Revue de presse du 28/06/2020

28.06.2020

ENVIRONNEMENT

Pourquoi le secteur énergétique échapperait-il à l’analyse en cycle de vie ?

« La question de l’électrification des usages notamment dans le bâtiment fait débat au sein des professionnels de l’énergie. Bernard Aulagne, président de Coénove, dénonce une tromperie. Viser le zéro carbone à l’horizon 2050, tel est l’objectif clairement affiché depuis plusieurs mois par la politique énergétique française en écho aux ambitions européennes. Pour y parvenir, le Gouvernement a opté unilatéralement, au sein de sa Stratégie nationale bas-carbone, pour une électrification massive des usages, en particulier dans le secteur du bâtiment. Un choix qu’il souhaite décliner désormais dans les règlementations en préparation tant sur la construction neuve (RE 2020) que dans l’existant avec la refonte du diagnostic de performance énergétique. Et pour favoriser l’électricité, l’administration ne lésine pas sur les moyens… »

Source : Actu-Environnement

En Sibérie, la fin du permafrost

« En Yakoutie, le réchauffement climatique provoque la fonte de sols jusqu’ici gelés toute l’année. Des milliers d’habitations menacent de chavirer dans la boue en été, tandis que les villages du nord sont submergés par des inondations noires. »

Source : Le Temps

EUROPE

En Estonie, un intéressant projet européen de robotique militaire

« En Europe comme ailleurs, on s’intéresse et on progresse vers les robots combattants. Sans doute, les fantassins ne sont et ne seront pas remplaçables par des robots. Mais les blindés et l’artillerie, si. Et il vaut la peine de se poser la question des conséquences. Aussi importantes et déstabilisantes qu’elles puissent être, il n’y a pas que la crise du coronavirus et ses crises de suite économiques et autres qui se passent aujourd’hui dans le Monde. Voici donc un petit focus sur l’intéressant projet de l’entreprise estonienne Milrem Robotics, en coopération avec sa filiale suédoise Sinrob Technologies AB et d’autres entreprises européennes du secteur militaire. »

Source : Le Noeud Gordien

FRANCE

Révélations – Ehpad et Assurances Vie : Paradis Fiscaux, Opacité et Complicité d’État

« Le business des Ehpad et des assurances-vie en France rapporte gros. Nous avons enquêté sur ces milliards d’euros qui s’envolent vers les paradis fiscaux. Les entreprises leaders dans ce marché de la vieillesse, organisées en poupées gigognes, finissent très souvent au Luxembourg, à Jersey ou vers d’autres paradis fiscaux, où les flux d’argent deviennent intraçables, sans que l’État, qui arrose copieusement les intérêts privés avec l’aide d’un fonds souverain émirati, ne trouve à y redire. Voyage en opacité organisée. »

Source : LE MEDIA

Le service public est notre meilleure arme

« « Pour mener la transition et faire face aux défis de demain », un collectif d’élus, de chercheurs, de syndicalistes appelle à une refondation du service public. En s’appuyant sur une relocalisation, il affirment que « le secteur public peut être largement plus efficace et innovant que le secteur privé, et qu’il est le mieux placé pour répondre aux défis de long terme auxquelles nos territoires sont confrontés ». »

Source : Blog des invités de Mediapart

110 km/h sur autoroute : pourquoi tant de haine ?

« La Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) a rendu ses propositions le 20 juin dernier. Pendant des mois, ce panel de citoyens, tirés au sort et représentant au mieux la diversité de la population, s’est documenté de manière intensive sur le changement climatique et ses impacts, puis a travaillé sur des mesures à même de réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES) à des niveaux compatibles avec les engagements de la France. Parmi les 150 mesures proposées par ces citoyens lambda, la réduction de la vitesse maximale sur autoroutes (VMA) à 110 km/h (contre 130 km/h actuellement) a déclenché un raz-de-marée de critiques et a fait les belles heures des chaînes d’infos en continu, à travers moults débats enflammés. »

Source : Carbone 4

Ce que traduisent les réactions à la convention citoyenne du climat

« Si vous voulez savoir à quoi ressemble l’enfer, il suffit de lire les réactions concernant les 150 propositions de la Convention citoyenne du climat (CCC). Mensonges, attaques ad hominem, mépris de classes, point Godwin, …, tout y est. Pourquoi tant de voix se sont élevées contre cette convention citoyenne ? Qu’est-ce que cela traduit ? Probablement la peur que les choses changent, que la hiérarchie soit bousculée. La publication des 150 propositions a permis d’observer la sortie des chiens de garde, présents à toute tentative de remettre en question le système néolibéral. D’abord traités d’amateurs, ces 150 citoyens sont désormais des « khmers verts »… » [Liste des 150 propositions]

Source : Bon Pote

GÉOPOLITIQUE

Le vol des outils de piratage de la CIA en 2017 était dû à une sécurité « terriblement laxiste »

« Une meilleure sécurité aurait pu protéger les outils de piratage volés à la CIA en 2017, révèle un rapport interne fourni au Washington Post par le sénateur Ron Wyden. Le document conclut que le Center for Cyber Intelligence était plus soucieux de renforcer son « cyberarsenal » que de le sécuriser. Les procédures de sécurité y étaient « terriblement laxistes ». » [Benoit : « La CIA qui peu être comparée à un laboratoire contenant des virus ou des bombes atomiques (Zéro Day – se dit d’une faille qui n’a pas encore de correctif, et permet de rentrer dans un system informatique), n’a pas de contrainte de sécurité »]

Source : L’Usine Digitale

LIBERTÉS

Le nudge et le comportementalisme

« La théorie du nudge (coup de pouce en anglais) ou comment inciter sans en avoir l’air… On l’a appris par une enquête du Point, parue le 4 juin dernier : pour gérer le comportement de la population pendant et depuis le confinement, les gouvernements anglais et français ont fait appel à des unités spéciales, des « nudges units », des cellules spécialisées dans la mise au point des nudges. Les nudges, littéralement, ce sont de petits coups de pouce mentaux qui nous influencent sans que nous en ayons conscience. Ces objets conceptuels sont nés dans les années 80 du croisement entre l’économie, l’information et les études comportementalistes. »

Source : France Culture

Racisme policier : les géants du net font semblant d’arrêter la reconnaissance faciale

« À un moment où l’institution policière est remise en question, les multinationales de la sécurité tentent de se racheter une image par des effets d’annonce : elles arrêteraient la reconnaissance faciale car la technologie ne serait pas tout à fait au point et la police l’utiliserait à mauvais escient. Plusieurs entreprises ont annoncé arrêter (temporairement ou non) la reconnaissance faciale. C’est d’abord IBM qui a ouvert le bal : l’entreprise a déclaré publiquement qu’elle arrêtait de vendre la reconnaissance faciale à « usage général » et appelle le Congrès américain à établir un « dialogue national » sur la question. Le même jour, une employée de Google dénonce les biais des algorithmes et la dangerosité de cette technologie. »

Source : LA QUADRATURE DU NET

RÉFLEXION

Contre la bipolarisation qui vient

« Y aurait-il en France d’un côté des Blancs « privilégiés » et de l’autre des « racisés » (parfois blancs) victimes de discriminations inscrites dans la séquence génétique des institutions ? La dénonciation des violences policières dans les communes et quartiers populaires à fort taux de population d’origine immigrée prête le flanc à une bipolarisation simpliste et malsaine qui évite la question cruciale de la pauvreté, d’où la facilité avec laquelle l’oligarchie médiatique s’en empare. Le combat contre le racisme est-il dangereux au cœur d’un système qui commercialise des tee-shirts « Black lives matter » et publie des Unes d’actrices vivant de la rente du Centre National du Cinéma ? »

Source : LE COMPTOIR

Paris : de la ville frondeuse à la ville domestiquée

« Dire que Paris s’est embourgeoisée est devenu un poncif. Mais on ne déplorera jamais assez l’achèvement du processus de domestication subi par cette ville jadis frondeuse et révoltée. Paris s’est finalement rangée du côté du pouvoir en place. Les Parisiens marchent de moins en moins. Quand ils ne courent pas, ils trottinent. La vitesse des chaussures de course, des roues et des algorithmes a remplacé la lenteur nécessaire à tout esprit révolutionnaire : pour changer le monde, il faut prendre le temps de l’observer. Les Parisiens n’entendent plus rien changer. Une satisfaction angoissée les caractérise désormais. Dans Quatrevingt-treize, Victor Hugo décrit la Révolution comme « la victoire de la France sur l’Europe et de Paris sur la France ». »

Source : LE COMPTOIR

SOCIETÉ

Tous au vert ? Scénario rétro-prospectif d’un exode urbain

Sans nier la dimension multifactorielle, la densité de population est un facteur de propagation du virus Covid-19. Cela pose la question de l’urbain. Les dynamiques démographiques sur un temps long montre que les espaces ruraux se repeuplent depuis les années 2000 sans affaiblir les villes. En 1876, la population française (38 millions,70 hab/km2) est répartie de façon plus homogène. En 2017, on recense 64 millions hab (119 hab/km2), ~75% de la hausse de population s’est concentrée sur 5 % de la superficie du pays. Une dé-densification massive impliquerait un triplement de population en montagne, des villes pas forcément moins dense et une gentrification rurale. Conséquence, il faudrait urbaniser les campagnes construire de réseaux numériques, énergétiques et routier.

Source : The conversation

Être un(e) artiste est maintenant considéré comme un métier non-essentiel

« Voilà c’est officiel : être artiste n’est plus un métier essentiel. Une enquête importante sur 1000 personnes publiée dans le journal singapourien le « Straits Times » révèle que les artistes sont aujourd’hui les travailleurs les moins essentiels. La publication répertorie les cinq principaux emplois essentiels, les médecins et les infirmières venant en tête, et les cinq premiers emplois non essentiels avec l’artiste à la première place. Les télévendeurs sont apparemment plus essentiels que les artistes, aux yeux des personnes interrogées. Pire encore, même le « social media manager » ou encore l’employé des relations publiques est en meilleur place que l’artiste. »

Source : APAR

VUES D’AILLEURS

Julio Chávez : “L’opposition ne veut pas d’élections car elle sait qu’elle va perdre”

« La Constitution du Venezuela reconnait cinq pouvoirs indépendants. Aux côtés des pouvoirs exécutif, législatif et Judiciaire, la République Bolivarienne du Venezuela compte aussi le Pouvoir citoyen et le Pouvoir électoral. Ce dernier est chargé d’organiser les élections et de rédiger les lois et les procédures pour arriver à cette fin. Dans le pays d’Hugo Chávez, les élections ne sont donc pas organisées par le pouvoir exécutif en place -comme en France, par exemple- mais par le Centre National Électoral, dirigé par cinq recteurs. Au cours du dernier trimestre de 2019, le gouvernement bolivarien et l’opposition se sont mis d’accord pour changer les cadres de l’organisme électoral. A commencé un processus que les partisans de Guaido ont fait capoter pour des raisons électoralistes. »

Source : LES 2 RIVES

ÉCONOMIE

Entreprises : la tragédie optimiste

« Depuis le 11 mai se joue un épisode crucial de la crise sanitaire où le long terme se noue sur quelques semaines et sur lequel s’est centrée la troisième vague de l’enquête dirigeant menée par Xerfi. La remise en marche de l’économie en sortie de confinement détermine l’orbite sur laquelle se replace durablement l’activité. C’est maintenant l’épreuve de vérité pour les autorités monétaires et budgétaires : jusqu’à quel point leur activisme visant à faire en sorte que le pouvoir d’achat où le tarissement des trésoreries ne soit pas un facteur bloquant d’un retour à la normale de l’activité porte-t-elle ses fruits ? »

Source : XERFI CANAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *