Les Algériens maintiennent la pression en manifestant pour la neuvième semaine d’affilée (images)

Une mobilisation massive a de nouveau lieu ce 19 avril en Algérie, pour la neuvième semaine d’affilée. Elle intervient quelques jours après la démission du président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz.

Ce 19 avril marque le 9e vendredi de mobilisation pour les Algériens, qui ont encore massivement battu le pavé. Dans la capitale, Alger, des manifestants étaient déjà rassemblés dans la soirée du 18 avril en préparation de ce nouveau rendez-vous hebdomadaire.

Comme chaque semaine, les manifestants algérois se sont retrouvés dès le début de la matinée sur les marches de la Grande poste, comme on peut le voir sur cette vidéo diffusée sur Facebook par le site d’information TSA.

https://twitter.com/TSAlgerie/status/1119163555750637569?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1119163555750637569&ref_url=https%3A%2F%2Ffrancais.rt.com%2Finternational%2F61183-algeriens-maintiennent-pression-manifestant-pour-la-neuvieme-semaine-affilee-images

Loin de se limiter à la capitale, la mobilisation reste forte, comme chaque semaine dans de nombreuses villes du pays, à l’image Tizi Ouzou ou de Béjaïa. Ces deux villes de Kabylie commémorent en outre cette semaine la répression qui s’était abattue en 2001 sur un mouvement de protestation de grande ampleur – le printemps noir – durant laquelle une centaine de jeunes avaient perdu la vie.Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

#TiziOuzou, 9e vendredi : début de la manifestation contre le système

Suivez notre Direct http://bit.ly/2ZkuwZo 
(Photo : @TSAlgerie)3013:55 – 19 avr. 2019 · AlgeriaVoir les autres Tweets de TSA AlgérieInformations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Depuis le 22 février, Abdelaziz Bouteflika, qui gouvernait le pays depuis vingt ans, a démissionné, renonçant à briguer un 5e mandat. En outre, Tayeb Belaiz, président du Conseil constitutionnel, un proche de l’ex-président, a également quitté ses fonctions.

Avec Abdelkader Bensalah, chef de l’Etat par intérim, et le Premier ministre Noureddine Bedoui, Tayeb Belaiz était l’un des «3B», membres du premier cercle autour d’Abdelaziz Bouteflika, que les manifestants veulent voir «dégager».

«Toutes les options restent ouvertes pour […] trouver une solution à la crise dans les meilleurs délais», a par ailleurs souligné cette semaine le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée. Il a aussi affirmé que l’armée ne tournerait pas ses armes contre le peuple et veillerait «à ce qu’aucune goutte de sang algérien ne soit versée». Après la démission d’Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Gaïd Salah avait assuré que l’armée soutiendrait le peuple «jusqu’à la satisfaction de ses revendications».

Photo mise en avant : © AFP Source: AFP Manifestation antigouvernementale à Alger, le 19 avril 2019. La pancarte représente une caricature du Premier ministre Noureddine Bedoui.

Lire aussi : Algérie : la police annonce l’arrestation d’étrangers aux «intentions machiavéliques»

TSA

9e vendredi de mobilisation pour répondre aux derniers plans du pouvoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *