La Syrie soutient officiellement les forces du Maréchal Haftar et l’Égypte ou comment la Syrie se retrouve de facto alliée avec la France en Libye

     24.06.2020

 par Strategika 51

  Quel renversement de situation ! La Syrie vient d’affirmer par la voix de Walid Muallam, son ministre des Affaires étrangères son soutien politique, diplomatique et militaire aux forces du Maréchal Khalifa Haftar en Libye et que la Syrie reconnaît non seulement le gouvernement et les institutions de Cyrénaïque mais se tient prête à prêter un coup de main militaire à l’Égypte.

En d’autres termes, la Syrie se retrouve alliée de la France en Libye mais ennemie sur son propre territoire même si la France a retiré le gros se son dispositif de nuisance du Levant.

On en est pas à un paradoxe près mais en matière de stratégie, le champ des possibles que l’on croyait limité est en train de s’étendre à l’infini.

L’état d’hostilité de la Syrie et de la Turquie s’étend donc au-delà de la Syrie où la Turquie vient d’annexer de facto la province syrienne rebelle d’Idleb où la monnaie d’usage est la lire turque. Les forces armées turques renforcent chaque jour leurs positions à Idleb en y déployant notamment des systèmes de défense aérienne à plusieurs niveaux.

La Turquie envoie également des mercenaires syriens issues de la rébellion syrienne se battre en Libye aux côtés du gouvernement de Tripoli contre les forces du Maréchal Khalifa Haftar (LNA ou Armée Nationale Libyenne).

Quid de la stratégie francaise au Levant et en Libye ?

Après s’être rués tête baissée dans la campagne de changement de régime en Syrie, les gouvernements français successifa ont fait preuve d’une extraordinaire cécité stratégique au point de se retrouver alliés avec le « méchant Bachar Al-Assad » qu’ils ne cessaient se vilipender pour au final se heurter à la Turquie, le plus important membre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord.

Paradoxalement, c’est la Turquie qui avait facilité et protégé les opérations clandestines françaises contre la Syrie. Plua encore, c’est la Turquie qui a ouvert un corridor spécial aux combattants islamistes extrémistes français mobilisés par Paris pour aller guerroyer en Syrie avant de récupérer leurs rejetons sous couvert humanitaire (rapatriement en France des enfants de Daech/État Islamique).

Or maintenant la Turquie et la France sont à couteaux tirés et se heurtent en Libye où Ankara entend bien s’implanter et devenir une puissance gazière (réserves de la Méditerranée orientale) et pétrolière (les fabuleux gisements libyens) et priver non seulement la France de sa part du gâteau libyen mais d’influencer le Sahel où la France se débat dans d’inextricables problèmes logistiques et militaires dans un conflit sans forme et probablement sans aucune fin. Les turcs ne sont pas intéressés par le Sahel mais les américains le sont et ils viennent de trouver l’outil ou plutôt la tête de bélier idéale pour fracasser tous les verrous stratégiques non encore entamés.

Cette situation est étrange. Pourquoi la France s’était mise dans une telle situation ? Pourquoi avoir crié à tue-tête « Bachar doit partir » pour qu’à la fin elle met en veilleuse ses prétentions syriennes et se contente d’une alliance avec Assad ? Une partie de la réponse à cette question réside dans l’influence émiratie sur la politique étrangère de la France. Autant dire que la France ne dispose plus de stratégie véritable depuis quelques années. C’est une sorte de navigation a vue où l’intérêt immédiat (et disons-le sans aucune honte : sonnant et trébuchant) de personnalités politiques corrompues prime sur toute autre considération supérieure.

Damas et Paris sur le même bateau. Qui l’aurait cru en ces temps troublés ?

Il fallait l’imaginer. C’est une réalité géostratégique patente.

source : https://strategika51.org


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *