Le président Saied critique les ingérences étrangères en Tunisie et en Libye

23.06.2020

Le président tunisien Kais Saied, en visite de travail en France, a critiqué mardi les ingérences étrangères en Tunisie qui visent, selon lui, à faire reculer cette jeune démocratie, et mis en garde sur les velléités de diviser la Libye voisine.

« Il y a de nombreuses indications sur des ingérences extérieures en Tunisie de la part de forces qui tentent de faire reculer » le pays, affirmé M. Saied dans une interview accordée à France 24, accusant des parties tunisiennes d’être de « connivence » avec ces forces.

Tout en assurant avoir « beaucoup d’informations » sur ces ingérences, M. Saied a refusé de donner des détails sur ces forces arguant que le « devoir » l' »empêche de parler » pour ne pas « rendre la situation (en Tunisie) plus complexe ».

Des partis politiques tunisiens s’étant affrontés au Parlement début juin au sujet de la position tunisienne en Libye. Le mouvement d’inspiration islamiste Ennahdha et son ennemi juré, le Parti destourien libre, avaient été accusés d’être manipulés.

Le président tunisien a également rejeté toutes les ingérences étrangères en Libye, divisée entre le gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli, et les forces du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est, que la France est accusée d’avoir soutenu.

Interrogé sur l’intervention turque en soutien au GNA, sévèrement critiquée par le président français Emmanuel Macron lors de la conférence commune lundi, M. Saied a souligné que « n’importe quelle ingérence est un danger ».

« Les interventions étrangères ne font qu’envenimer » le conflit, a-t-il martelé, soulignant que « la responsabilité est partagée ».

M. Saied a mis en garde contre les tentatives pour « diviser » la Libye.

« La division (de la Libye) pourrait être une porte ouverte à la division d’autres pays voisins (…), c’est un danger pour la Tunisie et sur l’Algérie », a-t-il averti.

M. Saied a critiqué le soutien apporté au GNA par le chef du Parlement tunisien Rached Ghannouchi, également leader du parti d’inspiration islamiste Ennahdha, proche d’Ankara.

« La légalité internationale et une résolution du Conseil de sécurité donnent une assise légale à ce gouvernement de Fayez al-Sarraj, mais cette légalité internationale ne peut pas durer » et « doit être remplacée par (…) une légitimité populaire », a-t-il estimé.

« Il n’y a qu’une seule diplomatie tunisienne dirigée par le chef de l’Etat », a-t-il ajouté.


Dans un entretien accordé à France 24, le président tunisien, Kaïs Saïed, revient sur sa rencontre avec Emmanuel Macron, lundi à l’Élysée, ainsi que sur les ingérences étrangères en Libye, estimant que « le problème libyen ne peut être résolu que par les Libyens eux-mêmes ». Concernant les initiatives du chef du parti Ennahda dans son pays, il martèle qu’il n’y a qu' »un État, un seul chef d’État et qu’une seule diplomatie » en Tunisie.


  >>  La Libye va-t-elle prendre le chemin de la Syrie, comme guerre civile où les puissances étrangères s’immiscent ? Emmanuel Macron dénonce le « jeu dangereux » de la Turquie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *