Revue de Presse du 20.05.2019

DÉMOCRATIE

Ventes d’armes à l’Arabie saoudite : journalistes et associations face à l’omertà

« Alors que les révélations s’accumulent sur les ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite, la politique de déni du gouvernement prend une tournure plus menaçante. Trois journalistes du média d’investigation Disclose et de Radio France ont été convoqués pour une « audition libre » par les services de renseignement après avoir rendu public un document classé « confidentiel défense ». Celui-ci confirme l’utilisation probable d’armes de fabrication française contre des populations civiles au Yémen. »

Source : OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES

ENVIRONNEMENT

Le dur combat contre le « fracking » en Colombie

« Les coûts environnementaux et humains résultants de cette forme d’exploitation ne sont en rien justifiables, encore moins si le profit va directement dans la poche de quelques entreprises étrangères, ce qui autorise au gouvernement colombien les annonces d’augmentation de l’investissement étranger. Comment une administration peut parler de bénéfices à la population avec de tels projets tandis que partout où cette technique est employée, les dégâts naturels sont si néfastes ? »

Source : INVESTIG’ACTION

En Argentine, la Patagonie est le nouvel eldorado du gaz de schiste

« C’est une vaste tache noire qui souille la steppe de la Patagonie. À Añelo, dans la province de Neuquén, sur plus de 13 hectares, des résidus de l’extraction d’hydrocarbures sont déversés à même la terre creusée et au mépris de toutes les normes environnementales. Mardi 26 février, pour exiger la fermeture de cette plateforme de traitement des déchets de la fracturation hydraulique [1], une quarantaine de militants de Greenpeace ont entrepris de bloquer son accès. Ils y ont déployé des banderoles et empêché d’entrer les camions provenant des concessions voisines, notamment celles opérées par Total et Shell. (…) ais, depuis qu’a démarré l’exploitation du gisement de Vaca Muerta (littéralement « vache morte »), la région est bouleversée par le fracking. Avec cette formation de schiste géante, l’Argentine revendique les deuxièmes réserves mondiales de gaz non conventionnels derrière la Chine, les quatrièmes pour le pétrole non conventionnel. »

Source : REPORTERRE

EUROPE

Voulez-vous préserver l’environnement OU la croissance et l’emploi ? Une question trompeuse de l’enquête sur les valeurs des Européens

« Je pourrais me contenter d’afficher une relative satisfaction quant aux réponses enregistrées à cette question, dont je préciserai l’énoncé un peu plus loin. Voici le commentaire du Monde du 25 avril 2019, sous la plume de deux chercheurs à Sciences Po Grenoble : « 50 % [des Français.e.s] privilégie la protection de l’environnement au détriment de l’économie et de l’emploi. Seulement un tiers choisit l’économie ». Pour information, la préférence pour l’environnement est plus forte dans l’électorat de gauche que dans celui de droite et surtout d’extrême-droite, mais même dans ces deux derniers cas, les choses sont plus équilibrées qu’on pourrait le penser a priori. En dépit de ces résultats qui ne sont pas mauvais pour les militant.e.s d’une écologie sociale, pourquoi la question posée peut-elle être qualifiée de trompeuse ? »

Source : DEBOUT ! : BLOG JEAN GADREY

FRANCE

Cartographie d’un mensonge d’Etat

« « Madame la ministre, j’ai une question qui va vous agacer… »Nous sommes le 20 janvier 2019, sur France Inter. L’animateur Ali Baddou reçoit la ministre des Armées, Florence Parly. Soudain, il la fixe dans les yeux et parle fort : « Faut-il cesser de vendre des armes à l’Arabie saoudite ? » Cela fait des mois que la question est dans l’air, mais reste sans réponse. Or les contrats entre la France et l’Arabie saoudite alimentent un débat moral, politique et juridique exigeant. Il se pose en ces termes : la France peut-elle fournir des armes à un client qui s’en sert pour bombarder des civils au Yémen depuis quatre ans ? Le 26 mars 2015, aux côtés des Emirats arabes unis et de huit pays à majorité sunnite, le prince Mohammed ben Salman ordonne une série de raids aériens et maritimes contre son voisin du Golfe. L’objectif : défendre le régime face aux conquêtes militaires des Houthis, une minorité chiite soutenue par l’Iran. »

Source : DISCLOSE

Il faut être mobile ! Oui mais c’est déjà le cas…

« Le mot clé du gouvernement ces derniers temps ? Mobilité. L’examen du projet de loi d’orientation dit, justement, des mobilités (LOM) commence aujourd’hui 14 mai à l’Assemblée. L’un de ses objectifs est de renforcer la capacité des Françaises et des Français à se déplacer pour que cela leur coûte moins cher et favoriser leur recherche d’emploi. Dans le même temps, la réforme de la fonction publique envisage également la mobilité géographique des administrations d’Etat. Mobilité donc ! Pourtant, à bien y regarder, les salariés en général et les chômeurs en particulier sont déjà mobiles. L’objectif est surtout de favoriser la mobilité durable. »

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

Les transports en commun gratuits, ça roule !

« Et si la gratuité était un outil permettant le report modal de la voiture aux transports en commun et donc favorisant la transition écologique et améliorant la santé publique (par réduction d’émissions de particules fines notamment) ? Des collectivités locales se posent la question, d’autant plus que la gratuité des transports favorise une mobilité équitable entre tous les habitants. Cependant, aujourd’hui en France, seuls 2 % de la population desservie par des transports en commun bénéficient de la gratuité totale. En septembre 2018, la communauté urbaine de Dunkerque (la CUD, une agglomération de 200.000 habitants) a été la dernière en date de la trentaine de territoires français à adopter la gratuité sans condition des transports urbains. Cette partie du département du Nord est marquée par une forte activité industrielle (centrale de Gravelines, port de commerce…) et une partie de la population est précarisée. Avant la gratuité, les politiques de transports étaient déjà favorables aux plus fragiles avec des tarifs solidaires fixés en fonction des revenus. »

Source : REPORTERRE

« Tout le monde voulait échapper aux forces de l’ordre » : comment la machine policière a brisé la manif du 1er mai

« Selon les autorités, une partie des manifestants auraient « volé » le défilé du 1er mai à Paris. Depuis le cortège, et à écouter les témoignages, c’est un autre tableau qui se dessine. Au niveau de la Pitié-Salpêtrière et sur le boulevard Saint-Marcel, des milliers de personnes de tous âges ont été contenues dans une immense nasse, progressivement refermée à coups de matraques et de lacrymogènes. Une partie d’entre-elles ont dû se réfugier dans les halls d’immeubles pour éviter l’écrasement et la suffocation. Fidèles aux consignes données, les forces de l’ordre ont fait preuve d’une agressivité qui, loin de se limiter à ses adversaires déclarés, a brutalisé l’ensemble de la manifestation. »

Source : BASTAMAG

GÉOPOLITIQUE

Iran: les firmes européennes sous l’épée de Damoclès américaine

« Le Conseil suprême de la sécurité nationale (CSSN) iranien a donné « 60 jours » pour que les pays (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) encore parties prenantes de l’accord sur le nucléaire « rendent effectifs leurs engagements, en particulier dans les secteurs pétrolier et bancaire » sous peine de ne plus respecter d’autres clauses de l’accord. Mais, A. Thoms (avocate chez Baker McKenzie’s International, Düsseldorf) explique qu’ « il y a la crainte d’être exposé aux sanctions US dites secondaires », qui s’appliquent à toute organisation non-US active dans un pan de l’économie iranienne soumise aux sanctions des USA. Il y a des obstacles « très pratiques, comme trouver une banque, une compagnie de transport ou un assureur ». Un système de troc (Instex) a été mis sur pied par Paris, Berlin et Londres fin janvier pour permettre des relations commerciales Iran-UE pour des produits non visés par les sanctions secondaires. Toutefois, selon M. Lyons (avocat chez Clifford Chance, Londres), « il semble très peu probable que l’UE soit capable de prendre des mesures concrètes qui permettent de rassurer ». Mercredi, la ministre française des Armées F. Parly n’a pas exclu que l’UE prenne des sanctions contre l’Iran. De même, à Londres, le ministre des Affaires étrangères J. Hunt a évoqué « des conséquences » si Téhéran cessait de respecter ses engagement en matière nucléaire. »

Source : Connaissance des énergies

LIBERTÉS

Chrischurch : les pyromanes appelés à éteindre l’incendie

« Emmanuel Macron et Jacinda Ardern, première ministre néo-zélandaise, ont lancé aujourd’hui l’ « appel de Christchurch ». Suite à l’attentat survenu il y a deux mois, cet appel est lancé en réaction au fait que la vidéo de la tuerie aurait largement tourné sur Facebook et Google. Il appelle tous les États à agir pour éviter que cela se reproduise, notamment en collaborant avec les grands réseaux sociaux. Facebook, qui participait au lancement de la campagne aux côtés de Google, a aussitôt répondu : il empêchera désormais ses utilisateurs les plus suspects de diffuser des vidéos en direct – outil qu’avait utilisé le tueur de Christchurch. Cette réponse de Facebook est bien à la hauteur des attentes du gouvernement Macron, qui recevait précisément Mark Zuckerberg la semaine dernière : de la poudre aux yeux pour que surtout rien ne change, au mépris de la gravité des événements. »

Source : LA QUADRATURE DU NET

La SNCF condamnée à réintégrer un lanceur d’alerte, une décision “nette et sans bavure”

« Une première en France. Le 17 avril dernier, le conseil des prud’hommes de Lyon a condamné en référé la SNCF à réintégrer Denis Breteau, 53 ans, ex-cadre à la direction des achats de la société et licencié au mois de décembre pour des refus de poste. Depuis dix ans, l’ingénieur dénonce des appels d’offre truqués et des malversations de la part de l’entreprise publique en faveur du géant américain IBM. Le tribunal a reconnu son statut de lanceur d’alerte, ouvrant ainsi la voie à une première jurisprudence depuis 2016 et l’instauration de la loi Sapin II. En 2017, Le Lanceur s’était appuyé sur les révélations de Denis Breteau dans un article relatant l’affaire. Malgré cette première victoire, le cheminot n’entend pas s’arrêter là dans son combat. »

Source : LE LANCEUR

Stratfor ou un exemple du combat du monde de l’entreprise contre les milieux activistes

« Le jour de Noël de l’année 2011, le collectif d’hacktivistes Anonymous perturba la tranquillité d’une société de sécurité qui, jusque-là, opérait dans l’ombre, en toute discrétion. La société en question, Strategic Forecasting Inc., basée à Austin (Texas), spécialisée dans la collecte de renseignements, est plus connue sous le nom de Stratfor. Parmi ses clients, on retrouve quelques-unes des multinationales les plus rentables de la planète, comme l’American Petroleum Institute, Archer Daniels Midland, Dow Chemical, Duke Energy, Northrop Grumman, Intel et Coca-Cola. Un collectif de hackers affilié aux Anonymous a ainsi réussi à pirater le système de gestion de contenu du système informatique de Stratfor, et à transmettre plus de 5,2 millions d’emails avec leurs pièces jointes à WikiLeaks, qui baptisa la base de données « Global Intelligence Files » (parfois traduit par « petits papiers du renseignement mondial »). Grâce à un informateur, « Sabu », qui se faisait passer pour un « camarade », les officiers fédéraux remontèrent en seulement trois mois jusqu’à Jeremy Hammond, l’hacktiviste responsable du piratage, basé à Chicago. En mars 2012, le FBI s’introduisit dans son appartement pour l’arrêter. »

Source : LE PARTAGE

RÉFLEXION

Individualisme

« Quel est donc cet individualisme que je critique avec tant de persévérance ? Commençons par dire qu’il ne s’agit pas de l’individualisme au sens psychologique : l’égoïsme. Non pas que nous voulions défendre un certain égoïsme : nous ne voulons même pas tomber dans le piège d’une défense de l’égoïsme soi-disant bien compris qui nous ferait croire qu’un véritable égoïste ce serait celui qui aurait compris que son intérêt individuel serait inclus dans l’intérêt général. Mais tout simplement nous voulons rappeler que toute politique démocratique doit se garder de prétendre orienter les conduites psychologiques de chacun. Cette précaution peut sembler innocente mais nous sommes en réalité en train de nous fermer ainsi l’une des portes que beaucoup – avec pourtant les meilleures intentions du monde – sont souvent prêts à ouvrir, celle d’une politique par la pédagogie et l’éducation : qui plutôt que de changer la société prétend devoir commencer par changer les gens, les consciences, les esprits. A chacun pourtant de se rappeler que l’une des définitions du totalitarisme consiste toujours à vouloir s’appuyer sur un homme nouveau (1). La séparation de la démocratie et de la pédagogie (2) serait le prix à payer pour que jamais la politique ne devienne une police de la pensée, soit. »

Source : DECROISSANCES

ÉCONOMIE

Plan de relance Macron : tout ça pour ça ?

« Après le grand débat, et les grandes lignes d’action dressées par Emmanuel Macron, la balle est dans le camp de l’exécutif. Il est certes prématuré de faire un bilan d’un processus, qui va s’étirer dans le temps, qui peut se perdre en chemin, être rattrapé par la conjoncture, ou une actualité massive. A l’exemple du projet action publique 2022, lancé avec tambours et trompettes le 13 octobre 2017, qui devait être au cœur de la transformation macronienne, et qui s’est progressivement transformé en serpent de mer, en processus opaque et illisible. Que peut-on dire à ce stade. D’abord, que réussir ce défi paraît mission presque impossible dans les délais impartis. Le réussir, cela veut dire qu’il aboutisse à des décisions fortes, à effet rapide, que ces dernières soient solidement financées et qu’elles s’insèrent dans un agenda long, à infusion lente, cohérent et lisible par les différentes parties prenantes. Les décisions à effet rapide on les connaît. Ce sont celles qui concernent le pouvoir d’achat des classes moyennes et des retraités. »

Source : XERFI CANAL

Pourquoi Trump, ça marche ?

« La trumponomics ça marche sur le papier. C’est une job machine qui continue à tourner de façon soutenue. Un taux de chômage à un minimum historique et une croissance sur une orbite de 3%, sans inflation ni tension financière alarmante. Avec des marchés boursiers à leur zénith. Le président américain, avec son sens de la nuance habituel, parle de miracle, de performance historique. Et les cassandres, qui annonçaient une sortie de route violente de l’économie américaine dans les 18 mois, sous la conduite inconséquente du libéralo-protectionniste Trump, deviennent de moins en moins audibles. Débarrassons nous un instant de la figure envahissante de Trump et regardons un instant ce qui se passe vraiment dans l’économie américaine. L’économie américaine est d’abord une économie qui vit sous impulsions budgétaires. Qui a prolongé son cycle de croissance, quand certains experts pronostiquaient que le plein emploi jouerait rapidement comme un butoir. Autrement dit que le coup d’accélérateur du chauffard Trump allait inexorablement se muer en instabilité financière et en hard landing. »

Source : XERFI CANAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *