Revue de presse du 27/02/2020

DÉMOCRATIE

« L’achat de vote est une coutume traditionnelle de la Colombie »

« En Colombie, ces derniers jours ont été marqués par des révélations extrêmement graves sur l’état de déliquescence du système politique du pays. L’affaire Merlano, du nom d’une politicienne condamnée pour achat de vote a connu d’extraordinaires rebondissements. Revenons sur cette trame politico-judiciaire qui passionne outre-Atlantique mais que, curieusement, taisent les médias occidentaux. Aida Merlano est une avocate colombienne. Elle se lance très jeune en politique, parrainée par le politicien Roberto Gerlein, et son frère Julio, qui est à la tête d’une des plus importantes entreprises de BTP de Colombie. »

Source : VENEZUELA EN VIVO : BLOG ROMAIN MIGUS

ENVIRONNEMENT

Face au « flou artistique », 62 % des agris ne comptent pas appliquer les ZNT

« C’est ce que révèle un sondage publié sur Terre-net et Web-agri entre le 4 et le 11 février 2020 (2 279 votants) : 61,8 % des agriculteurs indiquent qu’ils ne comptent pas mettre en place de zones de non-traitement à proximité des habitations pour les semis de printemps. La plupart des agriculteurs s’inquiètent surtout des problèmes d’adventices et/ou de prolifération des maladies avec ces zones non-traitées. D’un point de vue financier, c’est « une partie de la récolte amputée avec ces ZNT », alors que « le prix de la terre (en location ou en propriété), lui, reste le même pour l’ensemble de la parcelle ». »

Source : Terre-Net

Sécheresse en Australie : chute historique de la production agricole

« En 2019, les températures moyennes ont dépassé de 0,2°C celles de 2013, jusque-là l’année la plus chaude jamais enregistrée. 2019 est aussi la plus sèche jamais enregistrée en Australie. Les précipitations ont été inférieures au plus bas historique de 1902. Le ministère de l’Agriculture a indiqué que des productions telles que le sorgho, le coton et le riz devraient chuter de 66%, soit le niveau le plus bas jamais enregistré depuis la mise en place de ces statistiques en 1980-81. Les précipitations de début février seront arrivées trop tard. A noter enfin que la baisse de la production agricole estivale intervient après une chute d’environ 5% des récoltes hivernales, notamment de blé. L’Australie est l’un des principaux producteurs agricoles au monde (~3% de son PIB). »

Source : Le Figaro

Macron, le bouffon de l’écologie

« M. Macron joue l’intérêt pour l’écologie en allant voir fondre la Mer de glace sous l’œil des caméras. Mais si le thème est électoralement porteur, la réalité est que l’action du gouvernement fait régresser la protection de l’environnement et du climat en France. M. Macron prend tellement tout le monde pour des imbéciles qu’il continue à vouloir faire croire que la question écologique le concerne vraiment et qu’il veut agir à ce propos. On va donc ce jeudi 13 février le voir observer gravement la Mer de glace à Chamonix et l’entendre pontifier sur la biodiversité devant un parterre de fonctionnaires convoqués à grands frais pour faire la claque. Et les caméras de filmer le président et les éditorialistes de commenter « le défi écolo de Macron » (Aujourd’hui, journal du milliardaire Bernard Arnault). »

Source : REPORTERRE

FRANCE

Le nouveau cadeau du gouvernement au lobby du nucléaire

« La nouvelle réglementation environnementale RE 2020 avantage les radiateurs électriques. Officiellement prise pour des raisons climatiques, cette décision assure surtout des débouchés à la filière nucléaire. L’Etat, on le sait, est le principal actionnaire d’EDF, lequel, on le sait aussi, est en grande difficulté. L’électricien tricolore est plombé par sa dette, par la dérive des coûts de ses nouvelles centrales nucléaires en construction en France et au Royaume-Uni et par un mur d’investissements à réaliser pour maintenir des capacités de production vieillissantes. Dans ce contexte, la tentation de pousser les Français à consommer davantage d’électricité (dont les prix augmentent par ailleurs plus vite que l’inflation) est plus forte que jamais. Y compris de manière sournoise, en bricolant en catimini certains paramètres de la nouvelle réglementation environnementale et thermique des bâtiments, dite RE 2020. »

Source : Alternatives économiques

Pour optimiser sa rentabilié, Airbus Defence & Space se restructure et va supprimer 2.300 postes

« Si l’activité civile d’Airbus se porte très bien, avec la livraison d’un nombre record d’avions commerciaux en 2019 et un carnet de commandes bien rempli, il n’en va pas de même pour la divison « défense et espace » [Airbus Defence & Space], dont le siège est en Allemagne. Et, lors de la présentation des résultats du groupe, la semaine passée, l’idée d’une restructuration avait été évoquée. En 2019, Airbus DS a affiché 8,5 milliards d’euros de prises de commande et a représenté 15% du chiffre annuel du groupe. Mais, dans le même temps, il a subi une perte opérationnelle de 881 millions d’euros et son carnet de commandes s’est réduit à 32,3 milliards d’euros [-9% par rapport à 2018]. »

Source : Opex 360

Le président qui punit les pauvres

« En cumulé, les mesures fiscales et sociales prises par le gouvernement depuis le début du quinquennat ont pénalisé en priorité les Français les plus pauvres, montre une étude de l’OFCE. Emmanuel Macron, le président des riches ? L’étiquette lui a rapidement été attribuée par l’opposition, puis a été globalement confirmée par plusieurs études, notamment celles de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et de l’Institut des politiques publiques (IPP). Ces deux centres de recherche analysent chaque année les effets des principales mesures socio-fiscales contenues dans les lois de finances. Dernière livraison en date, l’OFCE a publié en février son analyse pour le budget 2020. Les chercheurs en ont profité pour compiler les données des années précédentes et tirer le bilan du quinquennat d’Emmanuel Macron depuis son premier budget, en 2018. »

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

« Le parquet instrumentalise la justice pour faire taire des opposants politiques »

« Taha Bouhafs, journaliste de toutes les luttes et des mouvements sociaux, croule sous les procès. Le point commun entre toutes les poursuites judiciaires à son encontre ? L’acharnement policier et judiciaire contre un journaliste qui s’oppose au gouvernement et visibilise les luttes ainsi que les abus et violences policières. Nous l’avons interviewé dans le cadre de l’une de ces affaires qui l’amène à comparaître devant le tribunal de grande instance de Créteil le 25 février prochain. »

Source : Révolution Permanente

GÉOPOLITIQUE

Coronavirus : médias et politiciens exagèrent la menace à des fins de propagande anti-chinoise

« Malgré les éloges de l’Organisation mondiale de la santé pour sa gestion du coronavirus, la Chine a été tournée en dérision par les médias et les politiciens occidentaux sur presque tous les aspects de sa réponse. Déclenchée à Wuhan en décembre, l’épidémie de coronavirus s’est étendue à toute la Chine, infectant environ 64 000 personnes et inquiétant le reste du monde. Alimentant la panique, les médias ont publié des histoires alarmistes et les politiciens ont colporté des fausses informations. Le sénateur de l’Arkansas Tom Cotton en est un exemple frappant : il a affirmé que le virus avait en fait été développé par le gouvernement chinois. Wuhan, a-t-il déclaré, « possède le seul super laboratoire de biosécurité chinois de niveau quatre, qui travaille avec les agents pathogènes les plus mortels du monde, y compris, oui, le coronavirus ». Il a également affirmé que l’épidémie est « pire que Tchernobyl », en référence à la catastrophe nucléaire de 1986 en Ukraine. »

Source : ENTELEKHEIA

La déclaration du porte-parole de l’Ambassade de Chine en France

Permet de prendre du recul sur la teneur des informations que nous recevons (même s’il s’agit bien sûr d’une communication certainement validée par Pékin), à plus forte raison que les actions gouvernementales et réactions de la presse sont comparées avec celles lors de l’ouragan Katrina, l’épidémie de grippe A de 2009, les récents feux d’Australie.

Source : Weixin

INEGALITES

Le patron de Lactalis voit sa fortune doubler grâce à la libéralisation du lait et aux accords de libre-échange

« Optimisation fiscale au Luxembourg et en Belgique, lait contaminé, conflits avec les éleveurs, pollutions… Les scandales se succèdent depuis quelques années pour Lactalis. Sans affecter la fortune de son PDG Emmanuel Besnier, estimée à environ 12 milliards d’euros. Le groupe est nominé au prix Pinocchio « spécial agriculture ». Les États-Unis ont Google, Facebook et Amazon. La France a son industrie du luxe et son agriculture. Dans les deux cas, les recettes sont en partie les mêmes : la concentration et la création de monopoles géants font la fortune de quelques richissimes hommes d’affaires, dont les groupes s’accaparent les revenus de leur secteur d’activité, au détriment des autres acteurs économiques ou de leurs fournisseurs. »

Source : BASTAMAG

Un meilleur revenu pour les paysans : encore une promesse non tenue du gouvernement

« La loi Alimentation adoptée en 2018 devait permettre aux agriculteurs de vivre de leur métier. Un an et demi après les annonces présidentielles, rien n’a changé. Les négociations commerciales se sont même durcies, au profit des industriels et de la distribution dont les marges continuent de progresser. C’est depuis le marché de Rungis qu’Emmanuel Macron avait promis en octobre 2017 une revalorisation des revenus des agriculteurs. La loi Alimentation (dite loi « EGalim ») adoptée en octobre 2018 devait permettre à ce que la valeur soit mieux répartie au sein de la filière (notre décryptage). Concrètement, générer de meilleurs revenus pour les agriculteurs implique une modération des marges par les industriels et la distribution. Un an et demi après, quel bilan ? »

Source : BASTAMAG

RÉFLEXION

Remettons l’économie à sa place

« Échec dans la lutte contre le réchauffement climatique, dégradation des écosystèmes, incapacité à résorber la pauvreté, creusement des inégalités, sous-financement des soins de santé et de l’enseignement, insuffisance de personnel dans les secteurs liés à l’aide à la personne, pression sur les travailleurs, toute puissance de l’industrie agroalimentaire, impossibilité pour nombre de personnes de se loger décemment à un prix acceptable, coupes dans les budgets alloués à la culture et aux services publics, incapacité à remettre en cause le remboursement de la dette, mainmise des forces du marché sur les pouvoirs élus : tous ces problèmes auxquels font face nos sociétés (et la liste n’est pas exhaustive), ont une cause commune : l’emprise de l’économie sur la société. Mise en évidence par Karl Polanyi dans son œuvre majeure, cette caractéristique est ce qui singularise le capitalisme au moins autant que l’accumulation de profit sans limites et la concurrence. Or, et comme il l’avait déjà dénoncé, cette marchandisation de tout ce qui peut l’être ne peut conduire qu’à des catastrophes. »

Source : CADTM

ÉTATS-UNIS

Le « green new deal » de Bernie Sanders est-il à la hauteur ?

« Depuis une dizaine d’années, le New Deal de Roosevelt est redevenu une référence pour une partie de la gauche en Europe et aux États-Unis. Rebaptisé et requalifié en « Green New Deal » (GND par la suite), il est au cœur du programme de Bernie Sanders. Son incontestable ambition suffit-elle à en faire une politique de nature à freiner autant que possible la catastrophe écologique en cours ? Il est permis d’en douter. Il est vrai que ce qui a été accompli sous l’impulsion de Franklin Delano Roosevelt, Président des États-Unis de 1933 à 1945, impressionne, en particulier sous l’angle d’un volontarisme politique capable de refouler les lobbies d’affaires et la finance pour imposer des mesures de progrès social. Des mesures largement plébiscitées par les citoyen.ne.s, ainsi qu’en témoignent les deux réélections faciles de Roosevelt en 1937 et 1940. »

Source : DEBOUT ! : BLOG JEAN GADREY

Les investisseurs étrangers ne veulent plus financer le déficit américain

« Le désintérêt des investisseurs étrangers pour les emprunts d’Etat américains se confirme. Les données sur les achats de dette américaine (connues sous le nom de TIC, Treasury International Capital) publiées cette semaine montrent que, en 2019, les étrangers ont vendu (en net) pour 128,4 milliards de « Treasuries ». Parmi les évolutions notables, la Chine continue à se délester doucement de ses bons du Trésor. Son stock de titres a baissé de quelque 10 % en deux ans. Le pays n’est plus le premier détenteur de dette américaine. Les investisseurs japonais, confrontés à des taux d’intérêt domestiques très faibles, ont en revanche recommencé à manifester de l’intérêt pour les Treasuries. »

Source : Les Echos

Pesticide dicamba : Bayer et BASF condamnés à payer 244 millions d’euros à un fermier

« A la suite du round-up, c’est le pesticide dicamba qui est incriminé. Un cultivateur de pêches a vu quasiment tout son verger détruit après que le vent ait apporté le pesticide utilisé par des fermes voisines dans ses champs. Bayer et BASF ont été condamnés à lui verser 244 millions d’euros de dédommagement. Samedi, le jury du tribunal fédéral de Cape Girardeau a donné raison au fermier Bill Bader contre Bayer et BASF. Propriétaire d’un des plus grands champs de pêchers du Missouri, Bill Bader explique avoir subi des pertes colossales après que ses arbres aient été atteints et tués par un pesticide aspergé dans les champs voisins : le dicamba. »

Source : LA RELEVE ET LA PESTE


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.