente de pétrole irakien. Bien que la Chine étant membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, elle pourrait bloquer toute initiative comparable.

Essentiellement, sans la coopération de la Chine, il est extrêmement peu probable qu’elle soit obligée de verser une quelconque compensation pour la pandémie de COVID-19. En fin de compte, se concentrer sur les efforts pour blâmer la Chine risque de détourner l’attention et les efforts qui sont autrement nécessaires de toute urgence pour répondre à la crise.

Natalie Klein est professeur de droit à l’Université de New South Wales, Sydney.

Cet article fait partie d’une série spéciale de l’ AEP sur la nouvelle crise des coronavirus et son impact.


>> Le Vietnam s’oppose à la culture de légumes chinois à Hoàng Sa

>> Développement de la coopération entre le Vietnam et la Chine


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *