Russie / Grande conférence de presse de Vladimir Poutine (vidéo)

    

  Le chef d’Etat russe tient sa traditionnelle conférence de presse de fin d’année dans la matinée du 17 décembre 2020. Mise à jour automatique Jeudi 17 décembre

12h59 CET «Où est la frontière avec la liberté d’expression ?», demande un journaliste de RT concernant les caricatures de Mahomet et ses conséquences. «Dans toutes les religions, il n’y a pas de référence à une agression, qu’il s’agisse du christianisme ou de l’islam. La défense des droits ne doit pas justifier une réponse agressive. Cet esprit de vengeance est extérieur à toutes ces grandes religions. Le seigneur donne la vie, le seigneur la reprend. Mais ceux qui offensent les sentiments des croyants doivent garder à l’esprit qu’il y aura une réaction», répond le président russe. «Quelle est notre attitude en Russie et que faisons-nous pour éviter une telle situation ? La Russie dans son origine est pluri-confessionnelle. Il y a une culture de dialogue et de respect entre les différentes religions.», poursuit-il.

12h50 CET A l’occasion d’une question sur la Communauté des Etats indépendants, Vladimir Poutine a assuré que la Russie était prête à retirer ses troupes de Transnistrie dès que la situation avec la Moldavie se sera normalisée.

12h27 CET Au sujet de la situation en Biélorussie, Vladimir Poutine déclare que le président Alexandre Loukachenko a lui-même initié des réformes constitutionnelles et que la seule chose que souhaite la Russie est «que tout se passe sans influence externe». «Ce qui vient de l’étranger ne marche jamais […] Tout ce qui est exogène fonctionne comme une charge explosive» insiste le président russe.

12h19 CET Vladimir Poutine affirme ne pas savoir s’il se présentera à la prochaine élection présidentielle, mais précise que si la stabilité du pays était en jeu et que le peuple le souhaitait, la réponse serait oui.

LIRE AUSSI Poutine pourrait être candidat en 2024 si la Cour constitutionnelle et les électeurs l’acceptent

12h17 CET Le président russe espère que la construction du gazoduc Nord Stream 2 sera achevée, ce projet étant «profitable pour l’économie de l’Europe dans son ensemble, et pour l’Allemagne en particulier», faisant référence au gaz liquéfié américain, 20% plus cher que le gaz russe.

LIRE AUSSI Reprise de la construction du gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique

12h12 CET Tout en affirmant ne pas avoir de préférence pour un partenaire international spécifique, Vladimir Poutine déclare avoir de très bonnes relations de travail mais aussi personnelles avec son homologue chinois Xi Jinping. Il dit également avoir de bonnes relations avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, un homme «prévisible» et «qui tient parole».

12h05 CET Vladimir Poutine déclare vouloir développer les infrastructures dans tout le pays, afin par exemple d’encourager les 32 millions de touristes russes qui partent chaque année à l’étranger à passer leurs vacances dans leur pays.

11h54 CET Concernant la modification de la Constitution russe votée pendant l’été : Vladimir Poutine a fait valoir que les garanties sociales (telles que l’indexation des retraites), la prééminence du droit constitutionnel russe sur les traités internationaux, ou l’intangibilité du territoire russe, ne pouvaient être assurées lors de l’instauration de la Constitution en 1993. Le président russe en a profité pour rappeler que son pays possédait désormais «une des armées les plus efficaces du monde».

LIRE AUSSI Réforme constitutionnelle : la Russie entend défendre sa souveraineté dans un monde global

11h27 CET Au sujet de l’Ukraine, le président russe affirme que la Russie va intensifier son soutien au Donbass en ce qui concerne l’industrie, les infrastructures, et les problématiques sociales.

11h03 CET Alors qu’on lui demandait pourquoi des pirates informatiques russes n’avaient pas aidé à la réélection de Donald Trump, Vladimir Poutine a affirmé que la thèse à laquelle il était fait référence ici, avait été une provocation destinée à nuire aux relations entre les deux pays. Le chef d’Etat a martelé que la Russie n’était pas intervenue «dans les élections de cette grande puissance». En outre, Vladimir Poutine espère que le futur président américain Joe Biden comprendra ce qui se place «au plan interne et international».

10h52 CET Le président russe commente la baisse des revenus et l’augmentation de la pauvreté liée au Covid. Il rappelle que 29% de la population russe vivait sous le seuil de pauvreté en l’an 2000, un chiffre qui est descendu à 12,3% en 2017 et qui est actuellement de 13,5%, ce qui représente environ 20 millions de personne. Vladimir Poutine a fait valoir qu’un plan d’action ayant pour objectif que moins 6,5% de la population soit sous le seuil de pauvreté vers 2030 avait été mis en place.

LIRE AUSSI Réduction de la pauvreté, durée de vie : Poutine fixe des objectifs sociaux à la Russie pour 2030

10h42 CET Vladimir Poutine déplore que les Etats-Unis n’aient pas autorisé la présence d’observateurs internationaux lors de leur élection présidentielle, «contrairement à ce qui se passe en Russie».

10h36 CET Le président russe appelle chacun à être attentif aux recommandations des spécialistes disant que les vaccins contre le Covid-19 sont destinés à une certaine catégorie d’âge, raison pour laquelle il dit ne pas encore s’être fait vacciner. Il affirme être favorable à une vaccination de masse, qui nécessite cependant une augmentation de la production nationale.  «J’écoute les recommandations de nos spécialistes et donc, pour le moment, comme le recommandent les experts, je ne l’ai pas fait, mais je le ferai absolument dès que cela sera possible», a expliqué le chef d’Etat.

10h29 CET Au sujet des élections parlementaires de 2021, Vladimir Poutine déclare que le parlement fédéral russe a reçu plus de pouvoirs avec la récente réforme constitutionnelle, en particulier pour ce qui est de la formation du gouvernement.

10h25 CET «Nous sommes l’un des trois leaders mondiaux en matière de tests […], la Russie a été le premier pays du monde à avoir commencé à produire un vaccin contre le Covid-19», poursuit le président russe, ajoutant que l’entreprise anglo-suédoise AstraZeneca était prête à travailler avec la Russie.

LIRE AUSSI Covid-19 : la Russie a présenté son vaccin Spoutnik V aux Nations Unies

10h20 CET «Nous avons construit une quarantaine de centres hospitaliers […] ce qui montre notre promptitude à réagir», déclare Vladimir Poutine, ajoutant que «la production de masques a été multipliée par 20».

10h19 CET Le président russe affirme que, pendant l’épidémie de Covid-19, la solidarité et l’identité russe ont été préservées. 10h18 CET Concernant l’économie russe, Vladimir Poutine affirme que «ceux qui pensent que la Russie n’est qu’une station service se trompent».

10h06 CET Poutine affirme que 2020 a été «un océan de problèmes dans le monde entier», mais que la Russie a su «répondre à ces défis mieux que d’autres pays». Il se dit fier de la «stabilité de l’économie, des systèmes sociaux et des systèmes de santé». Le PIB russe a diminué de 3,6% cette année, soit moins que dans la plupart des pays européens et qu’aux Etats-Unis.

09h33 CET Covid oblige, la conférence de presse de Vladimir Poutine aura lieu cette année en visioconférence, et le nombre d’accréditations délivrées a été divisé par deux afin de respecter la règle sanitaire de distanciation physique entre les journalistes.

Ce 17 décembre 2020, Vladimir Poutine répond aux questions des journalistes russes et étrangers lors de sa traditionnelle conférence de presse de fin d’année. En raison du contexte particulier de pandémie de Covid-19, le président russe se livrera à cet exercice en visio-conférence.

LIRE AUSSI Revivez la conférence de presse de fin d’année 2019 de Vladimir Poutine


>>>Sondage : 58% des Russes font confiance à Poutine

Plus de la moitié des Russes (58%) font confiance au président russe Vladimir Poutine, selon une enquête de la Public Opinion Foundation.

Selon l’enquête, 31% ne lui font plutôt pas confiance, 12% ont eu du mal à répondre à la question.

Lire aussi : L’UE a prolongé de six mois les sanctions anti-russes

Selon 61% des sondés, Poutine se porte plutôt bien dans son poste. Le point de vue opposé est partagé par 24% des Russes. Alors que 15% ont du mal à répondre.

L’enquête téléphonique panrusse a été menée les 11 et 13 décembre auprès de 4 000 répondants âgés de 18 ans et plus par la méthode d’échantillonnage aléatoire des numéros de téléphone mobile et fixe. L’erreur statistique ne dépasse pas les 1,9%.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.