Libye / Officiel de l’armée: les mercenaires russes du groupe Wagner ont commencé à se retirer des lignes de front de Tripoli

Traduction

Le commandant des forces de secours de l’armée libyenne sous le commandement du Conseil présidentiel, Nasser Ammar, a confirmé que de nombreux mercenaires du groupe Wagner ont commencé à se retirer des lignes de front dans le sud de Tripoli.

Ammar a déclaré à l’agence Anadolu qu’ils avaient représenté des hélicoptères transportant des mercenaires russes du groupe Wagner vers la base aérienne d’Al-Jufra, ajoutant que la plupart des combattants mercenaires avaient été transportés, tandis que certains restent en première ligne pour assurer un retrait sûr du reste des mercenaires.

Il a ajouté qu’il y a actuellement plus de 500 mercenaires russes sur les lignes de front de Salah Al-Deen, Yarmouk, Khallatat et Abu Salim, ainsi que plus de 1000 mercenaires janjawids tous recrutés par Khalifa Haftar pour peser la bataille pour son camp.

« Le retrait des mercenaires russes est intervenu après la rencontre de Poutine et Erdogan. » Expliqua Ammar.

Il a ajouté que Haftar ne se bat pas avec une armée libyenne mais avec une milice de mercenaires multinationaux – Egyptiens, Emiratis, Russes, Janjaweed et autres.

Ammar a également expliqué que Haftar travaille à pousser des mercenaires du groupe Wagner dans des zones densément peuplées d’Abou Salim et de Salah Al-Deen pour mener une guérilla car les mercenaires sont bons dans ce domaine, mais – a-t-il ajouté – les forces de l’opération Volcano of Rage ont réussi à repousser cela terrain.


>> L’Italie dit qu’elle travaille avec la Turquie et la Russie pour mettre fin à la crise en Libye


Lire aussi :


Les forces de Haftar acceptent l’appel au cessez-le-feu

Le président du Conseil présidentiel du gouvernement d’entente, Fayez al-Sarraj a déclaré samedi que son gouvernement saluait l’appel au cessez-le-feu turco-russe en Libye
Les forces de Haftar acceptent l’appel au cessez-le-feu

Le porte-parole des forces du général à la retraite Khalifa Haftar, Ahmed al-Mismari, a annoncé, samedi, avoir accepté l’appel au cessez-le-feu dès la première minute de dimanche.

Dans une intervention télévisée, al-Mismari a affirmé son engagement en faveur du cessez-le-feu, après avoir indiqué précédemment qu’il refusait de respecter l’initiative turco-russe.

En effet, les présidents Erdogan et Poutine ont appelé, mercredi, dans une déclaration commune à l’issue de leur réunion à Istanbul, à un cessez-le-feu en Libye à partir de dimanche à minuit.

Al-Mismari a déclaré que «ses forces respecteront un cessez-le-feu, à partir de 24h01 du dimanche 12 janvier2020, à condition que la partie adverse respecte le cessez-le-feu à ce moment-là».

«La réponse sera sévère en cas de violation de cette trêve» a-t-il mis en garde.

Jusqu’à 21h45 (GMT), le Conseil de Présidence du gouvernement libyen d’entente nationale n’a pas répondu à la déclaration des forces de Haftar acceptant cessez-le-feu.

Cependant, le président du Conseil présidentiel Fayez al-Sarraj a déclaré, samedi dernier, que son gouvernement saluait l’initiative turco-russe de cessez-le-feu en Libye.

«Nous saluons l’initiative turco-russe et toutes les initiatives visant à un cessez-le-feu en Libye tant qu’elle est compatible avec le retrait des forces de l’agresseur», a affirmé al-Sarraj dans un communiqué rendu public par son cabinet.

«Nous ferons tout notre possible pour empêcher un retour à l’Etat militaire car nous souhaitons consolider l’Etat. Toutefois, nous exerçons notre droit légitime de défendre notre peuple et notre capitale et de repousser les offensives» a-t-il ajouté.

Il est à rappeler que les forces de Haftar ont lancé, depuis le 4 avril, une offensive, en perte de vitesse, pour prendre le contrôle de Tripoli, faisant échouer les efforts des Nations Unies pour organiser une conférence de dialogue entre les Libyens.


Lire aussi :

La Turquie accuse la France de livrer des armes en Libye, selon les médias

Le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a accusé Paris de contribuer au chaos en Libye en y livrant des armes, relatent les médias turcs.

La France essaie de saboter l’initiative d’Ankara et de Moscou sur le cessez-le-feu en Libye et contribue au chaos par ses livraisons d’armes, a déclaré samedi 11 janvier le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, cité par les médias turcs.

«Plusieurs pays essaient de s’opposer à l’appel des Présidents turc et russe au cessez-le-feu en Libye. La France tente de saboter toute initiative dont elle ne fait pas partie. Elle continue d’aider des formations illégales, y compris de leur accorder une aide militaire, contribuant ainsi au chaos», s’est insurgé le ministre lors d’une conférence de presse à Ankara.

Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan avaient formulé le 8 janvier une position commune concernant la Libye et ont appelé toutes les parties à arrêter les hostilités à partir du 12 janvier à minuit, ainsi qu’à se mettre immédiatement à la table des négociations.

L’embargo sur les armes imposé à la Libye par l’Onu est en cours depuis 2011. Le 10 juin 2019, les quinze membres permanents et non permanents du Conseil de sécurité de l’Onu l’ont prolongé d’un an par la résolution 2473.

Chaos en Libye

La Libye a, de fait, cessé d’exister en tant qu’État uni après le renversement du gouvernement par une coalition internationale initiée par la France et menée par les États-Unis et l’Otan, et le meurtre de Mouammar Kadhafi en 2011.

Le gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez el-Sarraj -soutenu par les Nations unies et l’Union européenne- s’est installé à Tripoli, alors que dans l’est de la Libye siège un parlement élu par le peuple et appuyé par l’Armée nationale libyenne du maréchal Haftar. Depuis avril, les forces pro-Haftar mènent une offensive pour prendre Tripoli.

Le gouvernement de Tripoli a officiellement demandé le 26 décembre l’aide militaire «aérienne, terrestre et maritime» d’Ankara. Le 7 janvier, Nasir Ammar, commandant des forces d’appui de l’opération Volcan de la colère qui rassemble des combattants liés au GNA, a annoncé que les premiers militaires turcs étaient déjà arrivés dans la capitale libyenne.


>> Crise en Libye: Un cessez-le-feu et beaucoup d’espoir


>> Le cessez-le-feu entre en application et le Gouvernement d’union nationale

accuse Haftar de violation


LUC MICHEL/ LIGNE ROUGE 2019 12 13 (LIBYE 2- LE JEU DES GRANDES PUISSANCES)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *