«L’Iran ne cherche la guerre avec aucun pays», assure Hassan Rohani à Emmanuel Macron

Au cours d’un entretien téléphonique en amont du G20, le président iranien a tenu à rassurer son homologue français : Téhéran ne cherche aucunement la confrontation avec Washington, mais sera intransigeant sur son intégrité territoriale.

L’Iran a-t-il des volonté bellicistes ? Négatif, a fait savoir le 25 juin le président iranien, Hassan Rohani, à son homologue français, Emmanuel Macron : il a expliqué que son pays ne cherchait «la guerre avec aucun pays», pas même les Etats-Unis, selon des propos rapportés par l’agence de presse officielle iranienne Irna.

«L’Iran n’a aucun intérêt à faire croître les tensions dans la région», a ainsi précisé Téhéran lors d’une conversation téléphonique, reprochant aux Nord-américains d’être «responsables de toutes les tensions dans la région». L’échange entre les deux chefs d’Etat intervient dans un climat de très fortes tensions dans le golfe d’Oman moins d’une semaine après que l’Iran a abattu un drone américain – qui croisait dans son espace aérien selon les autorités iraniennes et russes, dans l’espace aérien international selon Washington – et sur fond de craintes pour l’avenir de l’accord international sur le nucléaire iranien, menacé depuis que les Etats-Unis en sont sortis unilatéralement en 2018.

Si les Etats-Unis veulent pénétrer illégalement dans les eaux territoriales iraniennes, les forces armées [iraniennes] leur répondront avec détermination

Hassan Rohani a en outre souligné que le drone américain avait été visé «après avoir reçu des avertissements». Selon Irna, le responsable iranien a également déclaré au président français que les Iraniens avaient «toujours été engagés en faveur de la paix et de la stabilité régionale et [qu’ils continueraient de faire] des efforts en ce sens». De même source, il a insisté sur le fait que «l’adhésion de l’Iran [à l’accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015] était conditionnée aux promesses européennes visant à assurer les intérêts économiques de l’Iran dont aucune ne s’est concrétisée».

«Si l’Iran ne parvient pas à bénéficier» de l’accord, «il réduira [les] engagements» auxquels il a souscrit par ce texte, a-t-il prévenu lors de l’échange, rappelant que l’Iran «ne renégociera jamais l’accord». «Si les Etats-Unis veulent pénétrer illégalement dans les eaux territoriales iraniennes, les forces armées [iraniennes] leur répondront avec détermination», a encore averti celui qui préside à la destiné de la République islamique depuis 2013. Emmanuel Macron avait annoncé la veille qu’il rencontrerait «en aparté» son homologue américain Donald Trump pour évoquer le dossier iranien, en marge du sommet du G20 qui se tient en fin de semaine au Japon. Le président français se rêve-t-il en médiateur ?

Photo mise en avant : © Ludovic Marin Source: AFPHassan Rohani et Emmanuel Macron le 25 septembre 2018 à New York (image d’illustration).


Lire aussi : Crise dans le Golfe : les maigres preuves de Washington contre Téhéran qui nie toute implication


Devant Macron, Rohani assure que l’Iran s’oppose à une

guerre avec les USA mais lance un avertissement

Lors d’une discussion avec Emmanuel Macron, le Président iranien a affirmé ne pas avoir envie d’entrer en guerre avec les États-Unis. Cependant, il a mis en garde contre un affrontement décisif si ces derniers violaient de nouveau les frontières iraniennes, rapporte l’Iranian Students News Agency.

L’Iran ne cherche pas la guerre avec les États-Unis, a déclaré le 24 mai son Président, Hassan Rohani, à Emmanuel Macron, cité par l’Iranian Students News Agency (ISNA).

Dans un contexte de tensions exacerbées entre les deux pays après la destruction du drone américain étant entré dans l’espace aérien iranien, Rohani a confié à Macron qu’en cas de violation réitérée des frontières de son pays par les États-Unis, il y aurait affrontement.

«Si les Américains veulent à nouveau violer les eaux ou l’espace aérien de l’Iran, les forces armées iraniennes seront obligées de les affronter et il y aura un affrontement décisif», a déclaré le Président iranien.

Hassan Rohani a également déclaré à son homologue français qu’en aucun cas l’Iran ne renégociera l’accord sur le nucléaire de 2015, d’après l’ISNA.

Selon ses dires, le renforcement des sanctions ne fait que démontrer l’absence de volonté des États-Unis à trouver des solutions.

Ces derniers jours, les tensions entre Téhéran et Washington sont montées d’un cran. Le 20 juin, les Gardiens de la révolution islamique ont annoncé avoir abattu un drone espion américain qui «était entré dans l’espace aérien iranien» dans la province d’Hormozgan, qui borde le détroit d’Ormuz. Un responsable états-unien a confirmé l’attaque contre un appareil américain, affirmant que celui-ci se trouvait dans l’espace international.

Malgré le fait que Donald Trump ait évoqué une grosse erreur de la part de l’Iran, en réagissant sur son compte Twitter à cette destruction, plus tard dans la journée il a déclaré ne pas exclure l’hypothèse que le tir en question ait pu être une «erreur humaine».

Le lendemain de ces événements, l’Iran a déclaré qu’il aurait pu également abattre un avion de reconnaissance américain. Quant à Donald Trump, il a affirmé qu’il avait été à 10 minutes de frapper des cibles iraniennes, mais était revenu sur sa décision.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.