Lakhdar Brahimi dans un entretien à la chaîne Russia Today : «Les américains ont fait du tort à Lamamra»

   Brahimi a en effet expliqué le rôle très négatif joué par les Etats-Unis dans la crise libyenne pour barrer la route devant Lamamara.

Dans un entretien qu’il a accordé à la chaîne de télévision Russia Today, l’ancien diplomate Lakhdar Brahimi a révélé que Ramtane Lamamra a subi une grave injustice de la part des américains. Selon une synthèse de cet entretien rapporté par le journal on-line Algeriepatriotique, Brahimi a en effet expliqué le rôle très négatif joué par les Etats-Unis dans la crise libyenne dans l’unique but de barrer la route devant Ramtane Lamamara, au poste de d’envoyé spécial africain. Cela, au moment où «l’ONU et l’Union africaine sont d’accord», a rappelé Lakhdar Brahimi avant d’affirmer, dans le même entretien, que «Ramtane Lamamra est une personnalité connue et respectée dans le monde, en Afrique et en Libye, et le fait que les Etats-Unis aient utilisé leur veto contre lui est une grave injustice». Interrogé sur la vague de normalisations avec Israël, le diplomate algérien a expliqué, toujours selon algeriepatriotique, que le monde vit un contexte dans lequel Donald Trump, Benyamin Netanyahou et Jared Kushner «agissent à leur guise et en toute liberté». «Netanyahou est un sioniste expansionniste qui veut accaparer tout le territoire palestinien et en exclure les Palestiniens, tout ce qui intéresse Trump c’est son intérêt personnel et son intérêt politique, notamment les voix de la communauté juive et des extrémistes chrétiens, et Kushner est un sioniste engagé et proche de Netanyahou, si bien que les deux hommes ont travaillé ensemble et les communiqués que Trump signe sans même les lire émanent d’eux», a souligné l’ancien ministre des Affaires étrangères.

Au sujet du conflit palestinien, la même source rapporte également que Lakhdar Brahimi a relevé que le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, «affirme que la décision qu’il a prise d’annexer une très grande partie de la Cisjordanie a été seulement reportée et qu’elle n’a pas été annulée». «Netanyahou a également mis en exergue la loi votée par une majorité des députés à la Knesset et selon laquelle les juifs ont le droit exclusif à l’autodétermination», a encore précisé Lakhdar Brahimi. Pour ce dernier, les choses sont désormais claires: il s’agit pour Israël d’instaurer d’un régime ségrégationniste, d’un apartheid similaire à celui qui existait en Afrique du Sud».

D’autre part, l’ancien envoyé spécial des Nations unies en Syrie, rappelle qu’Israël est l’Etat le plus puissant au Moyen-Orient». De ce fait, explique-t-il, «l’argument de la protection d’Israël de menaces extérieures est une aberration, tant Israël ne court aucun danger; le danger, en vérité, vient d’Israël lui-même». «A vrai dire, ni la Ligue arabe ni le monde arabe n’existe plus», a asséné Lakhdar Brahimi, en faisant savoir, par ailleurs, que la situation en Libye «ne diffère pas de celle qui prévaut en Syrie, à savoir une intervention étrangère condamnable», note Algériepatriotique, citant toujours Brahimi.

La même source rapporte par ailleurs que «la résolution onusienne qui a – soi-disant – permis de protéger les populations contre les menaces que le défunt Kadhafi proférait a été utilisée pour justifier des interventions inacceptables qui ont débouché sur la chute du régime», a-t-il dit. «Ils ont réussi à faire tomber le régime et à faire assassiner Kadhafi, mais il n’y a eu aucun acte positif visant à aider le peuple libyen à instaurer son nouvel Etat», a encore affirmé Lakhdar Brahimi, cité par le même journal. «Ce sont les Etats-Unis qui ont retardé la désignation de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU en Libye, laquelle a pris quatre mois. Il est très rare qu’une intervention étrangère non autorisée par l’ONU soit positive; dans l’écrasante majorité des cas, elle s’est révélée très négative», a poursuivi le diplomate algérien, qui a appelé à faire jouer à l’Afrique un rôle central dans l’aboutissement à un accord de cessez-le-feu pérenne en Libye. «Il ne faut pas négliger l’Afrique qui peut aider efficacement à régler la crise libyenne, à condition qu’on ne l’en empêche pas.»

Enfin, concernant le conflit du Sahara occidental, Lakhdar Brahimi a répondu, selon Algeriepatriotique que «les négociations entre le Maroc et le Polisario n’ont malheureusement connu aucune avancée». «Ce qui est étrange, c’est que Jared Kushner affirme dans son discours qu’il a prononcé au Maroc qu’il faut que les parties au conflit négocient directement, en faisant allusion au Polisario et au gouvernement marocain, dans le cadre des Nations unies, pour aboutir à un accord de paix qui soit accepté par tous», s’est-il étonné. Pour lui, «si ce que le Maroc a négocié avec les Etats-Unis au sujet du Sahara occidental avait été négocié entre les parties concernées directement, cela aurait été meilleur que de les négocier avec les Etats-Unis en contrepartie de ce qu’Israël a obtenu dans cette transaction tripartite».


       Brahimi : «Les Etats-Unis ont commis une grave injustice envers Lamamra»

«Le rôle des Etats-Unis est extrêmement négatif [en Libye], en ce sens qu’ils barrent la route devant un envoyé spécial africain, alors que l’ONU et l’Union africaine sont d’accord», a affirmé Lakhdar Brahimi. «Ramtane Lamamra est une personnalité connue et respectée dans le monde, en Afrique et en Libye, et le fait que les Etats-Unis aient utilisé leur veto contre lui est une grave injustice», a-t-il regretté dans un entretien à la chaîne Russia Today.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.