L’une des premières femmes imams de France prône un islam pour ceux «qui sont en attente d’autres choses»

Follow by Email
Facebook
Twitter

Invitée de RTL Matin, Anne-Sophie Monsinay, l’une des deux premières femmes imams à diriger la prière, explique l’aspect spirituel de l’islam, une religion qu’elle qualifie de fortement demandée, et expose son opinion sur les révélations coraniques.

Photo: Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay présentent la vocation de leur association “Les Voix d’un islam éclairé”

Évoquant sur RTL Matin la façon dont elle est perçue par les musulmans, Anne-Sophie Monsinay, l’une des deux premières femmes imams à diriger la prière, a signalé qu’il y avait autant de visions de l’islam que de musulmans et qu’elle-même faisait partie des musulmans progressistes. 

Selon elle, ces musulmans progressistes sont très nombreux, bien que moins visibles.

«On n’était pas visibles, mais nous-mêmes, nous avons été vraiment étonnés de voir la forte demande», a-t-elle indiqué.

Cette femme imam a reconnu avoir tenu secrète l’adresse de la salle qu’elle avait louée pour sa première prière parce qu’elle était menacée et qu’il y avait des musulmans opposés à ce projet.

Des musulmans en attente d’autre chose

Cependant, elle a confié ne pas souhaiter imposer sa vision à qui que ce soit.

«Nous, on offre quelque chose pour des musulmans qui ne se reconnaissent plus dans la vision traditionnelle de l’islam, dans les mosquées, pour des musulmans qui ne fréquentent plus ces mosquées-là et qui sont dans l’attente d’autre chose», signale-t-elle, ajoutant qu’elle n’adhère ni à l’islam conservateur, ni à l’islam politique.

Le Coran, un texte révolutionnaire 

Elle se dit partisane d’un islam spirituel et progressiste, parce que les révélations coraniques sont empreintes de l’idée de progrès social dans le contexte du septième siècle.

«Si on replace le Coran dans son contexte, on se rend compte que c’était un texte très révolutionnaire par rapport aux normes sociales. Le Coran a incité à affranchir les esclaves, contrairement à ce que l’on croit, il a limité la polygamie. Le texte était pour limiter la polygamie et inciter à la monogamie. On est au septième siècle. C’était vraiment révolutionnaire», a révélé Anne-Sophie Monsinay, soucieuse de la réduction des inégalités sociales.


Lire aussi :


06.11.2019

>> «STOP à l’islamophobie !» : une manifestation qui divise la gauche


21.09.2018

>> « Il n’appartient pas à l’Etat d’organiser l’islam en France » (sénatrice)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *