Lors du « massacre » de Bucha en Ukraine, un cadavre ressuscite !

Sur les réseaux sociaux, c’est l’effervescence ! La page officielle du ministère de la Défense de l’Ukraine a publié sur sa page Twitter une vidéo qui laisserait supposer des exécutions sommaires et autres violations graves perpétrées par les forces russes. Cette vidéo se passe dans une rue où le véhicule slalome entre des cadavres à même le sol. Human Rights Watch y va de son commentaire « Ukraine : Crimes de guerre présumés dans les zones contrôlées par la Russie. »

Mais voilà ! la manipulation du ministère de la Défense est grossière et facilement démontable. Dans la vidéo du 2 avril ci-dessous le gouvernement russe a relevé sur son compte telegram une anomalie, un cadavre se met à bouger son bras droit au passage des militaires ukrainiens afin qu’il ne passe pas sous les roues du véhicule (6′), l’acteur au sol ne souhaitant pas être réellement blessé par ceux qui le paient pour jouer ce rôle. Nous sommes face à une campagne médiatique grossièrement mensongère, planifiée par les autorités ukrainiennes, afin de faire endosser à la Russie des crimes de guerre imaginaires.

Autre interrogation, les troupes russes ont quitté Bucha le 30 mars 2022. Pourquoi avoir attendu quatre jours pour faire ces révélations ? Problème d’acteurs à disposition ? La maquilleuse était en congé maladie ? Le zoom de l’appareil était défectueux ? C’est ce que Le ministère de la Défense de la Fédération de Russie a souligné : « Nous tenons à souligner en particulier que toutes les unités russes se sont complètement retirées de Bucha le 30 mars, au lendemain de la série de pourparlers en personne entre la Russie et l’Ukraine en TurquieLe 31 mars, le maire de Bucha, Anatoly Fedoruk, dans son message vidéo a confirmé qu’il n’y avait pas de militaires russes dans la ville, mais n’a pas mentionné d’ habitants locaux abattus dans les rues avec les mains liées. Par conséquent, il n’est pas surprenant que toutes les prétendues “preuves de crimes” à Bucha ne soient apparues que le quatrième jour, lorsque des officiers du SBU et des représentants de la télévision ukrainienne sont arrivés dans la ville. »

Le 31 mars, le maire de Bucha déclare (vidéo ci-dessous mise en ligne le 3 avril, mais datant du 31 mars) : « Regardez comme Bucha est paisible après l’invasion de la Russie. Dieu merci, nous sommes tous vivants et en bonne santé. Nous allons tout reconstruire ! »

 

Dans ce climat de fakenews, nous rappelons à nos lecteurs que les treize soldats ukrainiens annoncés morts sur Snake Island ont en réalité été faits prisonniers par les Russes. La propagande mensongère est à son maximum, la mise en avant de faux cadavres en devient une abomination et reflète encore une fois jusqu’où peuvent aller les soldats ukrainiens relayée servilement par les médias occidentaux.

Source : Le Média en 4-4-2

Nous reproduisons la traduction du communiqué du ministère russe de la Défense qui réfute les accusations du régime de Kiev dans le meurtre présumé de civils dans le village de Bucha, dans la région de Kiev :

Toutes les photographies et vidéos publiées par le régime de Kiev, qui auraient témoigné d’une sorte de « crimes » commis par des militaires russes dans la ville de Bucha, dans la région de Kiev, sont une autre provocation.

Pendant la période où cette colonie était sous le contrôle des forces armées russes, pas un seul résident local n’a subi d’actions violentes. Dans les colonies de la région de Kiev, le personnel militaire russe a livré et délivré 452 tonnes d’aide humanitaire aux civils.

Pendant tout le temps où la ville était sous le contrôle des forces armées russes, et plus encore après, jusqu’à aujourd’hui, à Bucha, les résidents locaux se déplaçaient librement dans la ville et utilisaient les communications cellulaires.

Le départ de la ville de Bucha n’a pas été bloqué. Tous les résidents locaux ont eu la possibilité de quitter librement la colonie en direction du nord, y compris vers la République de Biélorussie. Dans le même temps, la périphérie sud de la ville, y compris les zones résidentielles, a été visée 24 heures sur 24 par les troupes ukrainiennes à partir d’artillerie de gros calibre, de chars et de systèmes de lance-roquettes multiples.

Nous tenons à souligner en particulier que toutes les unités russes se sont complètement retirées de Bucha le 30 mars, au lendemain de la série de pourparlers entre les représentants de la Russie et de l’Ukraine en Turquie.

De plus, le 31 mars, le maire de la ville de Bucha, Anatoly Fedoruk, a confirmé dans son message vidéo qu’il n’y avait pas de militaires russes dans la ville, mais n’a même pas mentionné d’habitants locaux abattus dans les rues les mains liées.

Par conséquent, il n’est pas surprenant que toutes les prétendues «preuves de crimes» à Bucha ne soient apparues que le 4e jour, lorsque des officiers du SBU et des représentants de la télévision ukrainienne sont arrivés dans la ville.

Il est particulièrement préoccupant de constater que tous les corps des personnes dont les images ont été publiées par le régime de Kiev, après au moins quatre jours, ne se sont pas raidis, n’ont pas de taches cadavériques caractéristiques et il y a du sang qui coagule dans les plaies.

Tout cela confirme irréfutablement que les photographies et les séquences vidéo de Bucha sont une autre production du régime de Kiev pour les médias occidentaux, comme ce fut le cas à Marioupol avec la maternité, ainsi que dans d’autres villes.


     Boutcha : Moscou rejette la responsabilité et demande des «discussions internationales»


         BOUTCHA : QUE S’EST-IL VRAIMENT PASSÉ ? – LE MÉDIAMENSONGE DU JOUR – MICHEL COLLON

Certains, qui gobent toute la désinformation occidentale déversée par tombereaux entiers par nos politiques et nos médias, sont persuadés qu’il s’agit de faits imputables aux forces Armées Russes, d’autres, moins crédules ou moins naifs pensent qu’il s’agit d’une xième mise en scène du camp occidental et évoquent, non sans de solides raisons, les précédents de Timisoara, de Racak, des couveuses du Koweit, des attaques sous faux drapeau de la Goutha , ….etc)

Dans une émission de 19 minutes, le journaliste d’investigation belge Michel Collomb, dont je connais le sérieux depuis plus de dix ans, nous livre les premiers résultats de son enquête et fait apparaître les premières incohérences dans le narratif occidental, notamment dans la chronologie des faits

Je partage totalement son point de vue. Cette affaire de Boutcha mérite au moins qu’on attende les résultats de l’enquête avant de condamner.

Je constate qu’elle vient à point, dans la guerre de l’information en cours, pour occulter les témoignages de civils de Marioupol sur les massacres orchestrés par les Ukronazis sur la population civile russophone.et pour occulter aussi l’affaire des laboratoires de recherches biologiques US sur le sol ukrainien, affaire dans laquelle le fils du président US est mouillé jusqu’au cou et dans laquelle la coalition occidentale n’est pas très nette….. Je constate enfin que plusieurs journalistes occidentaux (dont des britanniques ….) qui sont allés sur place évoquent une « mise en scène ».

Avant de vous donner le lien de cette vidéo, je rappelle que le 4 avril au 38 ème jour de campagne, l’ONU fait état de 1 407 civils tués en Ukraine et 2 038 blessés depuis le 24 février, sans qu’on sache d’ailleurs si ce sont des victimes des russes ou des ukro-nazis. C’est extrêmement peu pour une campagne de ce type et démontre le soucis qu’ont les russes d’épargner les civils. Rien à voir avec les campagnes militaires de l’OTAN où l’on bombarde à tout va pour en terminer plus vite. (Kosovo, Irak, Syrie, Afghanistan, Yemen ….)

Général Dominique Delawaede

Source : Youtube


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.