Maduro appelle le monde entier à stopper «la folie et la haine» US contre le Venezuela

Nicolas Maduro a appelé les chefs d’État et de gouvernement du monde entier à demander aux États-Unis de mettre un terme à leur agression contre Caracas. Il s’est aussi adressé à Donald Trump en proclamant que Washington ne pourrait jamais vaincre le peuple vénézuélien.

Le Président vénézuélien a incité samedi lors d’un grand rassemblement à Caracas tous les dirigeants du monde à contraindre Washington d’abandonner son agression contre le Venezuela.

«J’exhorte les chefs d’État et de gouvernement du monde à faire entendre leurs voix […] pour défendre les revendications visant à mettre un terme à l’agression de l’impérialisme américain contre le peuple du Venezuela», a-t-il déclaré.

Venezuela
© SPUTNIK . ESTHER YÁÑEZ ILLESCAS

Washington: un scénario militaire au Venezuela «sérieusement considéré»

Le leader vénézuélien a en outre souligné que les «États-Unis sont passés au stade de la folie et de la haine» en poursuivant que «les autorités américaines ne gouvernent pas dans l’intérêt des États-Unis» mais «consacrent chaque jour aux blâmes et aux insultes contre le Venezuela».

En dépit de cela, le peuple vénézuélien, cependant, «ne se dispute avec personne et mérite du respect, non pas de l’agression», a-t-il ajouté.

«Regardez ce peuple, M.Trump. Ce peuple vous battra une fois et des milliers de fois», a-t-il dit.

Nicolas Maduro a en outre appelé toutes les forces vénézuéliennes à former une alliance nationale visant à unir le pays et à demander conjointement aux autorités américaines d’arrêter les attaques contre l’économie de son pays.

«Arrêtez le blocus, les poursuites financières! Pour chaque sanction, nous donnerons une nouvelle riposte, il y aura encore plus de révolution. Ils ne pourront jamais nous vaincre!», a-t-il conclu.

Auparavant, la Cour suprême du Venezuela (TSJ) avait demandé à l’Assemblée constituante de lever l’immunité du chef de l’opposition Juan Guaido pour avoir violé son interdiction de quitter le pays, laquelle avait été décrétée par la Cour suprême le 29 janvier 2019.

L’ex-président de l’Assemblée nationale avait en effet quitté le pays pour effectuer une tournée en Colombie, au Brésil, au Paraguay, en Argentine et en Équateur, de fin février à début mars.

Suite à cette démarche, les autorités vénézuéliennes ont lancé une procédure pénale contre Juan Guaido.

Nicolas Maduro
© REUTERS / HANDOUT

Maduro: le Venezuela est un «terrain d’essai» pour une nouvelle stratégie de guerre

La crise politique au Venezuela a éclaté quand l’opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l’Assemblée nationale sur décision de la Cour suprême, s’est autoproclamé le lendemain «Président en exercice du pays» et a prêté serment au cours d’une manifestation. Donald Trump l’a alors reconnu comme «Président par intérim».

Fin mars, la justice vénézuélienne a ordonné de mettre en détention provisoire Roberto Marrero, conseiller du leader de l’opposition Juan Guaido, interpellé pour détention d’armes à son domicile.

Précédemment, les médias avaient relaté que deux proches de Juan Guaido, Roberto Marrero et Sergio Vergara, avaient été arrêtés par les services de renseignement, les autorités ayant annoncé «le démantèlement d’un groupe terroriste». M.Vergara avait été relâché peu après.

Lire aussi :
* Caracas qualifie les sanctions US de crime contre l’humanité
* Maduro désigne les responsables de l’attaque contre le réseau électrique au Venezuela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *