Revue de presse du 21/06/2020

   Cette semaine notamment dans la revue, un premier article issu de « Front Populaire » qui nous a été proposé par son auteur ; un nouveau du philosophe Michaël Paraire et de l’Institut Rousseau, plusieurs sur les perspectives et risques économiques pour l’après (qui commence déjà), et une réflexion sur la notion de « projet » incluant l’excellent sketch de Franck Lepage. Sans oublier des cartes prospectives sur l’aridité en France en fin de siècle. Merci à nos contributeurs et bonne lecture.

DÉMOCRATIE

Guerre et information : les liaisons dangereuses

« « La guerre ne consiste pas seulement à faire rentrer des morceaux de fer dans des morceaux de chair, mais aussi des idées dans des esprits ; elle suppose autant de moyens de propagation que de destruction ». La guerre et l’information, longtemps enchevêtrées, sont désormais soudées par la finance mondialisée associée aux nouvelles technologies. L’art de la guerre, de Sun Tsu, nous le rappelle, l’information est une arme, qu’elle soit soutirée à l’ennemi par l’espionnage ou répandue en fausses nouvelles pour mobiliser un pays, stimuler la troupe ou tromper l’adversaire. Depuis 1917, date de la création de la « Commission Creel », qui reçut mandat du Président des Etats-Unis d’Amérique, Woodrow Wilson, de « vendre » la guerre au peuple américain, les techniques de manipulation de l’opinion ont fait des progrès. »

Source : Front Populaire

ENVIRONNEMENT

Tuto : Utiliser des projections climatiques pour évaluer l’évolution de l’aridité de votre région avec Python

« Vous êtes-vous déjà demandé quel sera l’effet du changement climatique sur l’aridité ? Non ? Pourtant l’aridité détermine largement votre environnement : la végétation, l’agriculture, les paysages… Connaitre son évolution est donc crucial pour anticiper les effets du changement climatique et s’y préparer, mais ce n’est pas évident. »

Source : Medium

EUROPE

Quand la banque centrale donne gratuitement de l’argent aux grandes banques commerciales au lieu de financer la reconstruction écologique

« La relation entre la banque centrale et les banques commerciales est une illustration marquante des dérives du capitalisme financier. Derrière des noms rébarbatifs comme les TLTRO (targeted longer-term refinancing operations), il se passe en réalité des choses qui en disent long sur le monde dans lequel on vit. Il faut en effet savoir que la banque centrale vient d’accorder, ce jeudi 18 juin 2020, plus de 1 308 milliards d’euros de prêts à taux négatifs aux banques, c’est-à-dire qu’elle va les payer pour emprunter (13 milliards d’euros de dons aux banques dès cette année). »

Source : Institut Rousseau

FRANCE

L’ex-dirigeant de Santé publique France déplore la « croyance » des décideurs dans l’inefficacité des masques

« Devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur la gestion de la crise du coronavirus, François Bourdillon a estimé que le stock de masques n’a pas été reconstitué assez rapidement. »

Source : MSN/AFP

Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »

« La Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) sera prolongée jusqu’en 2033, alors qu’elle devait s’éteindre en 2024. Le projet de loi est dans les tuyaux du gouvernement, selon le quotidien Les Echos. La CRDS a été créé en 1996 pour aider au remboursement des dettes de la sécurité sociale, et alimenter la Cades, la caisse d’amortissement de la dette sociale. Cet impôt initialement prévu pour durer 13 ans a déjà été prolongé à deux reprises, et les espoirs de le voir disparaître dans deux ans sont donc en train de s’effondrer. »

Source : FRANCE SOIR

Participation : la mesure sociale trompeuse de Darmanin

« Une idée pour le monde d’après qui sent bon le gaullisme. Gérald Darmanin, en campagne pour Matignon, a trouvé la parade en ressuscitant la participation, un dispositif permettant de redistribuer aux salariés une partie des bénéfices réalisés par leur entreprise. Pensée à l’origine comme une troisième voie entre capitalisme et communisme, l’idée présente l’avantage de renvoyer dos à dos droite et gauche. Il ne faut pas s’y tromper : non seulement la philosophie du projet est très discutable, mais ses modalités pratiques de mise en œuvre sont également complexes. Ceux qui espèrent un virage social du quinquennat risquent d’être déçus. »

Source : LE VENT SE LEVE

GÉOPOLITIQUE

Turquie : le nouvel état voyou

« Au cours des dernières décennies, la Turquie, pays au riche héritage historique, a connu un développement économique et démographique remarquable, qui en font aujourd’hui un Etat de 82 millions d’habitants et une vraie puissance industrielle et financière, au carrefour de l’Europe et de l’Orient. De plus, depuis la dislocation de l’URSS, Ankara a pu renouer avec les peuples d’Asie centrale avec lesquels la Turquie partage un fonds culturel commun et y a développé son influence politique, économique et culturelle. A partir de 2011, en raison de la guerre en Syrie et en Irak, la Turquie a fait face à un afflux d’environ 3,6 millions de réfugiés sur son sol. »

Source : CENTRE FRANCAIS DE RECHERCHE SUR LE RENSEIGNEMENT

INEGALITES

Il y a un seuil de pauvreté. Créons un seuil de richesse !

« Qui est riche en France ? Combien gagnent les riches et combien sont-ils ? Dans son « Rapport sur les riches en France », l’Observatoire des inégalités dresse un portrait social des privilégiés et interroge les mécanismes de reproduction des inégalités d’une génération à l’autre. Le premier Rapport sur les riches en France de l’Observatoire des inégalités vient de paraître. Dans ce document inédit, l’organisme indépendant propose notamment de fixer un seuil de richesse à 3.470 euros par mois pour une personne seule, après impôts. Selon cette définition, 8,2 % des Français sont riches. »

Source : REPORTERRE

MATIÈRES PREMIÈRES

Les grossistes et les restaurateurs s’engagent à s’approvisionner français

« Si le secteur agricole a continué à produire durant le confinement, la fermeture de certains débouchés a entraîné la constitution de stocks importants sur certains produits. La FNSEA et JA, qui ont appelé les acteurs de la restauration hors foyer à s’approvisionner en produits français, se félicitent des engagements pris par ces derniers et annoncés au cours d’une réunion à Bercy, le 15 juin. « Les représentants de la restauration hors domicile (UMIH, GNI, SNARR, SNRTC, SNRC) se sont engagés sur le principe de mécanismes de solidarité entre les filières agricoles et les entreprises de l’agroalimentaire et de la restauration pour consommer en priorité les stocks. » [Ceci est seulement une annonce, réalisation à surveiller donc…]

Source : Terre Net

RÉFLEXION

Nouveau devins, prophéties autoréalisatrices, prophéties autodestructrices et aggravation de la crise

« Le concept de « prophétie autoréalisatrice » s’applique parfaitement aux penseurs prospectivistes libéraux et néo-libéraux. Forgé en 1948 par le sociologue américain Robert K. Merton, à partir de sa réflexion sur l’ « effet Thomas » qui veut que « si les hommes définissent des situations comme réelles, alors elles deviennent réelles dans leurs conséquences », le concept de prophétie autoréalisatrice nous vient de loin. (…) Il le définit de la manière suivante : « c’est au début, une définition fausse de la situation qui provoque un comportement qui fait que cette définition initialement fausse devient vraie. » » [Où l’auteur règle au passage le « cas » Attali. Par extension Minc et autres.]

Source : Un quart d’heure avec le penseur

Le « projet » est-il aliénation ?

« La figure du projet tel qu’il prospère à notre époque pose question. Le projet est partout. Il a été instauré comme vecteur régulier de la relation aux autres. Chaque démarche entreprise est désormais pensée sous forme de projet. Qu’importe que ces projets soient professionnels, d’établissement, d’entreprise, de développement personnel, de soin ou de vie individualisée, il est fréquemment employé dans le verbiage managérial contemporain dominant. Serait-ce un symptôme de société ? »

Source : LE COMPTOIR

ÉCONOMIE

Des gilets jaunes aux gilets rouges : cet économiste alerte contre la tentation « austéritaire »

« Impulser un vaste plan de rénovation énergétique, des transports bas carbone… seule une relance verte pourrait dégager l’horizon d’une France qui va subir une crise économique massive, estime Gaël Giraud, ex-chef économiste de l’Agence française de développement. Pour ce chercheur iconoclaste, jésuite et ancien analyste financier, l’austérité budgétaire serait le pire remède. »

Source : La Tribune

Un Plan de sortie de crise incompatible avec le capitalisme

« Le Plan de sortie de crise en 34 mesures proposé par vingt organisations syndicales et associatives est une avancée considérable dans la perspective d’un nouveau cours social et écologique à l’issue de la crise du covid-19. L’application de certaines de ces mesures socialement indispensables ne pourra se faire sans penser la sortie concomitante du capitalisme. (…) Il convient de saluer cette convergence entre des organisations syndicales de salarié.es et des associations dont certaines sont à vocation exclusivement environnementales. Elle permet d’envisager un monde dans lequel l’écologie ne tourne nullement le dos au social et inversement. C’est l’exact opposé de la taxation du diesel qui a été l’élément déclencheur du mouvement des gilets jaunes. »

Source : BLOG DE BENOIT BORRITS

La transition écologique va passer à la trappe

« La transformation écologique de nos économies a-t-elle vraiment une chance de sortir renforcée de la crise sanitaire que nous traversons ? L’idée a surgi avec celle du monde d’après. Puisque notre monde, hyperfluide et mobile, est disqualifié, il doit se réinventer. Le maintien du statu quo au nom du réalisme et de l’efficacité ne parvient plus à faire contrepoids au constat que les crises à répétition coûtent de plus en plus cher. Plus cher encore que la transformation écologique sans cesse différée. Puisque l’automobile, l’aéronautique, le pétrole, les trois industries phares du monde carbonée sont financièrement et industriellement à l’agonie, l’économie ne peut se réinventer que sur de nouveaux fondamentaux de mobilité. »

Source : XERFI CANAL

La planification : idée d’hier ou piste pour demain ?

« Désirs de souveraineté, attentes à l’égard de l’État : l’idée de planification est revenue dans le débat public à l’occasion de la crise sanitaire. Un retour historique sur ce que fut le Commissariat général du Plan permet à la fois de comprendre les ressorts d’une telle aspiration et de mesurer l’ampleur des changements qui sont intervenus depuis cette époque. »

Source : France Stratégie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *