Le télétravail en Algérie à l’ère de «Covid-19»: Constat et perspectives

par Nador Aïssa*

La pandémie de coronavirus (Covid-19′) paralyse l’économie mondiale et la vie sociale, tous les pays et toutes les entreprises sont touchés, l’Algérie et ses entreprises ne pouvaient s’échapper. A cause de Covid-19′, les entreprises se retrouvent dans une situation paradoxale avec l’obligation de satisfaire deux exigences contradictoires : libérer des employés en tant que citoyens concernés par le confinement total ou partiel, et assurer la continuité de l’activité pour assumer leurs responsabilités. Elles doivent obéir aux obligations des autorités publiques et sanitaires relatives à la santé publique et en même temps continuer à fonctionner, même à perte, avec l’intention de redresser la situation et revenir à la vie normale après la crise Covid-19′.

En ces moments, en plus des termes sanitaires liés au coronavirus, d’autres termes techniques tels que le pan de continuité d’activité, le fonctionnement en mode dégradé et le télétravail se discutent de plus en plus. Ce dernier (le télétravail), qui consiste en la réalisation des tâches professionnelles à distance, via Internet, est l’une des mesures adoptées pour faire face à la crise. Certaines entreprises et organismes sont arrivés à le mettre en œuvre de manière fluide car il fait partie de leur plan de gestion des risques, c’est le cas des entreprises multinationales, des opérateurs Telecom et quelques PME. D’autres y étaient déjà parce qu’elles sont nées et vivent dans le monde du numérique dont certaines entités virtuelles qui n’existent que sur le web, c’est le cas des startups et organes de presse. Par contre, une bonne partie des entreprises, notamment les grands groupes et les organismes publics, qui comptent plusieurs milliers d’employés et plusieurs milliers, voire millions de clients, éprouvent des difficultés à appliquer le télétravail de manière cohérente et efficace.

Ceci, en l’absence d’une stratégie adéquate basée sur une gouvernance numérique de l’information et des systèmes de management agiles en mesure de s’adapter à toutes les situations. En fait, le télétravail n’est qu’un moyen pour la mise en œuvre de cette stratégie.

Tout le monde n’a pas été préparé au télétravail total et sont nombreuses les entreprises à se retrouver démunies de leurs moyens. Devant ce changement imprévu et incontournable, ce sont les initiatives et les compétences qui substituent aux stratégies et aux organigrammes hiérarchiques. C’est le cas de beaucoup d’entreprises et organismes, en Algérie. En cette période de crise, on n’a pas d’autres choix que d’exploiter les moyens de bord, de se surpasser en exploitant nos forces et en faisant abstraction de nos faiblesses. Ce n’est pas le futur mais le présent qu’il faut gérer.

Cette crise, malgré son ampleur, n’est pas la première et ne sera pas la dernière; plusieurs entreprises, à l’échelle mondiale, ont élaboré leurs plans de continuité d’activité basés sur le télétravail, après la crise de la grippe H1N1 de 2009, et ont pu le mettre en œuvre durant la crise Covid-19′. La crise Covid-19′ devrait pousser les Entreprises algériennes à élaborer des stratégies pérennes pour faire face à de futures crises qui ne manqueront certainement pas. En matière de télétravail, ceci passe par la digitalisation des supports de données et d’information et la dématérialisation des processus de gestion et de prise de décision, en favorisant la transparence et la collaboration et en valorisant l’efficacité et la performance. En passant d’une gestion rigide freinée par les pratiques du passé vers un management agile, construit autour des bonnes pratiques et des expériences réussies (success stories). Les projets de demain doivent être lancés, aujourd’hui, en retenant les leçons qu’on est en train d’écrire, en suivant des feuilles de route (roadmaps) qui nous conviennent, et en visant l’excellence dont les modèles ne manquent pas. Les modes de fonctionnement modernes, basés sur les contenus numériques et le télétravail, ont beaucoup d’avantages socio-économiques, ils ne devraient pas être réservés aux périodes de crises ni limités à quelques entreprises; non seulement ils génèrent plus de valeur économique, ils offrent le confort à l’employé et le bien-être au citoyen.

*Consultant IT


Lire aussi :

Coronavirus en Algérie : Vers l’avènement du télétravail (travail à distance) ?


14.04.2020
>>> Benbouzid à propos du coronavirus: «Nous sommes optimistes»

France / Face au Covid-19, le numérique, soin palliatif ou cache-misère?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.