Liban / Démission de Saad Hariri

Follow by Email
Facebook
Twitter

Au Liban, répondant aux manifestants, le Président (sunnite) du gouvernement Saad Hariri a annoncé sa démission et celle de son gouvernement, le 29 octobre 2019. Immédiatement les États-Unis ont invité le président (chrétien) de la République et le président (chiite) de l’Assemblée nationale à former un nouveau gouvernement sans délais.

Saad Hariri

En provoquant cette situation, le peuple libanais se montre particulièrement versatile et oublie la manière dont il avait conduit Saad Hariri au pouvoir (la « révolution colorée » du Cèdre).

Techniquement, le gouvernement peut siéger indéfiniment en « affaires courantes » comme cela est souvent arrivé durant des années. Seul un changement de Constitution peut permettre de sortir de la crise. Celle-ci a été imaginée par les Français (1943) pour diviser la population en 17 communautés religieuses. Ce système a été renforcé par l’Arabie saoudite au sortir de la guerre civile (1989) qui a précisé la distribution des fonctions officielles selon l’appartenance des citoyens à telle ou telle communauté. Progressivement ce système s’est diffusé dans toute la société jusqu’à la moindre responsabilité. Dans les faits, le Liban se présente comme une démocratie, mais n’en est absolument pas une.

Or, ce système est verrouillé de telle sorte qu’il est impossible de rédiger une nouvelle Constitution sans provoquer de nouvelles catastrophes. Le passage à un système laïque, où tous les citoyens seraient égaux quelle que soit leur appartenance sectaire, n’est possible qu’en suspendant l’actuelle constitution.

Depuis plusieurs années, des personnalités de toutes communautés œuvrent à la mise en place d’un pouvoir militaire de transition ; cette institution étant la seule à paraître neutre et à disposer d’un certain soutien populaire. C’est pourquoi l’ancien chef des Forces spéciales, le général Chamel Roukoz (un gendre du président de la République), a démissionné le 28 octobre du parti présidentiel et de l’Assemblée nationale. Ce grand soldat, mais piètre politicien, pourrait couvrir cette opération. C’est lui qui avait sauvé le Liban en 2006 face aux jihadistes du Fateh el-Islam, puis combattu les hommes du cheikh Ahmed al-Assir lors de la bataille de Sidon en 2013, ceux d’Al-Qaïda lors de la bataille d’Ersal (2014) et encore ceux de Daesh lors de celle de Rass Baalbek (2017).


Lire aussi :

>> Khamenei accuse un même État d’être derrière les manifestations au Liban et en Irak


Liban : le Premier ministre démissionne au 13e jour de la révolte

par R.N. – Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé mardi la démission de son gouvernement, au 13e jour d’une contestation populaire inédite au Liban réclamant le départ de l’ensemble de la classe politique. Son intervention a été accueillie par les vivats de la foule qui l’écoutait en direct sur plusieurs lieux de rassemblement, avant que ne retentisse l’hymne national repris à pleins poumons par les manifestants. Des feux d’artifice ont été aussitôt tirés dans Beyrouth tandis que des voitures sillonnaient la ville tous klaxons hurlants en signe de victoire.

M. Hariri, 49 ans, a indiqué qu’il allait se rendre au palais présidentiel de Baabda pour présenter cette démission décidée « face à la volonté de nombreux Libanais qui sont descendus dans la rue pour réclamer le changement ». Lors d’une très brève allocution télévisée, il a appelé « tous les Libanais à privilégier l’intérêt du Liban (…) à protéger la paix civile et à prévenir toute détérioration de la situation économique ». Après une révolte populaire inédite dans l’histoire du pays, les manifestants ont ainsi obtenu gain de cause sur une de leur principale revendication. Mais leur colère vise plus globalement l’ensemble de la classe politique jugée unanimement incompétente et corrompue. « Tous cela veut dire tous », a d’ailleurs de nouveau scandé la foule après l’annonce de M. Hariri. Le pays est quasiment paralysé depuis près de deux semaines par des barrages routiers qui bloquent les principales entrées de la capitale. Banques, écoles et université sont fermées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *