Revue de presse du 27/11/2022

                         CRISE DE L’EMPLOI                   

Travail : derrière les chiffres, précarité ou émancipation ?

« Le travail, tel qu’il se déroule en France, est traversé par des fractures profondes, que l’on peut résumer en trois contradictions. La première est d’ordre statistique, entre d’une part une augmentation officielle de l’accès à l’emploi et d’autre part une hausse de la précarité qui touche plus d’un quart des actifs. La deuxième contradiction oppose la dimension supposée émancipatrice du travail et le caractère dégradé de ses conditions matérielles concrètes de réalisation. Enfin, la troisième contradiction résulte de la divergence entre l’utilité concrète du travail pour la société et la manière dont il est valorisé monétairement et socialement. »

Source : Le vent se lève

DÉMOCRATIE

« Mes cheveux, c’est ma liberté. C’est ça qu’ils veulent cisailler » : la junte militaire au Soudan coupe les mèches rebelles

« Dans les cortèges qui défient le pouvoir militaire depuis le coup d’état du général Bourhane, il y a un an, de nombreux manifestants portant les cheveux longs sont la cible des forces de l’ordre. »

Source : Le Monde

En lien avec le fait que la rédaction de Gamekult vient de démissionner après le rachat du site par Reworld

« En finalisant son rachat de Mondadori France (« Grazia », « Closer », « Science & Vie »…), le groupe Reworld Media est devenu, le 31 juillet, le premier groupe de presse magazine français en nombre de journaux détenus. Mais alors que Reworld se présente souvent comme un modèle d’innovation, ses coulisses ressemblent surtout à un cauchemar où rédacteurs délocalisés, robots et « autoentrepreneurs » exploités produisent à la chaîne de la « junk news », emballée dans un sabir de start-up nation. »

Source : Arrêt sur image

ENVIRONNEMENT

Cessez de financer la catastrophe climatique ! Les grandes banques font partie du problème, pas de la solution

« Nous ne pouvons pas sauver la planète d’un changement climatique désastreux sans nous attaquer aux marchés financiers. Tant que des milliers de milliards de dollars financeront en toute impunité combustibles fossiles et déforestation, nous ne pourrons ni freiner le changement climatique ni permettre aux communautés impactées de s’adapter. »

Source : CADTM

Pesticides : le « tour de passe-passe » pour rendre l’eau potable

« Fin septembre, l’eau potable de plusieurs millions de Français contaminée par l’ESA-métolachlore, un résidu d’herbicide, est… redevenue conforme. Un « tour de passe-passe » de l’État, dénonce une ONG. »

Source : Reporterre

Du gibier au réservoir de pathogènes : habiter le trouble sanitaire

« Souvent considérés comme représentants de la nature, les animaux sauvages peuvent faire l’objet de politiques de contrôle particulièrement intenses. Cet extrait examine le cas du sanglier pris dans les politiques de biosécurité européennes. Chassé et considéré comme nuisance, il est aussi contrôlé et tué pour protéger le modèle d’élevage dominant. »

Source : Terrestres

FRANCE

La grande subvention : Le capitalisme français sous perfusion

« Le thème est bien connu : dans notre pays, il y aurait d’un côté les « entrepreneurs » du secteur privé qui ne comptent pas leurs heures pour « créer des richesses » et des emplois, ne devant leurs revenus qu’à la force de leur travail, et de l’autre les fonctionnaires, fardeau budgétaire terrible pour la société, qui ne produisent rien d’autre que du service public déficitaire et peu performant. D’un côté un apport, de l’autre un coût. Or, rien n’est plus faux : désormais, le secteur privé coûte au contribuable bien plus cher que nombre de services publics. Car chaque année, l’État dépense 157 milliards d’euros en subventions, crédits d’impôts et exonérations de cotisations au profit des entreprises privées de toutes tailles et de tous secteurs. C’est deux fois le budget de l’Education nationale, et cela représente 30% du budget de l’État en 2021. »

Source : Frustration magazine

Hercule renaît de ses cendres. Un « Grand EDF » pour moins de grandeur du service public ?

« Le 8 novembre 2022, le député PS Philippe Brun a mis dans l’embarras les membres de l’Agence des Participations de l’État à Bercy, en enquêtant sur le rapport sur l’opération boursière de recapitalisation publique de l’énergéticien français. D’après le député, « les documents de Bercy prévoient bien un démantèlement d’EDF ». Un fait démenti par le gouvernement. Si le projet d’OPA d’EDF par l’État annoncée en début d’été intrigue l’hexagone depuis plusieurs mois, il conviendrait d’en éclaircir les implications indirectes. Ici, plusieurs éléments s’entrecroisent et l’opération de recapitalisation intervient à un moment charnière de la politique énergétique française. »

Source : Portail de l’IE

Les ouvriers sacrifiés de l’industrie du verre

« Givors se situe dans la « vallée de la chimie », qui s’étend sur une dizaine de kilomètres au sud de Lyon. Depuis que la verrerie — créée par un arrêté royal en 1749 — a fermé ses portes en 2003, seize maladies professionnelles ont été reconnues grâce au combat de l’association des anciens verriers de Givors. « Les verreries, c’est Germinal des temps modernes », nous dit-on. Au printemps 2022, la société O‑I Manufacturing a ainsi été condamnée pour la septième fois par le tribunal judiciaire de Lyon suite au décès d’un ancien travailleur exposé au benzène, l’un des nombreux composés cancérigènes auxquels ont été soumis les salariés durant des années. Plusieurs procédures judiciaires sont en cours, que ce soit pour la reconnaissance de maladies professionnelles ou pour « faute inexcusable » de l’employeur. »

Source : Revue Ballast

RÉFLEXION

La France n’en peut plus !

« Dans un éditorial devenu célè­bre, tel­le­ment il a été démenti par les faits, Pierre Viansson Ponté, plume du jour­nal Le Monde, écrivait le 15 mars 1968 un papier sans appel, titré « Quand la France s’ennuie… ». « Ce qui carac­té­rise actuel­le­ment notre vie publi­que, c’est l’ennui. Les Français s’ennuient. Ils ne par­ti­ci­pent ni de près ni de loin aux gran­des convul­sions qui secouent le monde… » déve­lop­pait l’éditorialiste, chef du ser­vice poli­ti­que du jour­nal du soir. Un peu moins de deux mois plus tard, comme l’his­toire sait si bien pren­dre les « pro­phè­tes » à contre-pied, la plus grande grève géné­rale que la France a connue, dont le moteur était déjà le salaire, la pro­tec­tion sociale, le droit syn­di­cal, éclatait, entraî­nant dans son sillage tous les sec­teurs de l’acti­vité, public et privé. »

Source : La Sociale

Les nazis n’étaient pas socialistes : ils étaient hypercapitalistes

« Les droites libérales et conservatrices aiment insister sur le fait que le parti d’Adolf Hitler aurait été « socialiste ». Mais la politique économique des nazis soutenait des principes hypercapitalistes ancrés dans les idées du « darwinisme social », à l’opposé du socialisme (dans toutes ses variétés). Les nazis n’avaient donc rien de socialiste et ils ont d’ailleurs travaillé à détruire physiquement le mouvement ouvrier, aussi bien dans ses composantes socialistes que communistes ou anarchistes. »

Source : Contretemps

SOCIETÉ

Trains gratuits en Espagne : quel bilan ?

« « Cette mesure a été un grand succès. Un million et demi d’abonnements “gratuits” ont été vendus en septembre », se félicite le député César Ramos, porte-parole pour la question des transports au Parti socialiste ouvrier espagnol, majoritaire dans la coalition de gauche qui gouverne le pays. Le nombre de trajets effectués en train sur les réseaux concernés a bondi de 24 % par rapport au mois de septembre 2021. Soit 20 % et 23 % de trafic en plus dans les trains de banlieue de Madrid et Barcelone, qui comptent de très loin le plus grand nombre d’usagers. 50 % d’augmentation dans les noyaux urbains de Malaga, Bilbao ou Cadix, 65 % dans les Asturies. »

Source : Reporterre

Au Royaume-Uni, le grand retour de la lutte des classes

« Écrasés par une inflation à 10%, les Britanniques sont de plus en plus nombreux à ne plus pouvoir payer leurs factures et à se rendre dans les banques alimentaires. Vénérant l’idéologie thatchérienne, le nouveau gouvernement de Liz Truss préfère cependant multiplier les cadeaux fiscaux aux plus riches et déréguler encore davantage l’économie. Un programme de guerre sociale qui a conduit à une chute spectaculaire des conservateurs dans les sondages et que même le Fonds Monétaire International et les marchés financiers jugent inapproprié. Si le Labour bénéficie de son statut de parti d’opposition, la timidité de ses propositions déçoit largement. Face à cette crise politique, les syndicats paralysent depuis plusieurs mois le pays par des grèves largement soutenues. »

Source : LVSL

VUES D’AILLEURS

Un dé truqué au mercure : l’incroyable découverte d’une fillette dans une villa gallo-romaine

« Brisé par inadvertance lors d’une fouille organisée pour des scolaires, un dé à jouer de tricheur, discrètement rempli de mercure pour forcer le hasard, a été retrouvé dans l’enceinte de la villa gallo-romaine de Mageroy, située dans la province belge de Luxembourg. »

Source : Sciences et Avenir

La Dent de Lumumba

« Les restitutions diverses de pièces de l’héritage culturel africain dérobées par les colons européens sur les théâtres de leurs criminelles expéditions au 19ème siècle ont été largement documentées ces dernières années. Le retour au Sénégal en novembre 2019 de l’épée d’El Hadj Omar Tall fut le prélude à la série en cours, qui vit défiler : 26 oeuvres du royaume d’Abomey en novembre 2021; deux bronzes du royaume du Bénin en février 2022; 23 ouvrages de Namibie en mai 2022 ; une dent de Patrice Lumumba en juin 2022 et l’historique signature entre l’Allemagne et le Nigeria en vue du transfert de propriété de 1130 pièces culturelles. La liste continue… »

Source : IVERIS

ÉCONOMIE

En Biélorussie, les sous-traitants d’Ikea profitent du système répressif de la dictature

« La bibliothèque Baggebo, la commode Kullen ou le lit Brimnes. Ces produits phares du géant de l’ameublement Ikea ont un point commun : jusqu’au début de la guerre en Ukraine, ils étaient fabriqués dans l’une des pires dictatures au monde, la Biélorussie. Grâce à des dizaines de témoignages et l’analyse de centaines de documents comptables, pour la plupart publics, notre enquête dévoile que dix fournisseurs biélorusses d’Ikea – soit près de la moitié de ses principaux prestataires – ont collaboré avec des prisons de la dictature au cours des dix dernières années. Au total, cinq prisons ont travaillé avec ces entreprises alors qu’elles étaient au même moment en contrat avec le groupe suédois. »

Source : Disclose


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.